FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Jacob Georges

Georges Jacob (1739-1814) – maîtrise le 4 septembre 1765 : Il est le plus célèbre et le plus créateur de tous les menuisiers en siège du XVIIIe siècle en France. Au premier rang de sa riche clientèle figure la famille royale.
Estampille de Georges Jacob

Georges Jacob est né en 1739 à Cheny dans la région bourguignonne. Fils d’Etienne Jacob et de Françoise Beaujan, laboureurs, il arrive très jeune à Paris en 1755 comme apprenti menuisier chez Jean-Batipte Lerouge – établi rue de Charenton. Il entre ensuite comme compagnon chez Louis Delanois, le fournisseur de Madame du Barry, maîtresse de Louis XV. Promoteur du style néoclassique dans le siège, Delanois exerce sans conteste une influence sur les modèles de Jacob. Reçu maître en 1765 grâce à un petit siège en bois doré, Jacob créé par la suite son propre atelier de toute pièce. Deux ans après, il épouse Jeanne-Germaine Loyer issue d’une famille de maîtres brodeurs. Etabli dans ses premières années rue de Cléry, ses ateliers sont transportés en 1775 rue Meslée où se déroule la période la plus favorable de sa carrière et où sont exécutées les plus grandes commandes royales.

Mobilier aux épis par Jacob Georges
Mobilier "aux épis" par Georges Jacob, réalisé en 1787-1788, sculpté de fleurs et d'épis de blé et de pommes de pin par Triquet et Rode, peints par Chaillot de Prusse. Petit Trianon. © AnticStore

Georges Jacob est un innovateur : c’est aussi dans l’agencement et la décor des pieds et dans les bras de ses sièges que l’on retrouve des formules lancées sinon imaginées par lui. Nombre de ses sièges reposent ainsi sur des pieds fuselés à cannelures rudentées. Ces pieds se raccordent à la ceinture par un dé ou case, orné d’une rosace. Dans les modèles les plus luxueux des rubans, des guirlandes ou des feuillages s’enroulent parfois autour des pieds où les cannelures sont remplacées par des faisceaux de flèches. Mais la grande nouveauté mise à l’honneur par l’ébéniste et exploitée à peu près exclusivement par lui est celle des pieds en console, terminés au sommet par une volute. Ils figurent habituellement sur des chaises à dossier en raquette et sur des fauteuils pivotants de bureau ou de toilette. Il est aussi le promoteur des supports d’accotoirs en forme de balustre diversement profilés et sculptés. La sculpture enfin joue un rôle de premier plan dans la majorité des sièges, meubles de menuiserie, écrans et consoles de Jacob, souvent assez abondante. Elle comporte des frises de rubans torsadés, plus ou moins enjolivés de feuillages ou de perles, de frises d’entrelacs, de rinceaux de feuillages, ou de rangs de piastres - en particulier sur les parties courbes des accotoirs - des rangs de perles, des rais-de-cœur, des feuilles d’acanthe stylisées, ou enfin des cannelures droites ou torsadées.

Sur des sièges de commandes comme le fameux mobilier « aux épis » se développe une ornementation sculptée des plus naturalistes pour laquelle les plus curieux veulent y trouver l’origine dans l’ascendance paysanne de l’ébéniste. On y trouve ainsi traité avec une rare minutie des fleurs, lilas, muguet, violette et rose, et des feuillages, vigne, laurier et chêne. Le règne animal est également présent avec des têtes d’aigle au dossier et aux accotoirs de plusieurs sièges ou des mufles de lion comme sur les fauteuils de la Marquise de Marboeuf. Ces sculptures sont parfois confiées à des sculpteurs comme Jean-Baptiste Rode. Des peintres doreurs peuvent également être sollicités.

La Révolution le place néanmoins dans une position difficile. Nombre de ses clients émigrent et ne règlent pas leur dette. En 1796, il finit par faire banqueroute et transmet son atelier à ses deux fils, Georges Jacob Fils et François-Honoré qui créent l’entreprise Jacob Frères Rue Meslée, active sous le Directoire et le Consulat.

Enregistrer

Œuvre(s) de Georges Jacob sur Anticstore

Réf : 98459

Bergère à l'Étrusque en acajou avec un dossier en crosse signée G.IACOB

Belle bergère en acajou massif estampillée G.IACOB sous la traverse arrière. Le dossier se déploie selon la courbe en enroulement d'une crosse, à laquelle répond la forme des pieds arrière en sabres. Les pieds avant ronds et fuselés sont surmontés de supports d'accotoirs en forme de colonnes ioniques cannelées. Georges Jacob, menuisier reçu maitre en 1765. Paris vers ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 97748

Suite de deux fauteuils et deux chaises d'époque Louis XVI par JACOB

LIVRÉE AU CHÂTEAU DE MAISONS POUR LE COMTE D'ARTOIS. En bois de noyer relaqué blanc, les fauteuils à assises rondes reposent sur des pieds cambrés en console à cannelures, les accotoirs à manchettes reposent sur des consoles à enroulements. Les chaises présentent des assises et des dossiers dits « fer à cheval ». Décor de rosaces dans les dés de raccordements. Garniture de ...

Époque : XVIIIe siècle

25 000 €

Proposé par :

Réf : 94341

Guéridon en acajou et placage d'acajou estampillé G. JACOB d'époque Louis XVI

Une très élégante table guéridon tripode de forme circulaire en acajou massif et placage d’acajou estampillée Georges JACOB d’époque Louis XVI. La ceinture est décreusée et présente trois réserves rectangulaires saillantes séparées par un bronze r ciselé et doré au décor de fleur. Un petit tiroir est inscrit dans l’une des réserves. Elle pose sur trois hauts pieds ...

Époque : XVIIIe siècle

Réf : 93612

Voyeuse en bois laqué estampillée Georges Jacob

Voyeuse en bois laqué reposant sur quatre pieds fuselés et cannelés surmontés d’un dé de raccordement agrémenté d’une fleurette. Les pieds arrières sont à 45 degrés de l’assise. Les accotoirs sont à l’aplomb du pied antérieur et sont agrémentés de piastres et de feuilles de refends. La voyeuse possède un haut dossier garni. Les montants et traverses sont moulurés et ...

Époque : XVIIIe siècle

Réf : 92690

Banquette de billard d'époque Louis XVI par Georges Jacob

En acajou mouluré à rehauts d’or, le dossier rectangulaire est orné de trois lyres ajourées. Les accotoirs, terminés par des enroulements, reposent sur des montants en balustre. L’assise est garnie de son cuir d’origine. Les pieds, reliés par une entretoise en H, présentent à l’avant une tablette mobile formant repose-pieds. Estampillée G Jacob, maître en 1765. Un siège ...

Époque : XVIIIe siècle

27 000 €

Proposé par :

Réf : 89857

Paire de fauteuils d'époque Louis XVI en bois doré de Georges Jacob

Son dossier plat à médaillon est mouluré. Ses accotoirs sont à manchettes et ses supports en consoles moulurées. Il repose sur 4 pieds gainés, cannelés et rudentés. Travail estampillé de Georges Jacob, maître le 4 septembre 1765. Dimensions 99 cm H x 65 cm L x 58 cm

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 89632

Lit de repos estampillé Georges JACOB

En bois laqué blanc et or, les montants à colonnes renflées détachées. les cannelures simulant des branches de muguet. Le dossier cintré à frise de piastres. La traverse du bas à motif de rubans et frise d’oves. Il repose sur six petits pieds cannelés et petites perles. Estampillé Georges JACOB, reçu Maître en 1765. Epoque Louis XVI. Dimensions 91 cm H x 200 cm L x 80 ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 87663

Bergère à oreille estampillée Georges Jacob

Bergère à oreille en hêtre laqué gris reposant sur quatre petits pieds cannelés et rudentés, sculptés de feuilles de refans surmontés de dés sculptés de fleurettes. La traverse de façade de forme concave et les traverses de côtés sont sculptées de feuilles de refans également. Les consoles d’accotoirs en console inversée sont moulurées et ornées de grattoirs surmontés d’une ...

Époque : XVIIIe siècle

Réf : 84572

Commode en acajou d'époque Louis XVI estampillée Georges Jacob

La commode Louis XVI est plus soignée dans les détails que la commode des styles précédents. Les queues d’aronde, par leur nombre et leur précision marquent les degrés de perfection de leur fabrication. Le ressaut restera longtemps dans le répertoire ornemental de la commode Louis XVI. Il disparaîtra à la fin du style mais restera dessiné par des encadrements. Les belles commodes ...

Époque : XVIIIe siècle

Réf : 81890

Console Louis XVI demi-lune à piétement tripode , estampillée G.Jacob

Petite console demi-lune en bois de noyer laqué « gris Trianon » et doré. Reposant sur des sabots de boucs, les trois montants cannelés sur leurs faces extérieures et ornés de feuilles d’acanthes coté intérieur sont terminés en enroulements. Ces enroulements décreusées d’une rangée de perles encadrée de deux rangées de raies de coeur finement sculptées font office de ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 79352

Canapé Directoire en acajou estampillé de Georges Jacob

Grand canapé sofa en acajou et plaquage d'acajou, modèle à pieds moulurés à godrons, supports d'accotoirs à colonnes, pieds antérieurs en sabre à l'etrusque. Epoque Directoire, années 1790. Notre banquette porte sous la ceinture l'estampille G. IACOB utilisée entre 1765 et 1796, ainsi que une étiquette de provenance de chateau en partie illisible. Georges Jacob est l'un des plus ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 78358

Paire de chaises Louis XVI par G.Jacob, étiquettes de Livraison

Belle paire de chaises en hêtre laqué gris Trianon. Les assises en forme de fer à cheval, les dossiers en anses de panier terminés par des culots d’acanthes. Les quatre pieds fuseaux rudentés d’asperges et raccordés aux traverses par des dés à fleurs. Trés bel état de conservation, laque d’origine. Estampille G.IACOB* sur une chaise et étiquettes de livraison « Cabinet ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 78083

Paire d'encoignures en console d'époque Louis XVI estampillées Georges JACOB

Le corps du meuble, soit, la partie sommitale, présente une configuration tripartite, formée au centre par un tiroir plan en avancée, prolongé de part et d’autre, en retrait, d’un profond mouvement sinueux. Les trois parties de cette façade sont plaquées d’un bel acajou flammé cerné d’une plate-bande en acajou de fil. Puis, le décor d’un large cadre en laiton fondu mouluré et ...

Époque : XVIIIe siècle

Réf : 76705

Fauteuil Louis XVI provenant des Tuileries, par Georges Jacob

Fauteuil à la Reine à châssis de style Louis XVI. Il repose sur des pieds droits cannelés et rudentés, à la ceinture par des dés de raccordement ornés d’une rosette. La traverse antérieure est sculptée d’une baguette enrubannée surmontée d’une frise de feuilles d’eau. Les consoles d’accotoir cannelées sont en retrait des pieds antérieurs. On retrouve le motif de baguette ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 74852

Suite de 12 chaises directoires en acajou estampillée Jacob

Rare suite de 12 chaises Directoires en acajou à dossier ajouré à bandeau, modèle Klismos, ( chaise de la Grèce antique qui inspirera les sièges néoclassiques de la fin du 18 ème siècle et du début du 19 ème siècle) chaise de modèle à la grecque aux très caractéristiques pieds arrière en forme de sabre très arqués et un dossier renversé. Elles reposent sur deux pieds ...

Époque : XIXe siècle

Réf : 71738

Paires de fauteuils "en cabriolet" par Georges Jacob

Paire de fauteuils cabriolets en hêtre laqué, à dossiers médaillon, supports d'accotoir et pieds cannelés (et rudentés pour les quatre) à étranglements portant des dés cubiques ornés de rosaces. Les deux sièges estampillés Georges Jacob. Paris, époque Louis XVI. Georges Jacob est considéré comme le plus grand menuiser en sièges de l'histoire du mobilier. La remarquable ...

Époque : XVIIIe siècle

Réf : 69660

Fauteuil Directoire estampillé Georges Jacob

Fauteuil d'époque Directoire en acajou . Estampillé G. Iacob, Georges Jacob (1839-1814) reçu Maître en 1765. Georges Jacob est considéré comme un des plus grands ébénistes et menuisiers en siège du XVIIIe. Ses oeuvres sont visibles dans les plus grands musées du monde. Rapport de conditions: restauré et retapissé à neuf en 2016.

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 69525

Suite de quatre chaises basses d'époque Lous XVI estampille Georges Jacob

En acajou et placage d'acajou , le dossier droit à décor ajouré d'un motif rayonnant , la ceinture carrée reposant sur des pieds fuselés trois chaises estampillées G. Iacob sur la traverse arrière, une avec une trace d'estampille. Georges Jacob , reçu maître en 1765

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 61886

Paire de chaises ponteuses en acajou de Georges Jacob

Son dossier en acajou massif est à lyre, son assise est basse et repose sur 4 pieds tournés et cannelé. Travail d'époque Louis XVI, estampille de G. Jacob Dimensions 93 cm H x 49 cm L x 51 cm P

Époque : XVIIIe siècle

9 500 €

Proposé par :

Réf : 58390

Paire de fauteuils Directoire en acajou massif par Georges Jacob

Rare paire de fauteuils en acajou massif. Modèle à dossiers à larges bandeaux en hémicycles incrustés de citronnier et d’un filet d’ébène. Les dossiers ajourés d’une athénienne à l’antique . Supports d’accotoirs en balustres sculptés de godrons. Assises en fer à cheval. Pieds avant en fuseaux ornés de bagues, pieds arrières sabres. Parfait état de ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 56876

Paire de fauteuils estampillés Georges Jacob

Modèle à dos plats. Montants et traverses moulurés. Dés de raccordement sculptés, pieds cannelés et rudentés. Estampillés g.Iacob (georges jacob, reçu maître en 1765). Paris, époque Louis XVI

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 56679

Table à bandeau d'époque XVIIIe estampillée G. JACOB

Noble et très élégante table de salle à manger à bandeau en acajou blond massif de Cuba estampillée Georges JACOB. D’une belle recherche d’exécution, son plateau présente le fin décor du veinage de l’acajou blond en parfait développé contrarié. Le plateau est ceint d’une lingotière moulurée en bronze fondu brasé à table rentrante finement rainurée. Elle pose sur ...

Époque : XVIIIe siècle