EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Ecole de Francesco Bassano, Venise époque XVIIe siècle
Ecole de Francesco Bassano, Venise époque XVIIe siècle - Tableaux et dessins Style Ecole de Francesco Bassano, Venise époque XVIIe siècle - Galerie FC Paris
Réf : 59130
5 950 €
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Collection privée, Rome
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 51 cm X H. 44 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Ecole de Francesco Bassano, Venise époque XVIIe siècle XVIIe siècle - Ecole de Francesco Bassano, Venise époque XVIIe siècle
Galerie FC Paris
Galerie FC Paris

Tableaux anciens et sculptures des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles


+33 (0)6 26 62 14 87
Ecole de Francesco Bassano, Venise époque XVIIe siècle

La parabole du riche et de Lazare

Huile sur toile
Encadrement en bois noirci à décor doré de frise feuillagée
Dimensions avec cadre : 51 x 44 cm

Ecole de Francesco Bassano le Jeune (Bassano del Grappa, 1549 - Venise, 1592)

La composition est directement inspirée d'un prototype de Jacopo Bassano (le père) datant de 1550. Il existe plusieurs versions de ce tableau avec des variantes et dimensions plus ou moins importantes (musées et collections privées)

En effet, en cette deuxième moitié du XVIe siècle, Venise toute florissante accueille quelques célèbres peintres, les mieux connus étant : Titien, Tintoret, Véronèse et Bassano. La renommé de ce dernier lui vaudra de prendre le nom de sa ville natale où il travaille dans un grand atelier avec ses quatre fils.

Le style et le caractère de notre tableau suggèrent probablement une oeuvre peinte par le fils, Francesco Bassano le Jeune (Bassano del Grappa, 1549 - Venise, 1592).
L'utilisation de couleurs vives et le traitement des contours évoquent le style pictural de ce maître, reconnaissable aussi par la manière de plans successifs qui guide l’œil vers la trouée de verdure en arrière plan. Tout en permettant au spectateur de se concentrer sur le sujet.

La scène décrit la parabole du riche et de Lazare (également appelée parabole du Dives et Lazare), l'une des paraboles les plus connues.

« Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie et un pauvre, nommé Lazare, qui était couché à sa porte, malade, léché par deux chiens et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche »

Dans l’étude de la scène de c’est épisode chacun est absorbe par son occupation : ici un jeune garçon se penche, concentre, sur son panier, la un homme aide une femme a porter des seaux d’eau. Traditionnellement, la femme en cuisine est associée au pilon ou s’occupe de la préparation des volailles. Ici, elle porte aussi l’eau et est préposée au feu, donc a la cuisson des rôts, tâches souvent associées a l’homme. Les femmes, de tous âges, dominent la scène de cuisine et lui confèrent un caractère domestique. Par la présence de l’enfant et par, justement, l’indifférenciation sexuelle des tâches exécutées en cuisine, cette scène est exempte de tout érotisme ou grivoiserie.
L’espace de la cuisine est contenu dans un triangle rectangle forme par la cheminée, le dressoir monumental, les volailles et le lièvre pendu a une baguette de bois et, enfin, par la femme qui pile. Les chiens, du premier plan, semblent appartenir a cet espace bien qu’ils soient associés a Lazare, situe au seuil de la cuisine et de la salle du repas. A droite, au deuxième plan, deux colonnes et une estrade limitent le lieu du repas. Le fond creuse? vers un arrière-plan infini laisse deviner de minuscules détails illustrant le dénouement de la parabole : au moment de la mort de chacun, le riche brûle en enfer alors que Lazare possède, désormais, la meilleure place près d’Abraham.

Conditions générales de livraison :

Nous organisons la livraison dans le monde entier. Un devis vous sera établi lors de votre achat. Veuillez nous consulter.

Galerie FC Paris

Tableaux XVIIe siècle