FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Oeben Simon

Simon Oeben (Mort le 4 avril 1786) Ébéniste. Paris. Maître le 4 avril 1786. Frère de Jean-François Œben. Il épouse comme son frère une des soeurs de Roger Vandercruse. Les meubles qui portent son estampille sont relativement rare.
Estampille de Simon Oeben
Simon Oeben - Commode
Commode à ressaut central à deux niveaux de tiroirs sans traverse, vers 1760. Le type de jeu de fond employé pour la marqueterie de cette commode est au départ caractéristique de Jean-François Oeben. estampille : J F-OEBEN et S. OEBEN (sur la rive de la traverse) N°MAD1225 © Lyon, MTMAD – Pierre Verrier

Simon Oeben commença sa carrière d’ébéniste dans l’atelier des Gobelins de son célèbre frère aîné, l’ébéniste Jean-Francois Oeben. Après le départ de celui-ci pour l’Arsenal, il restera dans l’atelier et continuera, seul, ses activités. Il obtient ses lettres de maîtrise en 1769 et reçoit, tout comme son frère auparavant, le titre de premier ébéniste du roi. Parallèlement à ses fonctions royales, il possède une très riche clientèle et ouvre un important magasin pour exposer tous ses ouvrages.

Ses meubles, de style Transition et Louis XVI, de très belle qualité, sont tous exécutés avec soin et raffinement. Ils sont généralement recouverts de placages en feuilles ou de marqueteries de motifs géométriques particulièrement de cubes. On peut mentionner de très belles commodes de style Transition, à double ressaut, en acajou ou en satiné, à placage de fils horizontaux et d’une très grande sobriété. Les ornementations sont discrètes et les bois employés présentent toujours de très chaudes tonalités. Jean-Francois Oeben, Roger Vandercruse et lui même, très liés dans la vie, ont souvent estampillés des oeuvres de modèles identiques. La production de Simon Oeben comporte également des meubles d’usage plus courant, comme des tables de chevets, des bidets...mais toujours exécutés avec le plus grand soin. Simon Oeben mourut en 1786 en ne laissant à sa veuve que des dettes. Malgré de gros efforts elle ne parviendra pas à redresser la situation désastreuse et sera obligée de cesser toute activité un an plus tard.

Oeben simon - table
Table à écrire vers 1765-1770 de Simon Oeben - Musée Albert et Victoria

MUSÉES

  • Bidet Louis XV en placage de satiné - Musée Arts décoratifs de Paris
  • Table à écrire Louis XVI - Musée Victoria and Albert
  • Commode à deux tiroirs, réalisation de Simon et Jean-François. Bâti en chêne. Façades de tiroir en conifère. Marqueterie de bois de rose et de bois de violette sur fond de sycomore teinté « tabac ». Chutes, entrées de serrure, anneaux de tirage et sabots en bronze ciselé et doré. Plateau en brèche d’Alep. N°MAD1225 - Voir la description sur Jean-François Oeben - Musée des Arts Décoratifs - Lyon

BIBLIOGRAPHIE

  • Le Mobilier Français du XVIIIème Siècle - Pierre Kjellberg - Les Editions de l'Amateur - 2002
  • Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934