EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pendule figurative Empire par Claude Hémon
Pendule figurative Empire par Claude Hémon - Horlogerie Style Empire
Réf : 98659
25 000 €
Époque :
XIXe siècle
Dimensions :
l. 56 cm X H. 92 cm X P. 29 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Pendule figurative Empire par Claude Hémon

Une très belle pendule figurative Empire en bronze doré et patiné et marbre rouge griotte d'une durée de huit jours par Claude Hémon et logée dans un magnifique coffret du bronzier Pierre-Victor Ledure, signée sur le cadran en émail blanc Ledure Bronzier à Paris et également Hémon hr . Le cadran avec des chiffres romains et une paire d'aiguilles en acier bleui pour indiquer les heures et les minutes. Le mouvement avec échappement à ancre, suspension à fil de soie, sonnerie à l'heure et à la demi-heure sur une seule cloche, avec roue de compte extérieure. Le boîtier présente les figures de Psyché à droite qui se penche vers l'intérieur pour couronner Cupidon qui se tient de l'autre côté d'un socle rectangulaire bombé en marbre rouge griotte entourant le cadran, monté en dessous d'une lyre sortant d'une paire de cornucopias, le socle reposant sur une marche en bronze doré moulée avec un vase central flanqué d'une paire de cygnes, les figures et le socle ...

Lire la suite

... bombé sur une base rectangulaire comparable en marbre montée avec des couronnes entrelacées au-dessus d'une bordure feuillagée reposant sur des pieds en pattes de lion ailées.

Paris, date vers 1815-20
Hauteur 92 cm, largeur 56 cm, profondeur 29 cm.

Ce magnifique coffret représentant Psyché couronnant Cupidon, réalisé par Pierre-Victor Ledure (1783-après 1840), est basé sur un modèle du sculpteur Claude Michallon (1751-99) datant d'environ 1814. Ledure a également produit des boîtiers de conception similaire, y compris un boîtier abritant un mouvement de Thomas à Paris, actuellement au Schloss Ellingen, en Allemagne, ainsi qu'un autre vendu par Sotheby's New York, le 10 novembre 1986, lot 105. Des boîtiers presque identiques ont également été fabriqués par Pierre-Philippe Thomire (1751-1843) ainsi que par Lucien-François Feuchère (fl. 1784-1824), qui a vendu en 1816 un modèle similaire intitulé "Pendule de Psyché couronnant l'Amour, groupe modelé par feu Michallon". Feuchère a également présenté un autre exemple à l'Exposition de produits de l'industrie de 1819. D'autres boîtiers d'horloge similaires se trouvent au château de Fontainebleau, au ministère de la Guerre, au ministère de la Marine et au musée de Marmottan à Paris, ainsi que dans la collection royale britannique au Royal Pavilion, à Brighton.

L'un des nombreux attraits de cette horloge est que le cadran porte les noms de l'horloger Claude Hémon (fl. 1770-1820) et du bronzier Pierre-Victor Ledure. Outre les boîtiers d'horloges, Ledure a produit une variété de candélabres, torchères, girandoles, centres de table et guéridons d'une grande finesse, dans le style Empire et le style renaissance. Né à Paris en 1783, il était le fils de Laurent Ledure et de Marie-Marguérite née Lainé, qui mourut alors qu'il n'avait que cinq ans, en 1788, peu avant la Révolution française. Heureusement pour Ledure, il a été mis en apprentissage chez le célèbre bronzier André-Antoine Ravrio (1759-1814) ; c'est cette association qui allait s'avérer l'une des meilleures formes de recommandation dans la suite de sa carrière. Ledure a noué une amitié étroite avec Ravrio et son fils adoptif, Louis-Stanislas Lenoir-Ravrio (1783-1846), qui ont tous deux été témoins de son mariage en 1811. L'épouse de Ledure, Geneviève, était la fille d'un ancien doreur, Edme Dartois (d. 1796), tandis que son frère, Jean-Edme, était un bronzier qui partagea plus tard un atelier avec Ledure. Au début de sa vie conjugale, Ledure travaillait rue Neuve des Petits-Champs. En 1834, lorsqu'il renomme son entreprise Ledure et Cie, il déménage au 16 rue Vivienne, puis en 1836, il déménage à nouveau au 2 rue Vivienne.

Bien que Ledure n'ait jamais été employé directement par le Garde-Meuble, il reçut de nombreuses commandes importantes pendant la période de l'Empire, bénéficiant du patronage d'une riche clientèle internationale, comme l'archiduc de Toscane, duc de Franken, qui lui passa en 1813 une importante commande de mobilier en bronze pour sa résidence de Würzburg. La commande comprenait plusieurs beaux boîtiers d'horloge figuratifs, comme celui représentant une figure classique de l'apprentissage appuyée sur un podium. Un autre boîtier d'horloge de 1820, ressemblant à un temple grec, a été fabriqué pour la résidence du duc de Wellington à Strafield Saye House, dans le Hampshire. Ledure a également obtenu un certain nombre de contrats importants par le biais du gouvernement de Louis-Philippe, notamment la fourniture de candélabres et de fleurons élaborés dans le style Renaissance pour les salles du trône des Tuileries en 1835. L'année précédente, son entreprise avait également été engagée pour redorer deux bibliothèques dans la salle Louis XIV à Versailles.

Outre les commandes privées, Ledure acquiert une certaine renommée grâce à ses succès lors de diverses expositions nationales et internationales. Il a reçu une médaille d'argent à l'Exposition de l'Industrie de 1819, à Paris, et en 1834, le jury français a décerné à son entreprise une médaille d'or pour sa collection de boîtiers d'horloges de style Renaissance et autres œuvres d'art. Bien que la date de décès de Ledure soit inconnue, il est mentionné dans les journaux professionnels de 1813 à 1840. Aujourd'hui, on peut trouver des exemples de son travail dans de nombreuses collections privées et publiques importantes, notamment le Museo de Reloges à Jerez de la Frontera, le Palais Vienna à Madrid, le Royal Pavilion à Brighton et l'ambassade britannique à Paris.

Ledure a fourni des boîtiers à plusieurs grands horlogers parisiens, dont Claude Hémon, qui a réalisé le présent mouvement. Ils ont collaboré à plusieurs reprises et leurs noms figurent à nouveau sur le cadran d'une pendule pyramidale surmontée de la figure de Renommée et sur le cadran d'un autre boîtier en griotte rouge et bronze doré et patiné avec une figure féminine classique. On sait que des mouvements d'Hémon ont également été utilisés par Pierre Philippe Thomire. Une des horloges d'Hémon, logée dans un boîtier en bronze doré surmonté de la figure juvénile de Pan, se trouve dans la collection royale britannique au palais de Holyroodhouse à Édimbourg. Bien que seuls quelques faits biographiques soient relatés, nous savons que Hémon a été reçu comme maître horloger en 1770 et qu'il a tenu son atelier rue Saint-Martin de 1812 à 1820.

Richard Redding Antiques

XIXe siècle
Lustre Empire à six lumières
Lustre Empire à six lumières

32 000 €

XIXe siècle
Lustre à douze lumières Charles X
Lustre à douze lumières Charles X

18 500 €

Pendule Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Pendule figurative Empire par Claude Hémon » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Pendule Empire, Horlogerie.