EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait de jeune femme au lilas attribué à Carolus Duran
Portrait de jeune femme au lilas attribué à Carolus Duran - Tableaux et dessins Style Portrait de jeune femme au lilas attribué à Carolus Duran - Philippe Delpierre Portrait de jeune femme au lilas attribué à Carolus Duran -
Réf : 84671
4 800 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 90 cm X H. 113 cm
Tableaux et dessins Tableaux XIXe siècle - Portrait de jeune femme au lilas attribué à Carolus Duran XIXe siècle - Portrait de jeune femme au lilas attribué à Carolus Duran
Philippe Delpierre
Philippe Delpierre

Mobilier et Objets dart des XVIIe, XVIIIe et début XIXe siècle


+33(0)1 47 03 32 25
Portrait de jeune femme au lilas attribué à Carolus Duran

Portrait d'une jeune femme en robe noire avec un plastron mauve orné d'une branche de lilas tenant un gant dans sa main gauche.
attribué à Auguste-Emile Durant dit Carolus-Duran ( 1837 – 1917)


Sous la IIIe République, les Salons ont constitué le terrain idéal pour la vie politique, artistique et culturelle.
Hérités des Salons du XVIIIe siècle, c'est là que l'on se fait connaître, c'est là que l'on se tient au courant des dernières nouvelles. C'est dans ces hauts lieux de la vie mondaine parisienne qu'Auguste Emile Durant dit Carolus-Duran évoluera.
Après des études à l'académie de Lille, il arrive à Paris en 1853. En 1859, il expose pour la première fois au Salon en compagnie de Manet et Courbet qui sont devenus ses amis. Puis grâce à une bourse, il part en Italie et en Espagne pendant quatre ans. A son retour en 1866, il obtient une médaille d'or au Salon.
C'est à partir de 1870 qu'il se consacre principalement au portrait suite à la renommée ...

Lire la suite

... acquise par son tableau "la dame au gant" (aujourd'hui au musée d'Orsay) et que les honneurs ne cessent de lui être attribués: légion d'honneur, membre du jury de chaque exposition universelle, membre de l'académie des beaux-arts, directeur de l'académie de France à Rome.
A son décès en 1917, il laisse une œuvre importante et à l'instar de ses contemporains Perignon, Dubufe ou Giuseppe de Nittis, ses portraits restent le témoignage d'une époque pendant laquelle l'art du portrait servait à imposer l'image triomphante de la bourgeoisie installée dans la plaine Monceau telle que la décrit à merveille Emile Zola.

Philippe Delpierre

XIXe siècle
Lustre empire à neuf lumières
Lustre empire à neuf lumières

7 500 €

Tableaux XIXe siècle