FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Oeben Jean-François

Jean-François Oeben - Ébéniste-marqueteur. Paris. Célèbre ébéniste de Louis XV, originaire d'Allemagne. Il travailla dans l'atelier de Charles-Joseph Boulle. Sa vogue ne tenait pas seulement à la perfection de sa technique, mais surtout à l'originalité de ses oeuvres. Il signait J.F. Œben.
Estampille de Jean-François Oeben
Commode de Jean François Oeben
Commode "à la grecque" d'époque Transition de Jean-François Oeben - Galerie Gilles Linossier © Anticstore

Jean-François Oeben figure comme l’un des plus grands ébénistes de la seconde moitié du XVIIIe siècle, remarquable à plus d’un titre par la qualité de ses ouvrages, par leur valeur esthétique, par le talent de mécanicien qu’il déploie au service de nombreux meubles mécaniques et enfin par le rôle majeur qu’il joue dans l’épanouissement du style néoclassique. Son influence est presque sans limite sur un grand nombre de ses contemporains, notamment ses élèves et collaborateurs.

Né à Heinsberg, non loin d’Aix-la-Chapelle, il est le fils de François Oeben et Mechtild Peters et le frère de Simon Oeben, lui-même ébéniste. Il arrive à Paris – après des études polyvalentes d’ébénisterie, sculpture sur bois, serrurerie ou encore mécanique – où il épouse en 1749 Françoise Marguerite Vandercruse, sœur du célèbre ébéniste. Il réside alors grande rue du Faubourg Saint-Antoine. Deux ans après, il entre dans l’atelier de Charles Joseph Boulle, qui travaille et demeure aux galeries du Louvres. Parallèlement, il commence à travailler à son nom et va alors fournir des marchands comme Lazare Duvaux.

La plus illustre cliente de ce dernier, la marquise de Pompadour, va d’ailleurs devenir sa protectrice. La liste des débiteurs conservée, révèle également des clients comme les duchesses de Brancas, de Lauraguais, les ducs de Choiseul, de Richelieu ou encore la Maréchale de Mirepoix. Parmi les membres de la famille royale, figure la Dauphine Marie Josèphe de Saxe.

Au décès de Charles-Joseph Boulle en 1754, Oeben est nommé ébéniste-menuisier du Roi aux Gobelins. Avec son frère Simon, ils partagent un atelier. Sa grande réputation lui attire de nombreuses commandes qui rendent très vite son atelier bien étroit. Dès 1756, il va obtenir des locaux plus vastes à l’Arsenal où se déroule le reste de sa carrière. Passionné de mécanique, le privilège d’y construire une forge est alors une chance pour Oeben.

Au nombre de ces collaborateurs figurent Riesener et Leleu, mais également divers artisans de grand renom comme le sculpteur Duplessis ou les bronziers Hervieux et Forestier. En 1759, il va obtenir un certificat de fournisseur des maisons royales, renouvelé en 1761 qui lui permet d’obtenir la maîtrise sans frais en vertu du privilège accordé aux ouvriers de la Couronne.

Secrétaire à cylindre estampillé Jean-François Oeben, vers 1760. Musée Nissim de Camondo. ©AnticStore

La manière d’Oeben est marquée sans conteste par ses marqueteries : superbes, d’une technique impeccable, elles en font l’un des plus grands maîtres du genre. Fleurs et feuillages en large bouquets, en corbeilles ou en tiges se détachent en bois précieux, de tons clairs, sur un fond plus soutenu, le plus souvent en satiné. Eminemment décoratifs, ils sont dessinés avec précision et souplesse, sans surcharge, très lisibles et habilement nuancés. Des rinceaux d’amarante les encadrent, sinueux sur les meubles Louis XV, rectilignes ou entrelacés de grecque sur les modèles Transition. Ils sont cernés d’un double filet d’ébène et de buis. Plus rigoureuses, plus conforme à l’esprit néoclassique, les marqueteries de motifs géométriques sont également très fréquentes. Elles cohabitent parfois avec les compositions florales, notamment sur les commodes Transition. Les réseaux de cercles entrelacés sont les plus caractéristiques de la manière personnelle de l’ébéniste.

Oeben Table Mecanique
Table mécanique attribué à François Oeben vers 1760. Bâti en chêne et orme, placage de bois de rose, satiné rubané, amarante, frisage de satiné et bois de rose dans des encadrements d'amarant, bronze doré. Musée Cognacq-Jay. © AnticStore

Plus rare, mais tout aussi figurative, une marqueterie de quatre-feuilles dans un quadrillage en sycomore orne, extérieurement et intérieurement, quelques tables liseuses. Des placages unis, de satiné et d’acajou principalement, marquetés en fil dans le sens horizontal ou vertical, habillent aussi des commodes Transition, des bureaux à cylindre et quelques petits meubles. Les bronzes, de très belle qualité, suivent également l’évolution des styles. Ceux des meubles Louis XV se présentent sous forme de longues feuilles et de motifs étirés très éloignés de la rocaille. Malgré un immense talent, sa carrière s’achève par un décès prématuré, alors qu’il est ruiné, moins de deux ans après.

Sa veuve conserve son atelier et en confie la direction à Riesener, qui l’épouse en 1767.

MUSÉES

  • Table mécanique - Musée Cognacq-Jay
  • Encoignure, Commode, Secrétaire - J. Paul Getty Museum
  • Commode, Secrétaire, Table à écrire, Console - The Frick Collection
  • Secrétaire à cylindre - Musée Nissim de Camondo
  • Commode à deux tiroirs sans traverse à ressaut central reposant sur quatre pieds légèrement cambrés terminés par des sabots en volute. Elle présente une marqueterie de bois de couleur, ornée de bronzes dorés et propose un dessus en marbre. La marqueterie d'amarante, de sycomore teinté, de bois de rose et bois violette disposée en trois panneaux verticaux dans des encadrements à la grecque, présente au centre une mosaïique de cubes sans fond et de chaque côté du ressaut une mosaïque de cercles sécants évoquant des rosaces. La marqueterie est cernée par un encadrement de filets à la grecque. L'ornementation en bronze comporte des chutes à têtes de bélier, des anneaux de tirage, et les sabots. Vers 1760 - N°MAD1225, Table d'en-cas, vers 1760-1765. De forme ovale, ce meuble repose sur quatre pieds légèrement cambrés, ornés d'importants sabots en bronze doré se terminant en volutes. Il est en placage de bois de rose avec encadrements en palissandre. - N°MAD669 - Musée des Arts Décoratifs - Lyon

BIBLIOGRAPHIE

  • Jean François Oeben - Rosemarie Stratmann-Dohler - Perrin & fils, Editions de l'Amateur - 2002
  • Le Mobilier Français du XVIIIème Siècle - Pierre Kjellberg - Les Editions de l'Amateur - 1989
  • Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934

Œuvre(s) de Jean-François Oeben sur Anticstore

Réf : 77043

Coiffeuse Transition estampillée JF OEBEN

Ce meuble est celui représenté en photo, page 661 du livre de Pierre KJELLBERG, « Le Mobilier Français du XVIII ème siècle » Cette coiffeuse à caissons est plaquée de bois de rose en ailes de papillon, elle a sept tiroirs dont trois simulés et une tirette écritoire. Le plateau à trois volets dégage un miroir central et deux caissons amovibles. Cette conception de coiffeuse se ...

Époque : XVIIIe siècle

28 000 €

Proposé par :