EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
L'atelier du peintre Étienne-Prosper Berne-Bellecour
L'atelier du peintre Étienne-Prosper Berne-Bellecour - Tableaux et dessins Style L'atelier du peintre Étienne-Prosper Berne-Bellecour - Philippe Delpierre L'atelier du peintre Étienne-Prosper Berne-Bellecour -
Réf : 86859
2 300 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 66.5 cm X H. 44.5 cm
Tableaux et dessins Tableaux XIXe siècle - L'atelier du peintre Étienne-Prosper Berne-Bellecour XIXe siècle - L'atelier du peintre Étienne-Prosper Berne-Bellecour
Philippe Delpierre
Philippe Delpierre

Mobilier et Objets dart des XVIIe, XVIIIe et début XIXe siècle


+33(0)1 47 03 32 25
L'atelier du peintre Étienne-Prosper Berne-Bellecour

Cette toile représente l'atelier d'Etienne-Prosper BERNE-BELLECOUR ( 1838 -1910) dont nous connaissons une photographie réalisé par Edmond Bénard (1838 – 1907) photographe réputé pour sa série de vues d'ateliers d'artistes: "artistes chez eux" prises dans les années 1880 – 1890. Déposées à la bibliothèque nationale, elles représentent des intérieurs d'artistes exposant au Salon.

Bien des peintres, et cela dès le 17e siècle avec l'illustre Rembrandt, se sont représentés dans leur atelier. Au 19e siècle, Courbet, Bazille, Gauguin ont représenté leur atelier dans de nombreux et célèbres tableaux. La plupart du temps on y voit l'artiste se représenter devant son chevalet, le pinceau et la palette à la main.
Au 19e siècle les ateliers sont très nombreux à Paris, simples ateliers sous les combles munis de grandes verrières, et pour les peintres les plus en vue dans des hôtels particuliers.
Le peintre rassemble dans son atelier le monde dans lequel ...

Lire la suite

...
L'atelier est un condensé du monde réel et imaginaire dans lequel le peintre se meut; c'est un condensé des mœurs de l'époque et de l'imaginaire collectif véhiculé par la littérature, en particulier pour l'exotisme.
Tout atelier se doit donc d'avoir un cadre recréant l'illusion de "l'ailleurs" afin de mettre en situation le modèle.

L'atelier sera aussi un thème photographique, la "vue d'atelier" ,un genre pictural , devient donc un cliché. Les rôles s'inversent, l'artiste devient modèle: c'est le regard extérieur, celui du photographe, ami ou intrus, qui donne son point de vue.

Le centre de la perspective se trouve sur l'escalier menant probablement à la mezzanine qui occupe le haut du tableau et dessert le plus souvent les appartements du peintre, surmonté d'un imposant lustre dans le goût hollandais, comme on peut le retrouver sur un certain nombre de photographies d'ateliers par Edmond Benard
Du côté droit du tableau, le peintre, palette à la main, est assis sur une chauffeuse en train de peindre son modèle: un militaire, sabre à la main. Derrière lui, un condensé du retour à l'époque Renaissance avec un buffet à deux corps, entouré de chaises, le tout surmonté d'un plat d'offrande encadré par des fusils.
Du côté gauche, on bascule dans l'orientalisme avec une ouverture encadrée de bannières décorées de motifs orientaux et de vases japonisants. Pour compléter cette ouverture sur le lointain, un salon pseudo oriental est recrée au premier plan avec un tapis d'orient et un canapé recouvert d'un tissu chamarré complété d'une table d'appoint orientale à incrustation de nacre sur laquelle on a placé une jardinière avec son palmier d'intérieur.
Pour faire contrepoint à cet "ailleurs", un chevalet avec son tableau terminé occupe le coin droit du tableau, rappelant la réalité quotidienne de celui qui est assis en train de peindre.

53,5 X 76 cm avec le cadre

Philippe Delpierre

Tableaux XIXe siècle