FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Lapierre François

François Lapierre (1753 - 1823) Menuisier. Lyon. Maître en 1784. Il produisit de beaux bois de sièges, qu'il marquait: F. Lapierre A Lyon. Sa production est purement Louis XVI. Ses dossiers médaillon s'inscrivent parfois dans une structure rectangulaire.
Estampille de François Lapierre
Lapierre François - Fauteuil de bureau
Fauteuil de bureau en noyer, assise pivotante, époque Louis XVI, estampillée F. Lapierre à Lyon (Galerie Jean Rey, Lyon ; © B. Deloche)

François Lapierre naquit à Monnetier-Mornex, en Savoie. En 1781 il entre comme compagnon chez Nicolas Parmantier. Il se marie la même année et obtient ses lettres de maîtrise en 1784. En 1793, il perd sa femme et on le retrouve en 1804 installé comme menuisier 55 rue Tramassac, à Lyon où il demeure avec 4 enfants et emploie 2 ouvriers. Il meurt le 11 juin 1823 rue de l’Archevêché, dans l’ancien logement du Sieur Girard, comme nous l’apprend une étiquette figurant sur la ceinture de sièges Louis XVI fabriqués dans les dernières années de sa vie. La famille Lapierre sera l’une des familles les plus représentatives du mobilier lyonnais. François eut au moins un fils menuisier, Claude I er ainsi qu’un petit fils Claude II. On mentionne de 1852 à 1875 un C. Lapierre ébéniste, sculpteur sur bois et fabricant de sièges. L’Indicateur de Lyon de 1860 cite un ébéniste J. Lapierre établi rue Saint-Marcel et celui de 1888 note encore un Lapierre menuisier rue Boileau.

Lapierre François - étiquette

L'estampille de Lapierre se trouve le plus souvent sur une barre de renfort. Beaucoup plus rarement, Lapierre collait une étiquette à la façon des Hache à Grenoble à l'intérieur de la ceinture du siège.

Francois lapierre - estampille F.L
Bergère en noyer, époque Transition, estampillée F.L (coll. part.; (c) B. Deloche)

Cette estampille « F.L » semble être la deuxième estampille de François Lapierre, c'est par déduction que nous pensons qu'il doit s'agir de Lapierre (le seul nom qui corresponde à ces initiales), qui aurait travaillé comme artisan indépendant entre 1781 et 1784, date de sa réception à la maîtrise, N'appartenant pas à la corporation, il ne devait pas être autorisé à signer de son nom. Elle figure souvent en complément de la principale sur divers éléments d'un siège (nous la connaissons depuis 1970 environ). On notera que J. Nicolay donne à tort cette estampille à Lebesgues.

MUSÉES

  • Chaise cabriolet Louis XVI à dossier chapeau en bois mouluré. Le siège, large et de forme légèrement mouvementée sur le devant, repose sur des pieds droits, cannelés et fuselés, H. 0,91 ; l. 0,52 ; P. 0,45, estampille F.LAPIERRE (sous le siège sur la traverse) - N°: MAD 1869 - Musée des Arts décoratifs de Lyon

BIBLIOGRAPHIE

  • Nogaret et le siège lyonnais - Bernard Deloche, Jean-Yves Mornand - Jacques André éditeur - 2009
  • Le Mobilier Français du XVIIIème Siècle - Pierre Kjellberg - Les Editions de l'Amateur - 2008
  • Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934