FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Les ébénistes et menuisiers du XVIIIe siècle : Lettre M

M. W.

Ébéniste. Paris. "Monogramme d'un marqueteur en ivoire ayant travaillé pour l'ébéniste Tricotel, fin du règne de Louis XIV."

Macé Jean

Jean Macé, Ébéniste-marqueteur a Paris. Natif de Blois, s'expatria, alla dans les Pays-Bas se perfectionner dans l'ébénisterie et acquit une grande célébrité dans son art; revint en 1641, et fut admis au logement du Louvre en 1644, ou il occupa, le 15 octobre, le logement de la veuve Stabre. Travailla beaucoup à Versailles. L'abbé de Marolles le mentionne parmi les ébénistes célèbres de son temps, et nous apprend que ses trois fils, Claude, Isaac et Luc, travaillaient avec lui.

Maclard Jean-Baptiste

Jean-Baptiste Maclard (Mort en 1778) - ébéniste. Maître le 11 avril 1765. C'est le fils de Charles Maclard. Il fut employé par le comte d'Artois qui le fit travailler pour le pavillon de Bagatelle. Sa veuve continua d'obtenir des commandes de ce prince.

Maclard Charles

Charles Maclard (?-1775) - Menuisier parisien, reçu maître le 5 septembre 1742. Il demeurait rue du Temple. C'est le père de Jean-Baptiste Maclard, reçu maître en 1765. Ses meubles sont de forme classique mais plutôt luxueux.
estampille Charles Maclard

Macret Pierre

Pierre Macret (1727-1796) - Menuisier-ébéniste. Paris. "De 1765 à 1771, il livre à la famille royale des bureaux, commodes, encoignures, des tables de quadrille (pour jouer à quatre) en bois de rose et violet, garnies de bronzes dorés d'or moulu" (Archives nationales)
estampille Pierre MacretLire la suite

Maggiolini Giuseppe

Joseph Maggiolini (1738 - 1814) - Ébéniste italien renommé de la fin du XVIIIe siècle. " La marque de ce maître est très curieuse. Cette marque, posée intérieurement sur l'abattant, représente un magasin d'ébénisterie avec le nom de l'auteur: Joseph Maggiolini."
Lire la suite

Magnien Claude-Mathieu

Claude-Mathieu Magnien (1741 - 15 octobre 1829) - Ébéniste. Paris. Maître le 17 avril 1771. Il travailla avec succès jusque sous l'Empire. Vers le fin du règne de Louis XVI, ce fabricant exécuta quelques travaux pour le mobilier de la Couronne.
estampille Claude-Mathieu MagnienLire la suite

Mahé V.-B.-E

V.B.E Mahé, Menuisier en meubles. du temps de Louis XVI. Estampille trouvée sur quatre chaises Louis XVI, à dossier médaillon ovale, que le comte de Salverte considère comme d'origine provinciale.
estampille V.-B.-E Mahé

Maignan Jean

Jean Maignan travailla rue du Faubourg-Saint-Antoine, puis rue de Charenton, depuis 1776 jusqu'en 1802. D'abord artisan libre, il prit rang de maître le 24 août 1786. Il ne paraît avoir fait que des ouvrages de fabrication courante.

Maillet Étienne

Étienne Maillet - menuisier. Maître le 14 octobre 1784. Il demeurait rue Saint-Jacques en 1782. A cette date, le comte d'Artois lui fit exécuter une commode typographique destinée au duc de Berry. Dans la suite il transféra sa maison rue de Bondy, où il vivait encore sous le consulat.

Malbet Pierre

Pierre Malbet - menuisier en sièges. Maître le 18 novembre 1765, fit faillite en septembre 1773. Il habitait rue de Charenton. Malgré une carrière brève, il a produit d'assez nombreux sièges Louis XV ou Transition.

Malle Louis-Noël

Louis Noël Malle (1734-1782) – ébéniste – maîtrise obtenue le 18 novembre 1765 : Cet ébéniste renommé du XVIIIème siècle s’illustre par une production qui s’étale du style rocaille au style antique Louis XVI.
estampille Louis-Noël MalleLire la suite

Malot Jacques

Jacques Malot Menuisier en sièges. Maître à Paris en 1748. Il exerça jusqu'au début du règne de Louis XVI, d'abord rue de Cléry, puis rue Montorgueil et enfin rue de la Cossonnerie, où il vivait encore en 1780. On connaît des sièges simples, mais gracieux, signé de son estampille.
estampille Jacques Malot

Malteste Sylvain

Sylvain Malteste - Menuisier en sièges et en lits, Maître le 12 août 1778. Il habita successivement rues des Jardins et des Barres avant la révolution, et ensuite rue Saint-Honoré de 1795 à 1800.

Manser Jean Jacques

Jean Jacques Manser dit Mantzer (Né en 1727) - Ébéniste. Natif de Ribeauvillé en Alsace, était fils d'un menuisier. Il exerça dans la Grande rue du Faubourg-Saint-Antoine en 1758, lorsqu'il épousa une fille de Topino.
estampille Jean Jacques Manser

Mansion Simon

Simon Mansion (Né en 1741) Menuisier-ébéniste. Paris. Maître le 7 octobre 1780. Il travailla rue Saint-Nicolas jusque vers 1805. Cet artisan se fit une spécialité des tables à manger en acajou.

Mantel Pierre

Pierre Mantel (Mort le 8 mai 1802) - Ébéniste. Paris. Maître le 1er octobre 1766. Comme ouvrier libre, il exerça rue du Faubourg-Saint-Antoine, puis rue de Charenton et enfin rue Saint-Antoine. Son estampille a été relevée sur des productions fort honorables, telles qu'un secrétaire en mosaïque et une commode à filets.
estampille Pierre Mantel

Marchand Nicolas Jean

Nicolas Jean Marchand (Né vers 1697) - Ébéniste. Paris. reçu maître avant 1738. Il exerça rue Saint-Nicolas. Il eut des démêlés avec la communauté des fondeurs pour avoir employé clandestinement un ouvrier en bronze.
estampille Nicolas Jean Marchand

Marcion Pierre-Benoît

Pierre-Benoît Marcion Ébéniste. Paris. Fut l'un des fournisseurs de Napoléon Ier. Dès l'époque Directoire, il tenait un atelier et un magasin d'ébénisterie, rue Neuve-des-Petits-Champs, puis rue Helvétius et enfin rue Saint-Marc. Une se ses oeuvres capitales fut le lit de l'impératrice Marie-Louise, qu'il exécuta en 1809.
estampille Pierre-Benoît MarcionLire la suite

Mariette Nicolas-Louis

Nicolas-Louis Mariette - Menuisier en sièges. Maître le 1er octobre 1770. Après avoir demeuré rue de la Roquette, il résida rue de Charenton jusque vers 1786. Frère de Claude-Louis Mariette, a laissé une oeuvre beaucoup plus complète, d'une ligne plus souple, plus délicate et plus affinée.
estampille Nicolas-Louis Mariette

Mariette Claude-Louis

Claude-Louis Mariette - Menuisier en siège. Maître le 18 novembre 1765. Il exerçait "au Grand-Charonne", d'où il disparut vers le commencement du règne de Louis XVI. Il a fabriqué des fauteuils excellemment sculptés, mais souvent un peu dures.
estampille Claude-Louis MarietteLire la suite

Martigny Nicolas

Nicolas Martigny Menuisier-ébéniste, Paris. Maître le 19 novembre 1738. Il demeurait au faubourg Saint-Antoine, rue Saint-Nicolas, où il continua de travailler jusqu'à la fin du règne de Louis XV. Cet artisan paraît avoir surtout fabriqué des meubles de chêne et de noyer.

Martin François-Louis

François-Louis Martin - Menuisier en meubles, fit enregistrer ses lettres de maîtrise au Châtelet de Paris le 5 octobre 1767. Il exerça dans le voisinage de l'abbaye Sainte-Geneviève, d'abord rue Contrescarpe, puis rue du Faubourg-Saint-Jacques.
estampille François-Louis Martin

Martin

Les Martin. Vernisseurs. Paris. C'est aux frères Martin que l'on doit le vernis-laque, dit vernis Martin. Les chinoiseries étant recherchées, on imita la qualité des laques de Chine, en peignant des paysages chinois sur la panse des commodes. C'est en travaillant à imiter les laques de Chine, que les frères Martin découvrirent la composition du vernis à base de résine de copal.

Masson Étienne

Étienne Masson Menuisier-sculpteur à Dijon du XVIIe siècle. Il fut chargé en 1692 d'exécuter onze fauteuils en noyer destinés à la salle su palais des États de Bourgogne.

Mathieu Pierre-Jean

Pierre-Jean Mathieu - Maître menuisier à Paris. Il exerçait rue Neuve-de-Cléry en 1738. Son estampille figure sur un fauteuil Louis XV d'un jolie galbe, en bois ciré et canné.
estampille Pierre-Jean Mathieu

Mathieu Gaspard

Gaspard Mathieu - Menuisier en meubles. Maître le 13 février 1778. Il exerçait rue de Cléry et faisait des sièges de luxe, avec le concours des sculpteurs Bornillier, Butard et Rousseau. Il fut député ou conseiller de sa corporation dans les dernières années de l'Ancien régime.
estampille Gaspard Mathieu

Mathon Augustin

Augustin Mathon - Menuisier en sièges. Maître vers 1748. Il exerçait rue de Cléry, vers le milieu du règne de Louis XV. Il eut pour successeur son fils qui portait le même prénom et qui fut reçu maître le 3 octobre 1763. Il fabrique des sièges d'esprit Régence.
estampille Augustin Mathon

Maucuy Blaise

Blaise Maucuy (1729 - 10 janvier 1798) Menuisier en sièges. Maître le 28 juillet 1758. Établi dans le quartier Bonne-Nouvelle, comme la majorité de ses confrères menuisiers, il mettra fin à son activité au début des années 1780. On connaît de jolis sièges signés de son estampille.
estampille Blaise Maucuy

Maurice L.

L. Maurice - Menuisier provincial du temps de Louis XV. Cette estampille a été trouvée par le comte de Salverte sur un petit fauteuil Louis XV de forme assez lourde.
estampille L. Maurice

Mauter Conrad

Conrad Mauter (1742-1810) Ébéniste , maître le 10 septembre 1777. Ébéniste du comte d'Artois, originaire d'Allemagne, ses talents se firent surtout remarquer dans la fabrication de table.
estampille Conrad MauterLire la suite

Mayeux Louis-François

Louis-François Mayeux - Menuisier-ébéniste. Maître le 29 juillet 1757. Élève puis collaborateur de Nicolas Quinibert Foliot, il a laissé des sièges Louis XV de très bonne facture.
estampille Louis-François Mayeux

Menant François-Claude

François-Claude Menant (1757 - 6 octobre 1793) - Menuisier en sièges. Paris. Maître le 19 septembre 1786. Il exerça rue de Charenton avec un certain succès. L'atelier fut conservé par sa veuve, puis par son fils jusque vers la fin de l'Empire.
estampille François-Claude Menant

Menthon (De)

De Menthon - Doreur. Lyon. Vers 1782, il découvrit un procédé permettant d'exécuter des dorures fausses supérieurs à celles de l'Allemagne et qui, au lieu de rougir, se rapprochaient en vieillissant du ton de l'or fin.

Mercier Jean

Jean Mercier - menuisier en sièges. Reçu maître le 1er août 1743. Il habitait rue Saint-Philippe, où il continua de travailler jusque vers 1780. Il est cité pour s'être spécialisé dans les chaises de jardin, dont il fournira le Petit Trianon et le château de Choisy.
estampille Jean Mercier

Meunier Pierre

Pierre Meunier (Né en 1735) - Ébéniste. Paris. Maître le 8 juillet 1767. Il exerça rue de la Roquette, puis vers 1784, rue du Faubourg-Saint-Antoine. Il exécuta des meubles pour Mme Geoffrin. Il n'aurait pas de liens de parenté avec la famille des menuisiers du même nom.

Meunier Jean-Baptiste

Jean-Baptiste Meunier (Né en 1714) Ébéniste. Paris. C'est le fils aîné d'Antoine Meunier, il fut reçu maître en 1739 et disparaît des annuaires en 1785. Il produit des sièges Louis XV, principalement d'importantes suites de fauteuils à la reine.
estampille Jean-Baptiste Meunier

Meunier Etienne

Etienne Meunier - menuisier en siège. Paris. C'est le plus réputé des menuisiers de ce nom. Il exerçait rue de Cléry vers le milieu du dix-huitième siècle. On lui doit des ouvrages d'une belle qualité.
estampille Etienne MeunierLire la suite

Meunier Antoine-Luc

Antoine-Luc Meunier - menuisier en sièges. Il était probablement le petit-fils d'Antoine Meunier. Il exerçait dur de Cléry. Une paire de fauteuils Louis XVI à dossier raquette, portant son estampille, a été vendue à l'Hôtel Drouot en 1984.
estampille Antoine-Luc Meunier

Meunier Antoine

Antoine Meunier (Né en 1690) - menuisier en sièges, était vraisemblablement le frère d'Étienne. Il résidait rue de Bourbon-Villeneuve. Il a produit des sièges Louis XV en bois sculpté dans la première moitié du XVIIIe siècle.
estampille Antoine Meunier

Mewesen Pierre-Harry

Pierre-Harry Mewesen - Ébéniste. Paris. Maître le 26 mars 1766. Ébéniste de talent, d'origine scandinave.
estampille Pierre-Harry MewesenLire la suite

Michard Claude-Étienne

Claude-Etienne Michard (1732-1794) – menuisier en siège – maîtrise obtenue le 29 juillet 1757 : Menuisier en siège du XVIIIème siècle, Claude-Etienne Michard est l’un des premiers à avoir réalisé des sièges Transition.
estampille Claude-Étienne MichardLire la suite

Michaut Jean-Louis

Jean-Louis Michaut - Ébéniste et tourneur. Paris. Maître le 29 novembre 1775. Il exerça rue des Marais Saint-Martin puis rue des Vieux-Augustins à partir de 1799. Il produisait principalement des tables de jeu, des tables de toilette et des tables à la Tronchin.

Migeon Pierre V (III)

Pierre V Migeon (1733 - 21 août 1775) Fils de Pierre Migeon IV (II), né en 1733. Maîtrise le 18 juin 1761. Il conserve l'atelier et le magasin de son père rue de Charenton. Plusieurs meubles Transition et Louis XVI portent son estampille.
Lire la suite

Migeon Pierre IV (II)

Migeon Pierre IV (1696-1758) – ébéniste – maîtrise obtenue vers 1725 : Le plus célèbre de sa lignée, Pierre Migeon IV, ébéniste aussi bien que marchand, se démarque par des meubles au savoureux mélange entre tradition et modernité.
estampille Pierre IV (II) MigeonLire la suite

Migeon Pierre III (I)

Cinq représentants de cette famille, dont 3, l'aïeul, le père et le fils, furent maîtres et marchands ébénistes à Paris dans le cours du six-huitième siècle. Ils portaient tous les trois le prénom de Pierre. Le premier avait dû naître entre 1665.

Migeon Antoine

Antoine Migeon (1745-1793) - Menuisier. Paris. Admis à la maîtrise le 13 novembre 1759. Ne semble pas se rattacher à la famille des ébénistes de ce nom.

Milet Pierre-François

Pierre-François Milet - ébéniste. Paris. Maître le 5 octobre 1767. Il résidait rue Sainte-Marguerite, où sa veuve lui succéda durant une douzaine d'années. On n'a trouvé son estampille que sur une commode galbée dans le style Régence.
estampille Pierre-François Milet

Millot François

François Millot - Menuisier à Saint-Germain du XVIIe siècle. Il exécuta des tables, des armoires et des bancs pour les châteaux de Saint-Germain et Marly.

Mirland R.

R. Mirland - Ébéniste qui travaillait en province dans la seconde moitié du 18e siècle. Le comte de Salverte a trouvé cette estampille sur une petite table Louis XVI en acajou de fabrication courante.
estampille R. Mirland

Molitor Bernard

Bernard Molitor (1755 - 17 novembre 1833) - Ébéniste. Paris. Maître le 26 octobre 1787. Cet ébéniste est représenté au musée du Louvre par deux cabinets en laque de Chine, reposant sur des socles d'ébène ornés de bronzes à palmettes.
estampille Bernard MolitorLire la suite

Mondon François-Antoine

François-Antoine Mondon (1732 - 23 février 1809) - ébéniste, Maître le 31 décembre 1757. Fils de François Mondon.
estampille François-Antoine MondonLire la suite

Mondon François

François Mondon (1694-1770) : Cet ébéniste du XVIIIe siècle est issu d’une famille d’artisans du Dauphiné dispersés dans différentes régions de France et à l’étranger. Il est le grand spécialiste des commodes dans le goût de la Régence.
estampille François MondonLire la suite

Mongenot François

François Mongenot (1732 - 9 février 1809), ébéniste Paris. Maître le 21 juillet 1761. Il fournissait de nombreux marchands tels que Migeon ou Oeben. Sa production est variable, du simple meuble modeste en bois de noyer au plus élaboré en bois de placage.
estampille François MongenotLire la suite

Montigny Philippe-Claude

Philippe Claude Montigny (1734-1800) – ébéniste – maîtrise obtenue le 29 janvier 1766 : Ebéniste de talent, Philippe Claude Montigny s’illustre par ses ouvrages réalisés dans le premier style Louis XVI dit « à la grecque ».
estampille Philippe-Claude MontignyLire la suite

Moreau Pierre

Pierre Moreau (1722 - 27 juin 1798) Menuisier en siège. Maître le 30 mai 1765. Après sa maîtrise, il exerça rue de Cléry pendant sept ou huit ans, après lesquels il abandonna son métier. Il est cité pour avoir fabriqué des sièges Louis XV classique.
estampille Pierre MoreauLire la suite

Moreau Louis

Louis Moreau (1740-1791) Ébéniste-sculpteur. Paris. Maître le 27 septembre 1764. Il employa d'habiles ouvriers comme les ébénistes Bircklé, Foullet, Topino, les fondeurs Guinaud et Cottin et les doreurs Prégermain et Fagard.
estampille Louis MoreauLire la suite

Moto Charles

Menuisier-ébéniste Lyon. Il travaillait en ébène à Lyon en 1648 et 1655 et ?t un cabinet avec des ornements sculptés et gravés.

Mouzard Antoine

Antoine Mouzard - menuisier à Paris, cour Saint-Louis. Son activité se serait poursuivie jusqu'à la veille de la Révolution.
estampille Antoine Mouzard

Muller Antoine

Antoine Muller, reçu maître à Lyon en 1744, il est cité en 1746 et figure encore dans la liste des règlements et statuts de la corporation en 1773. On connaît peu de choses de lui, sinon qu'il produisait des bureaux de pente en technique mixte (noyer avec incrustations de fleurs sur l'abattant).

Mutel Louis-Charles

Louis-Charles Mutel Reçu maître le 30 décembre 1756. Sa veuve continua d'exercer rue Guérin-Boisseau jusqu'en 1788. On a trouvé sa marque sur deux pièces d'un beau mobilier de salon, à décor de sequins et d'ornements classiques.
estampille Louis-Charles Mutel