EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Cartel Louis XV par Jean-Baptiste II Dutertre
Cartel Louis XV par Jean-Baptiste II Dutertre - Horlogerie Style Louis XV
Réf : 88261
Prix sur demande
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
J-B-Du-Tertre à Paris
Provenance :
France
Materiaux :
Bronze doré
Dimensions :
H. 95 cm X P. 60 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Cartel Louis XV par Jean-Baptiste II Dutertre

Une importante et très belle horloge cartel de qualité Louis XV en bronze doré, d'une durée d'un mois, par l'estimable horloger Jean-Baptiste II Dutertre, logée dans un merveilleux boîtier attribué à l'éminent bronzier Robert Osmond, signé sur le cadran en émail blanc J-B-Du-Tertre à Paris et signé de la même façon sur le mouvement. Le cadran présente des chiffres arabes à l'extérieur et des chiffres romains à l'intérieur, ainsi qu'une très belle paire d'aiguilles en laiton doré percées pour les heures et les minutes. Le mouvement carré massif avec échappement à ancre, suspension à fil de soie, sonnerie à l'heure et à la demi-heure sur une seule cloche, avec roue de compte extérieure. Le boîtier en bronze doré est orné de cartouches feuillagés surmontés de rinceaux superposés et d'un nœud central en ruban, les côtés sont ornés de rinceaux et de fleurs, avec une ouverture vitrée pour la pendule sous le cadran centré par un cartouche ...

Lire la suite

... feuillagé.

Hauteur 95 cm, largeur 60 cm.
Paris, date vers 1755-60

Littérature : Hans Ottomeyer et Peter Pröschel, "Vergoldete Bronzen", 1986, p. 542, pl. 2, illustrant un boîtier identique de Robert Osmond de 1755-60 avec un mouvement de Jean-Baptiste II Dutertre et p. 184, pl. 3.8. 8, montrant une feuille de dessins, autrefois à la Bibliothèque Doucet, Paris, et maintenant à l'Institut National d'Histoire de l'Art, Paris, pour quatre boîtiers de pendules à cartel numérotés 36-39, trois par Pierre-Antoine Foullet et un par Robert Osmond vers 1770, dont le n° 38 de Foullet est très proche du présent modèle.

L'attribution de ce magnifique étui à l'éminent bronzier Robert Osmond (1711-89) repose sur sa comparaison avec un exemplaire identique portant son cachet (comme illustré dans Ottomeyer et Pröschel, op. cit, p. 542). Des cas de cartels presque identiques peuvent également être cités dont un avec un mouvement de Julien Leroy à Paris, ayant appartenu au prince Paul de Yougoslavie, provenant de la vente Villa Demidoff, Florence, 21-24 avril 1969, lot 219 ainsi qu'un autre signé sur le cadran Moisy à Paris, actuellement au Musée du Louvre qui fut légué en 1911 par le comte Isaac de Camondo (illustré dans D. Alcouffe, A. Dion-Tenebaum et G. Mabille, " Les bronzes d'Ameublement du Musée du Louvre ", 2004, p. 84, no. 36).

Robert Osmond était l'un des fondeurs-ciseleurs les plus performants de son époque, travaillant aussi bien dans le style Louis XV que dans le style Louis XVI, bien qu'il en ait rejeté les formes extrêmes. Appréciés par les connaisseurs actuels, tout comme à son époque, ses bronzes étaient largement distribués par les horlogers et les marchands-merciers. Bien qu'Osmond soit connu pour avoir produit une large gamme d'objets d'ameublement, les seules œuvres qui subsistent sont des boîtiers d'horloge. Osmond semble avoir fait des boîtiers de cartel une de ses spécialités, bien qu'il ait également produit une belle série d'horloges à colonne de style néo-classique ainsi que d'autres en forme de vases à tête de lions. Il est né à Canisy, près de Saint-Lô et, entré tardivement en apprentissage, il devient maître en 1746.
son neveu Jean-Baptiste Osmond (né en 1742, mort après 1790, maître en 1764). Les œuvres de Robert Osmond se trouvent dans les plus belles collections du monde, notamment au Musée du Louvre, au Musée des Arts Décoratifs et au Musée Nissim-de-Camondo à Paris, au Musée Condé de Chantilly, au Nationalmuseet de Stockholm, au Museum of Art de Cleveland, dans l'Ohio, et au J. P. Getty Museum, en Californie.
Le célèbre horloger parisien, Jean Baptiste II Dutertre (1715-73), qui a fabriqué le mouvement de cette horloge, s'est approvisionné auprès des meilleurs fabricants de boîtes, dont Osmond et Jean-Joseph de Saint-Germain. Il utilisa également des boîtiers plaqués des ébénistes Joseph de Saint-Germain et Balthazar Lieutaud et d'autres somptueux boîtiers en porcelaine de Meissen. Jean Baptiste II Dutertre, parfois appelé Dutertre l'Aîné, issu d'une dynastie de maîtres horlogers, est le fils et le successeur de Jean-Baptiste Ier (1684-1734) et le frère de Jean-Abraham (maître 1739, mort en 1778) et de Nicolas-Charles (1715-93). Reçu maître-horloger en 1735, il poursuit l'activité de son père au Quai des Orfèvres. En 1742, il présenta une horloge et une montre à équation à l'Académie Royale des Sciences de Paris. Ses œuvres ont appartenu à de nombreux collectionneurs éminents, dont la famille royale espagnole, les marquis de Béringhen, de Ponts, de Marigny et de Chantemerle, le duc de Penthièvre, la duchesse de Mazarin, le comte de La Marck, le président Bochard de Saron ainsi que les messieurs Radix de Sainte-Foy, Le Peletier de Mortefontaine et d'Argouges. Aujourd'hui, on peut trouver des exemples de son travail aux Musées des Arts Décoratifs de Lyon, de Jacquemart-André à Fontaine-Chaalis et au Palais Lazienski à Varsovie.

Richard Redding Antiques

Cartel Louis XV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Cartel Louis XV par Jean-Baptiste II Dutertre » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Cartel Louis XV, Horlogerie.