FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Boudin Léonard

Léonard Boudin (1735-1804) - Ébéniste. Paris. Maître le 4 mars 1761. Il tenait un magasin d'ébénisterie et faisait des envois en province et à l'étranger.
Estampille de Léonard Boudin
Boudin-secretaire
Secrétaire à abattant estampillé Léonard Boudin, Paris, vers 1785. Placage d'acajou moucheté, bronze dorés, Marbre griotte des Flandres. Musée Carnavalet. © AnticStore

Simple ouvrier, Léonard Boudin gagnait pauvrement sa vie lorsque l'ébéniste Migeon lui demanda, pour l'un de ses clients, d'exécuter des meubles en marquetterie fleurie et en vernis de goût chinois. Ayant ainsi amassé un peu d'argent, il passe et obtient sa maîtrise en 1761 et installe son atelier rue Traversiére. Dès 1870, il reçoit des commandes de nombreux marchands de renom, comme Louis Moreau et Gerard Peridiez et acquiert vite une grande réputation. Il se fait surtout connaitre par ses marquetteries trés variées, travaillées tout en finesse et avec perfection. En 1772, en gardant toutefois son atelier, il ouvre un magasin de ventes rue Fromenteau qu'il transfére en 1777, dans le cloître Saint-germain-l'Auxerrois. Devant l'afflux des commandes, il se fait aider à son tour par d'autres ébénistes et devient l'un des principaux négociants de Paris. Peu à peu, Boudin délaisse ses propres fabrications pour ne proposer à ses clients que les oeuvres de ses confréres, d'où la double estampille trouvée sur de nombreux ouvrages. Boudin a laissé des meubles de style Louis XV, Transition et Louis XVI toujours d'excellente fabrication et qui définissent par leurs placages et leurs marquetteries des signes particuliers et caractéristiques "à la manière Boudin".

MUSÉES

  • Petit meuble de chevet dit "en-cas", en placage de bois de rose. Galbé sur toutes ses faces, il repose sur quatre petits pieds cambrés, ornés de sabots en bronze doré munis de roulettes. Il ouvre de face au moyen d'un rideau à deux volets coulissants qui dissimulent des tiroirs; deux tiroirs à la partie inférieure; en ceinture, un tiroir formant écritoire. Dessus en marbre brèche d'Alep encastré dans une ceinture de bronze.- N°MAD1570 - Musée des Arts Décoratifs - Lyon
  • Grand bureau à cylindre Louis XV - Château Champs-sur-Marne
  • Secrétaire Louis XVI en acajou moucheté - Musée Carnavalet - Paris
  • Petite commode Louis XV - Musée du Louvre
  • Petite table rectangulaire Louis XVI - Musée-hôtel Sandelin - Saint-Omer
  • Grande commode Louis XV - Château de Versailles
  • Petit secrétaire Louis XV galbé - Museum of Art - Cleveland

BIBLIOGRAPHIE

  • Le Mobilier Français du XVIIIème Siècle - Pierre Kjellberg - Les Editions de l'Amateur - 2008
  • Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934

Œuvre(s) de Léonard Boudin sur Anticstore

Réf : 78084

Secrétaire Louis XV estampillé L. BOUDIN (1735-1804)

Secrétaire Louis XV marqueté portant l'estampille de l'ébéniste parisien Léonard Boudin, reçu Maître le 4 mars 1761. Il ouvre en façade par un tiroir sur la doucine, un abattant ainsi que deux portes marquetés de bois de rose et bois de violette.  Il s'orne d'un élégant motif dit « en ailes de papillon ». A l'intérieur on découvre des gradins et six petits tiroirs galbés. ...

Époque : XVIIIe siècle

6 500 €

Proposé par :

Réf : 70760

Paire d'encoignures estampillées L* Boudin

Paire d’encoignures d’époque Louis XVI en laque européenne. Elles ouvrent chacune par une porte (l’une par la gauche, l’autre par la droite). Son décor en laque européenne aux chinois, paysage lacustre et pagodes. Ses montants de pieds avants son cannelés. Belle garniture de bronze doré, chutes, entrées de serrure et cul de lampe. Son dessus de marbre blanc de ...

Époque : XVIIIe siècle

28 000 €

Proposé par :

Réf : 70758

Petit bonheur du jour estampillé L*Boudin

Petit bonheur du jour estampillé L*BOUDIN, son gradin marqueté toutes faces de bois de rose et d’ustensiles, tasse, théière, vases, etc sur fond de bois teinté ouvre par un rideau. Il laisse découvrir à l’intérieur un petit tiroir et une étagère. Sa tablette amovible est marqueté de vases et d’un nécessaire à écrire sur fond de bois de rose et bois teinté. il laisse ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 68102

Secrétaire estampillé de Boudin

Ce secrétaire est galbé sur les cotés et en façade. Il ouvre par un tiroir à doucine inversé ,deux vantaux et un abattant sans traverse. Il est marqueté de bois de rose au point de Hongrie, de cartouches et encadré d'amarante. Son intérieur laisse découvrir deux tiroirs galbés et deux étagères en bois de rose. Ce secrétaire se distingue par la pureté de son travail et la ...

Époque : XVIIIe siècle

24 000 €

Proposé par :

Réf : 61451

Console d'époque Louis XVI en acajou estampillée Boudin

Console d'époque Louis XVI en placage d'acajou et acajou massif, elle ouvre par un tiroir en ceinture et deux portes latérales, les pieds ronds cannelés sont réunis par une tablette d'entretoise. Très belle ornementation de bronzes ciselés et dorés. Elle porte l'estampille de Boudin et une trace d'estampille de Ohneberg. Très probablement cette console a été faite par Onhneberg et ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :

Réf : 46817

Commode d'époque Louis XV estampillée Léonard Boudin

Commode galbée en bois de violette et bois de rose ouvrant par quatre tiroirs sur trois rangs et coiffée d'un marbre rouge-royal. Travail d'époque Louis XV estampillée Léonard Boudin, reçu maître le 4 mars 1761. Dimensions : 88 x 98 x 54 cm

Époque : XVIIIe siècle

9 800 €

Proposé par :

Réf : 44992

Secrétaire d'époque Transition estampillé Boudin

Elégant secrétaire plaqué de bois de rose marqueté sur trois faces de branchages fleuris et feuillagés en bois de bout de violette dans des encadrements de buis sur fond d’amarante. Il ouvre par un tiroir dans sa partie supérieure et un abattant découvrant quatre tiroirs, trois casiers. Deux vantaux dans sa partie basse. Montants à pans coupés, petits pieds cambrés. Ornementation de ...

Époque : XVIIIe siècle

Prix sur demande

Proposé par :