FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Beneman Guillaume

Guillaume Beneman (1750-1811) – maîtrise obtenue le 3 septembre 1785 : Il est l’un des derniers grands ébénistes parisiens du XVIIIème siècle. Originaire d’Allemagne, Guillaume Beneman arrive dans les dernières années du règne de Louis XVI à Paris, à un âge relativement avancé.
Estampille de Guillaume Beneman

Guillaume Beneman travaille dans un premier temps comme ouvrier libre au faubourg Saint-Antoine. Il est presque immédiatement demandé par le Garde-Meuble Royal pour réaliser des commandes.

Guillaume Beneman - CommodeCommode de Beneman - Chateau de Versailles © AnticStore

A l’époque, son confrère Jean-Henri Riesener commence à voir son succès pâlir en raison des prix très élevés qu’il demande. Aussi le préfère-t-on très vite à ce dernier et est-il nommé ébéniste ordinaire du mobilier de la Couronne à sa place. Le Garde-Meuble lui accorde même avec ce titre une somme de 1 527 livres pour lui permettre de se fournir en outils nécessaire à l’accroissement de sa production. La protection de la reine Marie-Antoinette lui permet d’obtenir la maîtrise grâce à quelques dispenses. Peu après, il abandonne le faubourg Saint-Antoine pour s’établir rue du Forez, dans le quartier du Temple. Sous l’autorité du sculpteur Jean-Hauré, Beneman réalise de très nombreuses commandes de 1784 à 1792 pour les demeures royales. Hormis le Roi, la Reine ou encore le Dauphin, à Versailles et à St-Cloud, il est aussi le fournisseur du frère du roi.

Sa production se compose aussi bien de meubles modestes pour les appartements secondaires, que de modèles de luxe pour les grands salons. Il est alors assisté d’artisans réputés, notamment pour les bronzes, comme Thomire, Ravrio, Forestier ou encore Feuchère.

L’acajou est le bois de prédilection de Beneman. Il l’emploie en larges panneaux que limitent des baguettes de bronze très finement ciselées. Bien proportionnés, ses meubles sont toujours très architecturés. L’une de ses œuvres caractéristiques est la commode, à la face compartimentée en trois parties par de stricts encadrements de bronzes. Beneman réalise également de nombreuses consoles dessertes, bureaux plats, tables à écrire ou encore des tables tric trac.

Un meuble, enfin, par son caractère insolite et par le raffinement de sa conception prend une place unique dans la production de Beneman. Ce meuble estampillé est le cabinet de collectionneur issu du cabinet de Madame Adélaïde à Versailles. Composé de dix tiroirs, plaqué d’acajou et d’ébène, il est entièrement orné de plumes d’oiseaux et d’ailes de papillons exotiques, noyés dans des panneaux de cire fixés sous verre. 

Benneman-table-tric-trac
Table tric-trac vers 1785-1790, musée des arts décoratifs, bâti en résineux et chêne, placage en acajou, bronze doré, cuir marque au feu "C" et "G" (adossés, couronnés) © AnticStore

Au cours de la Révolution, quelques petites commandes sont encore passées à Beneman. Il est notamment employé à supprimer sur les meubles les emblèmes de l’Ancien Régime. Son activité, bien que réduite reprend ensuite sous le Directoire où il travaille sous les ordres du marchand Collignon. Il cède peu après son activité.

MUSÉES

  • Table Tric-Trac - Musée des arts décoratifs
  • Cabinet - Getty Museum
  • Commode - Chateau de Versaille

BIBLIOGRAPHIE

  • Le Mobilier Français du XVIIIème Siècle - Pierre Kjellberg - Les Editions de l'Amateur - 2002
  • Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934
  • Les Ebénistes français de Louis XIV à la Révolution - Alexandre Pradere - Editions du Cêne, Paris, 1989

Œuvre(s) de Guillaume Beneman sur Anticstore

Réf : 77332

Commode d'époque Louis XVI estampillée de Guillaume BENEMAN

Très rare et remarquable commode en acajou massif, placage d'acajou moucheté, de fil et ronceux. De forme orthoédrique, elle ouvre en façade par deux larges tiroirs de long à traverse intermédiaire apparente. Un tiroir supérieur sous le marbre dont la façade présente un rang simulant trois petits tiroirs. Une ceinture souligne et sépare la disposition de ce tiroir, et créé un ...

Époque : XVIIIe siècle

Prix sur demande

Réf : 66075

Semainier estampillé G. Benneman

Ce meuble "semainier" simule en façade sept tiroirs, et ouvre à six compartiments, puisque les deux tiroirs du bas sont réunis en un seul. Ce meuble réalisé en placage d'acajou flammé est orné sur chaque façade de tiroir d'un jonc en laiton souligné d'un filet d'ébène. Chaque tiroir est séparé par une traverse, elle-même soulignée d'un jonc en laiton. Les angles sont à ...

Époque : XVIIIe siècle

22 000 €