EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
"Les Captifs" - William Holyoake (1834-1894)
Réf : 98810
13 500 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
William Holyoake (1834-1894)
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 71 cm X H. 91 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
"Les Captifs" - William Holyoake (1834-1894)

William Holyoake R.B.A. (1834-1894)
"Les Captifs"
Huile sur toile, signée (en bas à gauche) W. Holyoake
91 cm. x 71 cm.

Cette délicieuse scène de genre de l'éminent artiste William Holyoake représente l'intérieur d'une volière où des personnalités de la société, toutes habillées à la dernière mode, se pressent pour admirer des colombes blanches dans leur cage dorée ainsi que d'autres oiseaux qui ne sont pas visibles. Compte tenu de sa taille, de sa qualité et de son sujet, on pense que cette huile est l'une des deux expositions de l'artiste présentées en 1868 à la Royal Society of British Artists, où il a exposé au total 53 tableaux entre 1879 et 1888. Typique des compositions à groupes multiples d'Holyoake, dans lesquelles il plaçait souvent un beau portrait à côté d'un autre, elle est pleine de détails anecdotiques, de la jeune fille au premier plan central qui se bouche les oreilles pour étouffer le bruit des oiseaux à sa mère debout à côté ...

Lire la suite

... d'elle, captivée par les captifs alors qu'elle s'appuie sur la balustrade en laiton. Autour d'eux, des hommes et des femmes sont vêtus de tenues esthétiques, dont les manières reflètent les colombes blanches qui symbolisent historiquement l'amour. Ainsi, on voit un homme à l'arrière-plan qui tire son chapeau à une jeune femme qui, comme les oiseaux, est vêtue de blanc et qui est en même temps admirée par un autre homme caché derrière la cage à oiseaux à l'extrême gauche. À côté d'eux, à l'arrière-plan, se trouve un homme au chapeau haut de forme qui, ignorant les oiseaux, ne s'intéresse qu'à une séduisante dame portant une robe verte et vue de profil à l'extrême droite.

Holyoake était un maître du genre contemporain et historique, ainsi qu'un excellent portraitiste. La présente huile peut être comparée à plusieurs autres de ses œuvres, notamment "In the Front Row at the Opera" (Glasgow Museum and Art Gallery Collections) qui comprend également des personnages habillés de manière esthétique, dont certains sont vus de profil et comprennent un éventail de belles femmes. Celles-ci, comme celles présentées ici, peuvent être comparées aux "Stunners" qui figuraient dans les œuvres de Dante Gabriel Rossetti, cofondateur du mouvement préraphaélite et l'un des leaders du mouvement esthétique, qui a pris de l'ampleur à la fin des années 1860. Outre les tableaux susmentionnés, on peut admirer les peintures d'Holyoake dans les collections publiques britanniques, notamment l'excellent portrait de son frère aîné, le journaliste George Jacob Holyoake (Birmingham Museums Collection), un autre du patriote italien Felice Orsini (1819-58) (Newcastle University) et "The Death of Major Peirson, 6 January 1781", d'après John Singleton Copley (Royal Court House, Jersey).

Né à Birmingham en 1834, William Holyoake était le fils de George Holyoake, un papetier, et de son épouse Catherine née Groves. Ils ont eu onze enfants dont William était le neuvième, né dix-neuf ans après son aîné. Au moment du recensement de 1851, lorsque William avait dix-sept ans, il vivait encore avec ses parents et travaillait comme mouliste de verre. Cependant, en 1859, deux ans après son mariage avec Mary Catherin née Webster, lui et sa nouvelle femme ont déménagé à St. Pancras, à Londres, où il a commencé à gagner sa vie avec sa peinture et son pinceau. C'est le début de sa brillante carrière artistique, au cours de laquelle il expose dans la plupart des grandes expositions annuelles, notamment à la Royal Academy, où il expose quatorze tableaux entre 1865 et 1885. Ses œuvres ont également été exposées à la British Institution, au Royal Institute of Oil Painters, à la Royal Society of Artists de Birmingham, au Glasgow Institute of the Fine Arts, à la Walker Art Gallery de Liverpool et à la Manchester City Art Gallery.

Élu membre de la Society of British Artists en 1879, Holyoake en devient le vice-président en 1887, alors que James McNeill Whistler en est le président. En 1888, Holyoake fait partie de ceux qui demandent la démission de Whistler. Cependant, les deux hommes étaient restés en bons termes et, en mai 1884, Holyoake avait été invité au vernissage de la récente exposition de Whistler à la Dowdeswell Gallery de Londres. L'estime de Holyoake était telle qu'il fut également deux fois conservateur d'une des écoles de la Royal Academy, la dernière fois en tant que conservateur de l'école de peinture dont il prit sa retraite en 1870, où les étudiants de l'Académie organisèrent un dîner spécial en son honneur. William Holyoake et son épouse Mary ont eu trois enfants, dont Rowland Holyoake (1861-1928) qui a suivi les traces de son père, se faisant un nom en tant que peintre de genre et de portrait, tout en se spécialisant dans les paysages et les intérieurs.

Richard Redding Antiques

XIXe siècle
Pendule Empire de Claude Galle
Pendule Empire de Claude Galle

11 000 €

Tableaux XIXe siècle