EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pendule lyre Louis XVI de Joseph-Charles-Paul Bertrand
Pendule lyre Louis XVI de Joseph-Charles-Paul Bertrand - Horlogerie Style Louis XVI
Réf : 88287
Prix sur demande
Époque :
XIXe siècle
Signature :
CHL BERTRAND HORR DE L'AC E ROLE DES SCIENCES
Provenance :
France
Materiaux :
Bronze doré bicolore et marbre de Carrare
Dimensions :
l. 32 cm X H. 61 cm X P. 16 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Pendule lyre Louis XVI de Joseph-Charles-Paul Bertrand

Superbe et extrêmement rare horloge Louis XVI figurative à lyre en bronze doré bicolore et marbre de Carrare, d'une durée de huit jours, signée sur un cartouche en émail bleu dans le cadran découpé CHL BERTRAND HORR DE L'AC E ROLE DES SCIENCES, l'anneau de chapitre émaillé de qualité exceptionnelle et le cartouche bleu signé orné de perles rouges, de glands dorés et de clochettes suspendues, attribués au peintre de cadran prééminent Joseph Coteau, encastrés dans un cadre en forme de lyre. L'anneau du cadran en émail blanc peint en rouge, bleu, noir, vert et or, avec des chiffres arabes rouges extérieurs pour les minutes, entrecoupés de perles bleues pour les indications des secondes et d'indications florales bleues et rouges dorées pour les intervalles de cinq minutes, avec chiffres romains bleus pour les heures et anneau de calendrier intérieur bleu polychrome avec chiffres arabes perlés en relief dans des cartouches dorés en forme de losange pour les 31 ...

Lire la suite

... jours du mois, avec une paire d'aiguilles en forme de lyre en laiton doré percées d'une finesse exceptionnelle pour les heures et les minutes et de délicates aiguilles en acier bleui pour les jours du mois et la seconde centrale. Le mouvement à oscillation libre avec cadran monté formant le balancier suspendu à neuf tiges de pendule bimétalliques, le cadran avec centre découpé pour montrer le mouvement entièrement squeletté révélé à l'arrière et à l'avant avec échappement à roue à picots, suspension à couteau, sonnerie à l'heure et à la demi-heure sur une seule cloche, avec roue de compte extérieure. Le très beau boîtier en bronze doré bicolore avec cadre en forme de lyre découpé, orné de feuilles de palmier et de cloches suspendues, surmonté d'un Chinois assis les jambes croisées sous un parasol entre une paire d'ananas et au-dessus des tiges de pendule surmontées de cloches suspendues, le cadre en forme de lyre reposant sur un socle en marbre blanc de Carrare orné de draperies suspendues classiques dorées, de bordures perlées et d'ananas de chaque côté, avec un panneau de frise géométrique doré percé entre des rosettes exotiques.

Paris, date vers 1785
Hauteur 61 cm, largeur 33 cm, profondeur 16 cm.

Cette remarquable pendule a été réalisée par Joseph-Charles-Paul Bertrand, dit Charles Bertrand (1746-89). Il était l'un des principaux horlogers parisiens de son époque, spécialisé dans la fabrication d'un nombre limité de pendules squelettes complexes et de pendules dotées de mouvements très compliqués. Au cours de son illustre mais relativement courte carrière, Bertrand a réalisé des œuvres très fines et rares qui sont aujourd'hui prisées par les plus prestigieuses collections du monde, notamment le Metropolitan Museum de New York, la Walters Art Gallery de Baltimore et le Musée national des techniques de Paris. La complexité et l'ingéniosité du mouvement n'ont d'égal que la beauté du cadran qui, par la qualité de son style et de son exécution, a très certainement été réalisé par Joseph Coteau (1740-1801), sans doute le meilleur peintre de cadrans de l'histoire. En outre, le boîtier est extraordinairement rare, au point qu'il peut probablement être considéré comme unique et, comme il n'existe aucun boîtier comparable, il est probable que cette pièce a été fabriquée sur commande spéciale (ce qui en soi était une affaire très coûteuse). Le coffret lui-même offre un aperçu fascinant de l'évolution et de la synthèse du design à cette époque. Les motifs orientaux évidents appartiennent au rococo du début et du milieu du XVIIIe siècle, mais ils sont combinés ici avec des motifs néoclassiques de la fin du XVIIIe siècle, à savoir le boîtier en forme de lyre et la draperie classique.

On trouve donc dans une pièce unique un fabricant et un mouvement remarquables, un peintre de cadran exceptionnel, le tout logé dans un boîtier de lyre orientale doré très particulier.

Contrairement à nombre de ses contemporains, Charles Bertrand n'est pas issu d'une famille d'horlogers, son père Joseph étant maître d'hôtel. Bertrand est né à Nettancourt, près de Châlons, le 24 mai 1746. En 1761, à l'âge de 14 ou 15 ans, il entre en apprentissage à Paris chez Eustache-François Houblin (1722, mort après 1786). En 1770, Bertrand présente son chef d'oeuvre et l'année suivante, il est reçu comme mâitre-horloger. En raison de la qualité évidente de son travail, il est nommé Horloger de l'Académie Royale des Sciences, ce qu'il déclare fièrement, comme ici, sur plusieurs de ses pendules. En 1772, Bertrand épouse Marie-Française Perriard et s'installe la même année rue Montmatre où il restera jusqu'à la fin de sa courte vie. Malgré son estime et sa prestigieuse liste de clients, dont la marquise de Lambertye et M. Aranc de Presles, Bertrand est déclaré en faillite le 23 novembre 1789, année de sa mort.

Il est connu pour avoir fabriqué à la fois des montres et des horloges - des pendules à manteau et des cartels les plus simples aux modèles complexes en forme de squelette et de lyre, tous dotés de boîtiers d'une finesse exceptionnelle. Ses boîtiers étaient fournis par certains des plus grands fabricants de son époque, notamment Jean-Joseph de Saint-Germain (1719-91), François Vion (maître 1764, fl. 1764-c.1800), Jean-Nicolas Frémont, T. Thomas, Bécourt et Jean-Baptiste Zacon ; certains de ses boîtiers étaient dorés par N. F. Poisson. En outre, Bertrand utilisait des boîtes en marbre sculpté par F. Cornière et on sait qu'il a utilisé des boîtes de montres de Knab. Ses cadrans étaient de la plus haute qualité et étaient fournis par Joseph Coteau, Edme-Portail Barbichon, Jean-François Borel et Jacques Anspach.

Joseph Coteau était, avec Dubuisson (né en 1731 et mort après 1815), le plus important des peintres de cadrans et de plaques en émail. Coteau était originaire de Genève mais travaillait principalement à Paris, où il a été reçu comme maître en 1778. De 1780 à 1984, il a été employé à la manufacture royale de porcelaine de Sèvres, où il a travaillé comme peintre de fleurs, se spécialisant dans l'émaillage de boîtes de montres et de cadrans d'horloges. En tant qu'artiste indépendant, Coteau fournit également des cadrans, des plaques et des boîtiers peints en émail aux principaux horlogers parisiens tels que Robert Robin et Ferdinand Berthoud, qui étaient tous deux les horlogers du roi Louis XVI.

Richard Redding Antiques

XIXe siècle
Un guéridon Empire attribué à Molitor
Un guéridon Empire attribué à Molitor

Prix : Sur demande

Pendule Louis XVI

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Pendule lyre Louis XVI de Joseph-Charles-Paul Bertrand » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Pendule Louis XVI, Horlogerie.