EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Jacques GAY (1851-1925) - Halte de nomades à Sassenage
Jacques GAY (1851-1925) - Halte de nomades à Sassenage - Tableaux et dessins Style
Réf : 68724
16 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Jacques GAY (Voreppe 1851 - Grenoble 1925)
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
L. 180.5 cm X l. 120.5 cm
Galerie Vaujany
Galerie Vaujany

Tableaux et meubles du Dauphiné


+33 (0)4 76 43 78 57
+33 (0)6 85 11 52 06
Jacques GAY (1851-1925) - Halte de nomades à Sassenage

Huile sur toile, signée et datée 1885 en bas à droite

Exposition :
• Salon de Paris 1885 n°1067

Jacques GAY (Voreppe 1851 - Grenoble 1925)
D’abord typographe, puis correcteur d’imprimerie, il se sent très vite attiré par la Peinture. Son premier maître à Grenoble, Firmin Gauthier, ancien élève d’Hébert, décède en 1877 à l’âge de 39 ans. Gay entre l’année suivante à l’École des Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de Gérome et déjà, en cette fin de première année, il est admis au Salon de Paris avec un autoportrait. Il expose ses oeuvres au prestigieux Salon jusqu’en 1902. Hébert, chargé en 1874
du projet du décor de l’abside du Panthéon, réalisé en mosaïque, emploie Gay pour reporter dans la coupole les dessins établis. La vie parisienne ne lui convenant pas, il décide de rentrer dans son Dauphiné natal. Son épouse, décédée très tôt, lui laisse un fils, Gabriel, fondateur en 1889 de la célèbre horlogerie-bijouterie ...

Lire la suite

... de la rue Montorge à Grenoble. Le Musée de Grenoble
conserve de nombreuses oeuvres de l’artiste.

Excellent portraitiste, sensible paysagiste, c’est cependant dans les scènes de genre et particulièrement dans les représentations d’ouvriers-artisans au labeur, qu’il s’exprime le mieux. Avec un grand réalisme, il traduit son respect pour le monde du travail manuel. Il célèbre dans ses tableaux la dignité des travailleurs, leur compétence, leur amour du travail bien fait ; il valorise, avec une grande précision, dans les ateliers abondamment éclairés par la lumière du jour, la beauté de leurs produits et la qualité de leurs outils. (voir n°55 du
présent catalogue). Fils de cultivateur, il brosse aussi des paysans soigneusement observés chez eux ou dans les champs. Dans le tableau, reproduit ci-contre, le peintre nous montre, avec une intensité d’émotion
empreinte de moralisme, une classe sociale ignorante et isolée. Les nomades, suivant une longue et ancestrale manière de vivre, sillonnent les routes et, d’étapes en étapes, font halte aux portes des villes. Ils dépendent de la générosité des bourgeois de la ville proche et leur propose leur savoir-faire : rempaillage, vannerie, rétamage… Ici, femmes et enfants de la bonne société grenobloise, élégamment vêtus, rendent visite à une famille du monde de l’errance, montrée dans le décor de sa vie quotidienne.

Galerie Vaujany

Tableaux XIXe siècle