EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Faun jouant de la flûte
Faun jouant de la flûte - Sculpture Style Faun jouant de la flûte - Desmet Galerie
Réf : 81727
38 000 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
Francais
Materiaux :
Bronze
Dimensions :
l. 49 cm X H. 136 cm X P. 31 cm
Sculpture Sculpture en Bronze - Faun jouant de la flûte
Desmet Galerie
Desmet Galerie

Sculptures classiques


+32 (0)486 02 16 09
Faun jouant de la flûte

Faune jouant de la flute
Bronze
Francais, 19e siècle
D'Après l'Antique (Louvre, MR187)
H 136 x L 49 x P 31 cm


Aussi connu sous le nom de Faun avec des tuyaux, Faun jouant sur un fifre, Le Petit Fluter, Le Petit Faune, Der Pan mit der Querflöte.
Après la reproduction hellénistique d'un original grec, probablement par le célèbre sculpteur Lysippos de Sicyon.

Cette captivante statue en bronze représente un jeune homme imberbe jouant sur un fifre. On pense généralement que l'homme est un satyre, l'un des compagnons masculins des dieux Pan et Dionysos. La statue grecque originale est perdue, mais il en existe encore plusieurs copies romaines. Certains d'entre eux montrent de petites cornes sur la tête du jeune homme, ce qui indique que le satyre est plus probablement Pan lui-même, le dieu-bouc lubrique rustre de la campagne. Pan jouissait d'un culte fort en tant que divinité indépendante, en particulier dans la Macédoine rurale sous le patronage d'Antigonid. ...

Lire la suite

... Cependant, pendant la période hellénistique, il a également été subsumé dans le royaume dionysiaque. Il a pris différentes formes, mais la représentation hellénistique canonique était celle liée aux satyres, le représentant généralement avec de fortes pattes de chèvre et une remarquable synthèse homme-chèvre pour une tête. Ici, plutôt exceptionnellement, Pan a une apparence beaucoup plus élégante et charmante de garçon. Au-dessus de son bras gauche, il porte une chlamys faite de peau de lion ou de tigre attachée à son épaule droite. La partie supérieure du corps de Pan est légèrement inclinée vers la gauche. La plupart des copies ont Pan penché le côté gauche de son corps contre le tronc d'un arbre ou un pilier, tandis que sa flûte pointe dans la direction opposée.

Le Faune du Louvre est aujourd'hui parmi les moins décriés des exemples antiques survivants de cette statue, qui sont tous considérés comme des copies hellénistiques d'un original en bronze grec de la seconde moitié du quatrième siècle. Il a été suggéré que l'original était peut-être celui d'Athènes réalisé par le grand Lysippe mentionné par Pline. La popularité de la sculpture a été considérable et presque constante depuis sa création. Le fait qu'au moins 25 répliques nous soient parvenues de l'Antiquité peut être considéré comme une preuve solide que les anciens avaient une grande admiration pour la statue.
Les images de la statue sont apparues sous de nombreuses formes différentes à divers endroits de l'Empire romain. Un bel exemple est une mosaïque de Corinthe datant de la période impériale montrant presque exactement la même image de Pan jouant de sa flûte tout en s'appuyant contre le tronc d'un arbre. Un autre exemple assez inhabituel est un moulage en terre cuite d'un relief romain d'après la sculpture d'origine grecque. Il a été trouvé dans la ville allemande de Mayence
(Lat. Mogontiacum), à l'époque romaine la capitale de la province Germania superior.

Le Pan est également représenté sur plusieurs pièces de monnaie différentes de la ville de Césarée Paneas en Palestine, remontant au règne de l'empereur Marcus Aurelius (r. 161-180 CE) et Elagabalus (r. 203-222 CE). Ce n’est pas extraordinaire que Pan, qui était le symbole de cette ville qui portait son nom, soit représenté sur ses pièces. Il est tout à fait remarquable cependant, qu'une image d'une statue grecque faite quelque 500 ans auparavant ait été utilisée. Cela montre l'énorme popularité de la statue dans une vaste zone pendant plusieurs siècles.

On ne sait pas exactement quand la version la plus connue de ce faune, à savoir celle qui appartenait autrefois à la collection Borghèse et qui se trouve maintenant au Louvre, a été découverte. Tout ce que nous savons, c'est qu'il se trouvait dans la Villa Borghèse en 1638. Il y resta jusqu'au 27 septembre 1807 lorsqu'il fut acheté avec l'essentiel de la collection Borghèse par Napoléon Bonaparte, qui était en fait le beau-frère du prince Camillo Borghèse. Il fut ensuite envoyé de Rome en France, entre 1808 et 1811, et exposé au Musée en 1815.

Après sa découverte, la renommée de la statue fut instantanée. Il figurait en bonne place dans la célèbre anthologie de Perrier des statues les plus admirées de Rome, le Segmenta nobilium signorum, publié en 1638. De plus, il a été loué et aimé à tel point qu'au moins deux exemplaires ont été produits pour aider à embellir les jardins de le magnifique palais de Louis XIV à Versailles: un de Simon Hurtrelle et un autre de Jean-Baptiste Goy, deux des sculpteurs les plus renommés de France à l'époque.

Au XVIIIe siècle, la sculpture était fréquemment admirée et copiée par les voyageurs qui visitaient Rome dans le cadre du Grand Tour. De nombreuses gravures de la statue datant de cette période ont survécu ainsi que des décorations en grisaille, des moulages en plâtre, des copies en pierre artificielle et même une tablette Wedgwood de quatre pouces sur trois. Vers la fin du siècle, sa renommée fut légèrement éclipsée par celle d'un autre faune, le soi-disant Marble Faun au Musée du Capitole à Rome, qui attirait davantage l'attention en raison de son supposé reflet d'un original du sculpteur grec Praxitèle. Bientôt cependant, des revendications similaires ont été faites pour le Faune avec des tuyaux.
Au cours du siècle suivant, le faune est resté très populaire et, par conséquent, des répliques de celui-ci peuvent être trouvées dans les catalogues du XIXe siècle de plusieurs des grandes fonderies de bronze artistiques à travers l'Europe. Cette belle reproduction en particulier a été réalisée en France.?
Lectures complémentaires:

Books & catalogi:

M. Bieber, The Sculpture of the Hellenistic Age, (2nd edition; New York – 1967).

J. Friedlaender, ‘Neue Erwerbungen des K. Münzenkabinets’, in Archäologische Zeitung 27 (1869).

W. Fuchs, Die Skulptur der Griechen, (München – 1969).

F. Haskell & N. Penny, Taste and the Antique: The Lure of Classic Sculpture 1500-1900, (Yale – 1982), n° 38.

E. Künzl, ‘Eine antike Tonform aus Mogontiacum/Mainz’, in Rivista di Archeologia 9 (1985), pp. 35-37.

P. Moreno, Scultura ellenistica, (Rome – 1994).

F. Perrier, Segmenta nobilium signorum et statuarum que temporis dentem invidium evase, (Rome & Paris – 1638)

M. Robertson, A History of Greek Art, (Cambridge 1975), vol. 1, pp. 468.

T.L. Shear, ‘The Roman Villa’, in Corinth, vol. 5 (1930).

B. Sismondo Ridgway, Hellenistic Sculpture I: The Styles of ca. 331-200 BC, (Madison – 1989).

Conditions générales de livraison :

Nous prenons en charge avec soin l'emballage des objets.
Nous travaillons avec des transporteurs spécialisés en oeuvres d'art.
Pour les objets de plus petites tailles nous faisons les envois avec DHL.
Les envois sont suivis et assurés.

Desmet Galerie

XIXe siècle
Relief en marbre d'Apollon
Relief en marbre d'Apollon

1 300 €

Sculpture en Bronze