EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Horloge de cheminée Empire figurative par Basile Charles Le Roy
Horloge de cheminée Empire figurative par Basile Charles Le Roy - Horlogerie Style Empire
Réf : 110073
19 000 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Dimensions :
l. 49 cm X H. 78 cm X P. 21.5 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Horloge de cheminée Empire figurative par Basile Charles Le Roy

LITTÉRATURE
Tardy, "Les Plus Belles Pendules Françaises", 1994, p. 252, illustrant une pendule presque identique de Pierre-Victor Ledure mais avec un coq et une paire de torches enflammées sous le cadran et une base en marbre et porphyre, le cadran signé Barrand à Paris, provenant de la collection F. Maitzner. Hans Ottomeyer et Peter Pröschel, "Vergoldete Bronzen", 1986, p. 349, pl. 5.6.8, illustrant un boîtier d'horloge presque identique de Ledure, 1814, à l'ambassade britannique à Paris. Elke Niehüser, "Die Französische Bronzeuhr", 1997, p. 233, pl. 715, illustrant un modèle de boîtier presque identique.

Une très belle pendule de cheminée Empire en bronze patiné et doré, d'une durée de huit jours, signée sur le cadran en émail blanc Ch.les Le Roy avec des chiffres romains et une paire d'aiguilles en acier bleui pour les heures et les minutes. Le mouvement à suspension par fil de soie, échappement à ancre, sonnerie à l'heure et à la demi-heure sur une ...

Lire la suite

... seule cloche avec roue de compte extérieure. Le magnifique boîtier attribué à Pierre-Victor Ledure symbolise l'étude, le cadran étant enchâssé dans un socle rectangulaire drapé surmonté de trois livres, l'un portant l'inscription PHYS TOM 3, l'autre ASTRO TOM I et, sous le cadran, de sphinx tournés vers l'extérieur et délivrant des cornes d'abondance, le tout centré par une corne d'abondance au milieu de rinceaux, le socle est flanqué d'une figure féminine classique personnifiant l'étude, qui s'appuie sur les livres avec son coude gauche et tient un diplôme à volutes dans sa main droite, le tout reposant sur une base rectangulaire à gradins flanquée de torches enflammées et centrée par une frise représentant des putti étudiant l'architecture, l'astronomie et le dessin, sur des pieds tournés.

Paris, date vers 1815
Hauteur 78 cm, largeur 49 cm, profondeur 21,5 cm.

Pierre-Victor Ledure (1783-après 1840), l'un des principaux bronziers du début du XIXe siècle, recevait d'importantes commandes et bénéficiait du patronage d'une riche clientèle internationale. Parmi eux, l'archiduc de Toscane, le duc de Franken, qui lui passe en 1813 une importante commande de mobilier en bronze pour sa résidence de Würzburg. La commande comprenait une horloge avec un boîtier représentant une étude appuyée sur un podium, pour un montant d'environ 800 francs. D'autres exemples identiques ou presque se trouvent au Royal Pavilion de Brighton, au Palais Viana de Madrid et à la Schlösserveraltung de Munich. Parmi les autres boîtiers d'horloge de Ledure, l'un d'eux, datant de 1820 et ressemblant à un temple grec, a été réalisé pour la maison du duc de Wellington à Strafield Saye House, dans le Hampshire. Ledure a également obtenu un certain nombre de contrats importants par l'intermédiaire du gouvernement de Louis-Philippe. Il fournit par exemple des candélabres et des fleurons élaborés dans le style Renaissance pour les salles du trône des Tuileries en 1835.

Né à Paris en 1783, Ledure a fait son apprentissage auprès du célèbre bronzier André-Antoine Ravrio (1759-1814). Il se lie d'amitié avec Ravrio et le fils adoptif de ce dernier, Louis-Stanislas Lenoir-Ravrio (1783-1846), qui sont tous deux témoins à son mariage en 1811. L'épouse de Ledure, Geneviève, était la fille d'un ancien doreur, Edme Dartois (mort en 1796), tandis que son frère, Jean-Edme, était bronzier. On trouve des exemples de l'œuvre de Ledure dans de nombreuses collections privées et publiques importantes, notamment au Museo de Reloges, à Jerez de la Frontera, au Palais de Vienne, à Madrid, au Royal Pavilion, à Brighton et à l'ambassade britannique à Paris.

Le mouvement a été fabriqué par le célèbre horloger parisien Basile (également connu sous le nom de Bazile)-Charles Le Roy (1765-1839), qui, après le Directoire, a commencé à signer ses cadrans sous le nom de "Charles Le Roy". Ayant survécu à la Révolution, alors qu'il travaillait pour la République, Le Roy fut nommé en 1805 Horloger de S.A.I. et R. Madame Mère de l'Empereur et vers 1810 Horloger du Roi de Westphalie. En 1829, il est nommé horloger royal des ducs de Bourbon et de Chartres. Son fils Charles-Louis (1794-1865/6, souvent appelé Louis-Charles), qui a rejoint son père en tant qu'associé vers 1828, a été nommé en 1835 Horloger du Roi et Horloger du Ministère de la Marine.

Richard Redding Antiques

XVIIIe siècle
Paire de chenets Louis XV
Paire de chenets Louis XV

15 000 €

Pendule Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Horloge de cheminée Empire figurative par Basile Charles Le Roy » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Pendule Empire, Horlogerie.