EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle
Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle - Céramiques, Porcelaines Style Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle - Anne Besnard Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle - Antiquités - Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle
Réf : 70607
4 200 €
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Jan Jansz van der Kloot
Provenance :
Delft (Pays Bas)
Materiaux :
Faïence
Dimensions :
H. 13 cm | Ø 19 cm
Céramiques, Porcelaines  - Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle XVIIIe siècle - Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle  - Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle Antiquités - Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle
Anne Besnard
Anne Besnard

Meubles, tableaux et objets d'art


+33 (0)6 73 39 10 31
Trompe-l’œil Faïence de Delft, XVIIIe siècle

Cette exceptionnelle terrine de poisson est en faïence de Delft, du modèle dit en Néerlandais « Snoekterrine » soit Terrine de brochet, elle est complète et son plat de présentation l’accompagne. La terrine ainsi que le plat sont découpés sur le pourtour pour former une rangée de pointes dentelées. Le présentoir et la partie basse de la terrine sont moulés de feuilles en relief et le couvercle présente une prise, en ronde bosse, en forme de Brochet enroulé sur lui-même et tenant un petit poisson dans sa gueule. Le décor en bleu sur fond blanc, outre le poisson, est constitué d’arabesques, fleurettes, Peignés, nid d’abeille. En bon état général, deux ou trois petites casses ont été recollées, quelques petits sauts d’émail et un ou deux infimes fêles sont à signaler. Les trois pièces portent la marque IVDK pour Jan Jansz van der Kloot, qui a produit de 1764 à 1767, propriétaire de la manufacture « Le Romain » (traduction française du Néerlandais De Romeyn) nom d’une des fabriques les plus anciennes de Delft, en activité de 1606 jusqu’en 1774.
Monsieur Joseph Estié écrit sous la direction de Madame Christine Lahaussois, dans l’ouvrage Delft—Faïence et dans le chapitre intitulé « L’explosion créatrice avant l’extinction progressive des fours »:
« On assiste au milieu du siècle au triomphe des terrines de petit format garnies de couvercles représentant des animaux … Parfois, les terrines étaient assorties de présentoirs sur lesquels elles reposaient, constituant ainsi un ensemble de trois éléments … » ( Leurs couvercles adoptaient la forme d’ un animal ou d’ un fruit …etc., correspondant à ce qu’ elle contenait ) « Prévue pour un usage individuel, la terrine était disposée à côté de l’ assiette de chaque convive … Au milieu du XVIIIe siècle, Strasbourg fut le centre faïencier le plus influent d’ Europe. On y pratiqua, pour le plaisir des yeux, l’art du trompe-l’œil, en reproduisant des animaux entiers, agrémentés ou non de présentoirs. L’usage de ces terrines en trompe-l’œil s’inscrit dans la suite des pâtés en croûte du XVIIe siècle, garnis de préparations de poissons et de viandes, et servis à l’ occasion des fêtes, dont on décorait le dessus d’ un morceau de volaille ou de poisson ».
On ne rencontre que très rarement sur le marché cette sorte d’objet, néanmoins le 26 novembre 2005 Christie’s présentait à la vente deux paires de petites terrines, provenant de la collection du Duc de Talleyrand, ornées de brochets, sous les numéros 113 et 115 dont l’une avait été produite par la Manufacture Du Romain, et la maison de vente Tajan à Paris en 2002 proposait un modèle exceptionnel par sa taille, sa forme et sa polychromie.
Epoque : XVIII siècle entre 1764 et 1767.
Dimensions : diamètre présentoir 19 cm, diamètre terrine 14 cm, hauteur de l’ensemble 13 cm.

Anne Besnard

XIXe siècle
Pendule époque Empire
Pendule époque Empire

2 800 €

Céramiques, Porcelaines