FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Jacob Frères

Les deux fils de Georges Jacob, Georges II (1768-1803) et François-Honoré-Georges (1770-1841), s'associent en 1796 pour reprendre l'atelier de leur père sous la raison sociale et l'estampille: "Jacob frères, rue Meslée".
Estampille de  Jacob Frères
Jacob Frères Rue Meslée - Canapé
Canapé en acajou d'époque Empire, Estampillé "JACOB FRERES RUE MESLEE. Le Couvent des Ursulines © AnticStore

Dans l'entreprise qu'ils dirigèrent ensemble jusque vers la fin du Consulat, l'aîné (Georges II Jacob) s'occupa de l'administration commerciale et le second de la partie technique. François-Honoré-Georges se faisait appeler Jacob-Desmalter, du nom d'une propriété que son père possédait en Bourgogne.

Le général Bonaparte, en revenant d'Italie, commanda aux frères Jacob, pour sa chambre à coucher rue Chantereine, un curieux mobilier militaire dont le lit simulait une tente et les sièges des tambours. Plus tard le Premier Consul fit appel aux mêmes ébénistes pour remeubler les anciennes résidences royales dévastées par la Révolution. Après avoir produit jusqu'alors des ouvrages d'un goût très sobre, qui valaient surtout par le caractère et la pureté du style, les Jacob commencèrent à fabriquer des morceaux plus richement ornés de sculptures et de bronzes. Parfois ils les relevèrent aussi avec des incrustations en bois de couleur et de bas-relierfs de porcelaine imitant les biscuits de Wedgwood. Une médaille d'or leur fut décernée à l'expolistion de l'an IX, où ils avaient présenté notamment deux commodes garnies de camées. Ils se surpassèrent au concours le l'année suivante. Leus envoi comprenait, entre autres morceaux, plusieurs trépieds en brûle-parfums et une somptueuse console de bois sculpté et doré, couverte d'une mosaïque italienne.

MUSÉES

  • Deux fauteuils en acajou, dossier ajouré à croisillons - Château de Compiègne
  • Salon comportant une chaise longue, deux bergères, deux fauteuils, deux chaises, un tabouret et un guéridon livré vers 1798 à Madame Récamier - Louvre

BIBLIOGRAPHIE

  • Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934

Œuvre(s) de Jacob Frères sur Anticstore

Réf : 64076

Paire de coiffeuses d'époque Empire, estampillée Jacob Frères rue Meslée

Ces tables coiffeuses en placage d'acajou à un tiroir en ceinture sont recouvertes d'un marbre blanc. Un bronze en forme de losange terminé par des palmettes orne l'entrée de serrure. Deux colonnes servent de montants au miroir basculant de forme ronde. Les pieds sont réunis sur les côtés par deux croisillons et par une tablette d'entrejambe en placage d'acajou. Durant la période ...

Époque : XIXe siècle

20 000 €

Réf : 60711

Table à la Tronchin par Jacob

Rare petite table d’architecte dite « à la Tronchin » en citronnier et acajou. Elle s’élargit par deux tirettes latérales et ouvre à un tiroir en ceinture découvrant une écritoire et un réceptacle mobile. Les pieds sont terminés par des griffes de lion et les deux pieds antérieurs sont somptueusement sculptés de cariatides en terme. Prototype unique en son genre elle fut ...

Époque : XIXe siècle

Proposé par :