EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Cartel d’applique en bronze ciselé et doré, modèle de OSMOND, style Transition, 18e
Cartel d’applique en bronze ciselé et doré, modèle de OSMOND, style Transition, 18e - Horlogerie Style Cartel d’applique en bronze ciselé et doré, modèle de OSMOND, style Transition, 18e - Baptiste Jamez Cartel d’applique en bronze ciselé et doré, modèle de OSMOND, style Transition, 18e -
Réf : 72596
Prix sur demande
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Valette
Provenance :
Paris, France
Materiaux :
Bronze ciselé et doré, émail, laiton, cuivre
Dimensions :
l. 36 cm X H. 75 cm X P. 14 cm
Horlogerie Cartel - Cartel d’applique en bronze ciselé et doré, modèle de OSMOND, style Transition, 18e XVIIIe siècle - Cartel d’applique en bronze ciselé et doré, modèle de OSMOND, style Transition, 18e  - Cartel d’applique en bronze ciselé et doré, modèle de OSMOND, style Transition, 18e
Baptiste Jamez
Baptiste Jamez

Mobilier, objets d'art et tableaux du XVIIIe siècle


+33 (0) 6 62 59 77 70
Cartel d’applique en bronze ciselé et doré, modèle de OSMOND, style Transition, 18e

Cartel d’applique en bronze ciselé et doré, dit « cartel à ruban » ou à vases et anneaux, époque XVIIIe, modèle de Robert OSMOND.

La caisse présente un riche décor néoclassique finement ciselé. De belles feuilles d’acanthe stylisées encadrent la lunette, surmontée d’un masque féminin. Un ruban au naturel court sur l’ensemble de la partie supérieure, se glissant dans les anneaux d’un pot à feu fumant à l’amortissement. Une guirlande de feuilles et graines de laurier orne la partie inférieure, se terminant par un cul-de-lampe formé d’une importante graine feuillagée.
Le cadran émaillé blanc signé VALETTE indique les heures en chiffres romains et les minutes en chiffres arabes. Aiguilles en cuivre finement repercées.
Mouvement XVIIIe signé « VALLETTE PARIS ».

Style Transition. Époque XVIIIe siècle.




Robert OSMOND (1711-1789), reçu maître à Paris en 1746, compte parmi les plus importants bronziers parisiens de la seconde ...

Lire la suite

... moitié du XVIIIe siècle. Il collaborera avec les plus importants horlogers parisiens.

Trois exemplaires de ce cartel sont connus, tandis que le dessin original est reproduit dans un ouvrage conservé dans les collections de la bibliothèque de l’INHA (Recueil de desseins. Modèles de pendules, années 1755-1780) . Un premier exemplaire fut livré par l’horloger Lépine en 1767 au château de Versailles pour la chambre de Mme Victoire. Un deuxième exemplaire sera livré le 12 mai 1770 pour l’appartement du Dauphin, futur Louis XVI, à Versailles qui, devenu roi, le placera dans ses cabinets intérieurs. On le retrouve en 1792 dans « le cabinet du passage à la petite bibliothèque » et Pierre Verlet l’identifie dans les collections du Palais de l’Élysée.
Deux autres modèles de ce cartel sont conservés respectivement au musée Nissim de Camondo, dans le vestibule, ainsi qu’au Nationalmuseum de Stockholm.




MUSÉES, INSTITUTIONS PUBLIQUES ET OBJETS CLASSÉS :

• PARIS, MUSÉE DU LOUVRE : pendule en bronze doré, porcelaine tendre à décor bleu céleste, vers 1770-75, inv. OA11308.
• PARIS, MUSÉE DU LOUVRE : pendule en bronze ciselé et doré, mouvement par Denis-François Dubois, vers 1765-70, inv. OA11761.
• PARIS, MUSÉE JACQUEMART-ANDRÉ : pendule en bronze ciselé et doré surmontant un secrétaire cartonnier, avec quatre figures d’amours, mouvement par Charles Le Roy, fin de l’époque Louis XV.
• PARIS, MUSÉE NISSIM DE CAMONDO : cartel en bronze ciselé et doré dit « cartel à ruban du grand modèle » « Modèle royal », vers 1770 .
• VERSAILLES, CHÂTEAUX DE VERSAILLES ET DE TRIANON : pendule en bronze ciselé et doré "à dessin d'architecture", modèle provenant du grand cabinet du Dauphin, livrée pour Madame Royale à Versailles en 1778, mouvement par Jean-Antoine Lépine, inv. GML9491.
• CHANTILLY, CHÂTEAU, MUSÉE CONDÉ : pendule en bronze ciselé et doré, vase encadré par deux têtes de lion, c. 1785.
• LOS ANGELES, J. PAUL GETTY MUSEUM : pendule en bronze doré et bronze patiné, mouvement par Étienne et Pierre-Étienne Le Noir. Provenance : Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu.
• ASCHAFFENBURG, SCHLOSS JOHANNISBURG : bronze patiné, partiellement signée, mouvement par Viger à Paris
• LONDRES, BUCKINGHAM PALACE, British Royal Collection : bronze doré et bronze patiné, mouvement remplacé par Vuilliamy en 1817.
• MARIEFRED (SUÈDE), GRIPSHOLMS SLOTT : pendule en bronze ciselé et doré à l'Étude couronnée par le Génie, mouvement par Charles Le Roy.
• BADEN-BADEN, ZÄHRINGER MUSEUM : pendule en bronze ciselé et doré à cadran tournant.
• STOCKHOLM, NATIONALMUSEUM, cartel en bronze ciselé et doré dit « cartel à ruban du grand modèle » « Modèle royal », vers 1770 .
• CLEAVELAND, THE CLEAVELAND MUSEUM OF ARTS : pendule en bronze ciselé et doré à motif de vase encadré par deux têtes de lion, mouvement par Robert Robin, c. 1785.


BIBLIOGRAPHIE :

• PIERRE KJELLBERG – Encyclopédie de la pendule française – Les Éditions de l’Amateur – 2005
• TARDY – La Pendule française, 1ère partie, des origines au Louis XV – Paris, 1974.
• NADINE GASC, GÉRARD MABILLE – Le Musée Nissim de Camondo – Fondation Paribas/Union Centrale des Arts Décoratifs/Réunion des Musées Nationaux – Paris, 1999.
• JEAN-DOMINIQUE AUGARDE – Les Ouvriers du Temps, la Pendule à Paris de Louis XIV à Napoléon Ier – Genève, 1996.
• P. VERLET – Les Bronzes dorés français au XVIIIe siècle – Paris, 1987.
• MARCEL GAY – L’ANCAHA au musée Nissim de Camondo, in Bulletin de l’Association Nationale des Collectionneurs et Amateurs d’Horlogerie Ancienne et d’Art, automne-hiver 1999, n°86.
• GILLIAN WILSON, DAVID HARRIS COHEN, JEAN NEREE RONFORT, JEAN-DOMINIQUE AUGARDE, PETER FRIESS – European Clocks in the J. Paul Getty Museum – Los Angles, J. Paul Getty Museum, 1996.
• F. RUTTER – The Edward Arnold Collection – London, 1921. Pendule anciennement dans la collection Demidoff.
• OTTOMEYER AND PRÖSCHEL – Vergoldete Bronzen – Munchen, 1986.
• ROLAND DE L’ESPÉE – Die Osmond, ein Familienbetried und seine Produktion, in Vergoldete Bronzen, Munich, 1986.
• E.J. BRITTEN – Old Clocks and Watches & Their Makers – réed. Londres, 1988.

Baptiste Jamez

Cartel