FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Cordié Guillaume

Guillaume Cordié (1725 - 1785) - ébéniste, Maître le 18 juin 1766. Il exerça rue de Charonne jusqu'à sa mort. La plupart de ses ouvrages se rattachent au style transitoire Louis XV à Louis XVI.
Estampille de Guillaume Cordié

Guillaume Cordié travaille comme artisan libre avant d’obtenir ses lettres de maîtrise en 1766. Il s'établit rue de Charonne et y restera jusqu’à sa mort. Ses oeuvres, de belle qualité et aux proportions harmonieuses, sont pour la majorité de style Transition et Louis XV. Il exécuta essentiellement des petits meubles : coiffeuses, en forme de cœur , tables à écrire, mais Guillaume Cordié fut incontestablement le maitre des bonheurs-du-jour. Ceux-ci, en placage de bois de rose, présentent un corps supérieur fermé par deux portes coulissantes, et comportent deux petits tiroirs encastrés dans une ceinture à caissons. Un plateau se déplie pour former l’écritoire. Les pieds galbés de ses meubles leur donnent élégance et grâce. On peut également mentionner quelques commodes de style Transition, en bois de rose disposé en ailes de papillons, et marquetées de cubes et de quatre feuilles. Aprés sa mort, sa femme continuera son activité rue de Charonne jusqu'à la Révolution.

BIBLIOGRAPHIE

  • L'art et la manière des maîtres ébénistes français au XVIIIe siècle - Jean Nicolay - édition Pygmalion - 1976
  • Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934
  • Le Mobilier Français du XVIIIème Siècle - Pierre Kjellberg - Les Editions de l'Amateur - 1989

Œuvre(s) de Guillaume Cordié sur Anticstore

Réf : 73269

Bonheur du jour d’époque Transition, estampillé Guillaume CORDIE

Bonheur du jour d’époque Transition en placage de satiné et de bois exotique. Il ouvre dans la partie basse par deux vantaux découvrant un compartiment et un coffre, par un abattant formant un écritoire gainé de velours vert (postérieur) et par deux vantaux en partie haute découvrant quatre petits tiroirs et deux casiers. Il repose sur quatre pieds cambrés soulignés de bronzes ...

Époque : XVIIIe siècle

5 500 €

Proposé par :