EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Charlotte Ridderbosch (1750–1810) - Pêcheuse et Pêcheur
Charlotte Ridderbosch (1750–1810) - Pêcheuse et Pêcheur - Tableaux et dessins Style Charlotte Ridderbosch (1750–1810) - Pêcheuse et Pêcheur - White Rose Fine Art Charlotte Ridderbosch (1750–1810) - Pêcheuse et Pêcheur -
Réf : 90690
1 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Dimensions :
l. 6.6 cm X H. 10.5 cm
Tableaux et dessins Dessin, Aquarelle & Pastel - Charlotte Ridderbosch (1750–1810) - Pêcheuse et Pêcheur XVIIIe siècle - Charlotte Ridderbosch (1750–1810) - Pêcheuse et Pêcheur
White Rose Fine Art
White Rose Fine Art

Peintures et dessins anciens


+ 31 629514501
Charlotte Ridderbosch (1750–1810) - Pêcheuse et Pêcheur

Charlotte Ridderbosch (Gand 1750 - 1810 Gand)

Une pêcheuse debout ; un pêcheur fumant

Tous deux à la plume et à l'encre noire, 143 x 106 mm (5.6 x 4.2 inch) (taille de la feuille) ; 105 x 66 mm (4.1 x 2.6 inch) (taille de l'image)

Tous deux signés 'Mlle Ridderbosch fec:'.

Provenance
Collection privée, Pays-Bas

Charlotte Ridderbosch est l'un des cinquièmes enfants de Josse Ridderbosch et Joanna Philippe Goossens.1 Le père Josse (1718-1801) était à l'origine un maître d'école et écrivait des vers en flamand et en latin. En 1763, il entre au service de Charles Marie Raymond, 5e duc d'Arenberg, qui tient une maison de taille princière. Charlotte, baptisée Carola en 1750, est l'un des trois enfants du couple à exercer la profession d'artiste. Charlotte épousa l'aristocrate Nicolas de Ciplet à Edingen et travailla également pour la famille d'Arenberg, comme l'avait fait son père, bien que dans le cas de Charlotte, elle travaillait probablement plus comme ...

Lire la suite

... une amatrice talentueuse que comme une artiste professionnelle, surtout en raison de son mariage avec un mari noble.

On ne connaît qu'un petit nombre de dessins de l'artiste. Ils sont invariablement signés, parfois comme "Mademoiselle Ridderbosch", comme dans nos dessins, et parfois en entier comme "Charlotte Ridderbosch". Elle préférait un style de dessin qui imitait les gravures imprimées, et il est possible qu'elle ait utilisé une encre d'imprimerie noire spéciale pour exécuter ses dessins, plutôt que l'encre de dessin normale qui, avec le temps, a presque toujours viré au brun. Les dessins en imitation de gravures étaient particulièrement populaires dans le Haarlem maniériste du début du XVIIe siècle, popularisé par Hendrick Goltzius (1558-1617) et son cercle, mais étaient assez rares à l'époque de Charlotte.

Plusieurs dessins de Charlotte Ridderbosch sont conservés à la Bibliothèque royale de Belgique à Bruxelles, dont une feuille représentant une scène rurale d'une ferme avec une femme tenant un enfant et un homme ramassant du bois, qui porte l'inscription et la signature " A la plume par / Charlotte Ridderbosch ", et dont le traitement est comparable à celui de nos deux charmants dessins.2 La mention " A la plume " a manifestement été ajoutée par l'artiste pour souligner qu'il s'agit bien d'un dessin et non d'une estampe, comme cela semble être le cas à première vue.

1. Pour l'artiste, voir L. Vande Casteele, 'Women artists in Ghent at the End of the Ancien Régime', Jaarboek Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, Antwerp 2000, pp. 209-30.

2. Plume et encre noire, ovale dessiné, dimensions inconnues, Koninklijke Bibliotheek van België, Bruxelles, inv. no. F37980 ; Vande Casteele, op. cit. fig. 13.

White Rose Fine Art

Dessin, Aquarelle & Pastel