EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Une pendule Empire ‘à l’Égyptienne’ par Mesnil à Paris
Une pendule Empire ‘à l’Égyptienne’ par Mesnil à Paris - Horlogerie Style Empire Une pendule Empire ‘à l’Égyptienne’ par Mesnil à Paris - Richard Redding Antiques
Réf : 89330
Prix sur demande
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Signé sur le cadran en émail blanc Ravrio Bronzier
Provenance :
France
Materiaux :
Bronze doré et patiné et marbre rouge griotte
Dimensions :
l. 29 cm X H. 54 cm
Horlogerie Pendule - Une pendule Empire ‘à l’Égyptienne’ par Mesnil à Paris XIXe siècle - Une pendule Empire ‘à l’Égyptienne’ par Mesnil à Paris
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Une pendule Empire ‘à l’Égyptienne’ par Mesnil à Paris

Une très belle et importante Pendule ‘à l’Égyptienne’en bronze doré et patiné et marbre rouge griotte, d'une durée de huit jours par Mesnil à Paris, logée dans un magnifique boîtier d'André-Antoine Ravrio d'après un dessin de Thomas Hope, signé sur le cadran en émail blanc Ravrio Bronzier à Paris /Mesnil hger. Le cadran est orné de chiffres romains et d'une belle paire d'aiguilles en laiton doré de style Breguet pour les heures et les minutes. Le mouvement avec échappement à ancre, suspension à fil de soie, sonnerie à l'heure et à la demi-heure sur une seule cloche, avec roue de compte extérieure. Le boîtier avec le tambour de l'horloge est moulé avec une draperie ressemblant à un coffret non voilé et monté avec une paire de scarabées sous le cadran, tenu dans les mains de la déesse Isis portant une coiffe de Nemes et une longue robe à gerbe ramassée sous ses seins nus, debout, le pied gauche en avant, dans une niche en griotte rouge flanquée de ...

Lire la suite

... pilastres, montés de panneaux en bronze doré moulés d'un obélisque, de hiéroglyphes et de motifs égyptiens, chaque pilastre étant surmonté d'une tête de taureau canope au-dessus d'une monture montrant des symboles égyptiens et des hiéroglyphes, le tout reposant sur une base demi-lune en griotte rouge sur pieds bun.

Paris, date vers 1805
Hauteur 54 cm, largeur 29 cm.

Littérature : Thomas Hope, "Household Furniture and Interior Decoration", 1807, pl. VII, montrant le dessin de Hope de l'Aurora Room dans sa maison de Londres avec une pendule du même modèle placée entre deux vases sur une table d'appoint sur le mur de droite. Et pl. XIII, no. 3, montrant le dessin plus détaillé de Hope pour cette horloge.
Sylvie Chadenet "Les Styles Empire & Restauration", 1976, p. 25, pl. 2, illustrant des meubles de chambre à coucher et des objets d'ameublement, y compris une pendule de conception similaire à la présente œuvre, qui étaient utilisés et possédés par Madame Maria Letizia, mère de Napoléon Bonaparte.
Hans Ottomeyer et Peter Pröschel, "Vergoldete Bronzen", 1986, p. 336, pl. 5.3.2, illustrant la présente pendule.
Jean-Marcel Humbert, Michael Pantazzi et Christiane Ziegler, Egyptomania, L'Egypte dans l'art occidental, 1730-1930, catalogue de l'exposition tenue en 1994 et 1995 à Paris, Ottawa et Venise, 1994, p. 192-193, cat. n° 102.
Jean-Dominique Augarde, "Les Ouvriers du Temps", 1996, p. 358, pl. 265, illustrant une pendule très similaire avec un mouvement de Raguet-Lépine et un boîtier attribué à André-Antoine Ravrio, avec une Isis en robe fourreau légèrement différente et des urnes surmontant les pilastres latéraux qui sont moulés avec les mêmes décorations qu'ici.
Pierre Kjellberg, "Encyclopédie de la Pendule Française du Moyen Age au XXe Siècle", 1997, p. 380, pl. A, illustrant une pendule très similaire mais sans les montures de pilastres et les têtes de taureaux canopes surmontées, avec un cadran signé Caillouet à Paris. Et p. 381, pl. B, illustrant une pendule beaucoup plus simple avec seulement la figure d'Isis sur une base rectangulaire simple.
Elke Niehüser, "Die Französische Bronzeuhr", 1997, p. 229, pl. 646, illustrant la présente pendule.
David Watkin et Philip Hewat-Jaboor, "Thomas Hope, Regency Designer", catalogue de l'exposition organisée au Victoria and Albert Museum, Londres, 2008, p. 384-385, n° 71, illustrant et décrivant la version appartenant à Thomas Hope, aujourd'hui dans la collection de Lord Faringdon, à Buscot Park dans l'Oxfordshire.

Cette magnifique horloge est basée sur un projet du designer anglais Thomas Hope (1769-1831) qui, avec d'autres antiquités et meubles de sa maison de Duchess Street, à Londres, a été illustré dans sa publication "Household Furniture and Interior Decoration", 1807, planche XIII. Cette dernière est presque identique à cette pièce exécutée, sauf que dans le dessin de Hope, Isis est couronnée d'un croissant de lune et que les monts de chaque côté d'elle sont légèrement différents. Après un grand tour de huit ans dans les pays méditerranéens, dont l'Égypte, la Turquie, la Grèce et l'Italie, Thomas Hope s'est installé en Angleterre vers 1796 et est rapidement devenu un mécène influent, un arbitre du goût de l'Angleterre de la Régence et un créateur de meubles très original. Son travail dans le style égyptien a diverses sources, y compris des inspirations de ses propres voyages ainsi que des publications telles que le "Voyage dans la basse et la haute Egypte" de Dominique-Vivant Denon de 1802. Il était également un grand admirateur de l'artiste italien du XVIIIe siècle Giambattista Piranesi, dont les "Diverse Maniere d'adornare i cammini ed ogni altra parte degli edifizi desunte dall'architettura Egizia, Etrusca, e Greca" (Diverses manières d'orner les cheminées et toutes les autres parties des maisons tirées de l'architecture égyptienne, étrusque et grecque), publié en 1769, présentait des cheminées avec des jambages à figures égyptiennes ainsi que des taureaux, qui pourraient bien avoir inspiré le design de son horloge. Dans les notes accompagnant sa planche illustrée, Hope note que l'horloge et la table d'appoint sur laquelle elle était placée se trouvaient toutes deux dans sa pièce dédiée à Aurore, déesse de l'aube, dominée à une extrémité par une sculpture d'Aurore et Céphale par John Flaxman (1755-1826), comme illustré à la pl. VII de son ouvrage "Household Furniture and Interior Decoration". L'horloge de Hope, probablement fabriquée à Paris et représentant Isis, était donc appropriée puisque la déesse égyptienne, qui épousa son frère Osiris et donna naissance à Horus, était étroitement associée aux cieux, au soleil et à la lune.

Plusieurs versions de ce magnifique modèle de pendule sont connues, dont le présent exemplaire peut être considéré comme l'un des plus importants, d'autant plus que le cadran porte spécifiquement le nom du facteur André-Antoine Ravrio (1759-1814) ainsi que celui de Mesnil, dont les noms combinés se retrouvent sur d'autres pendules tout aussi somptueuses. Parmi les autres versions de la présente pendule, on trouve celle qui a très certainement appartenu à Madame Maria Letizia, mère de Napoléon Bonaparte. Outre l'exemplaire ayant appartenu à Hope, qui a ensuite été acheté par Lord Faringdon pour sa résidence de l'Oxfordshire, Buscot Park, il existe un autre exemple au pavillon de Brighton, dans l'antichambre des appartements du roi, et un autre encore à Farnley Hall, dans le Yorkshire, signé sur le cadran Weeks London (probablement Thomas Weeks).

André-Antoine Ravrio, l'un des plus grands bronziers français de la période pré et post-révolutionnaire, était un homme d'affaires très prospère et respecté et un artiste exceptionnellement doué. En plus de son travail de bronzier, il a écrit et publié deux volumes de poésie et trois de ses pièces ont été jouées au théâtre du Vaudeville à Paris.

Richard Redding Antiques

XIXe siècle
Un guéridon Empire attribué à Molitor
Un guéridon Empire attribué à Molitor

Prix : Sur demande

Pendule Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Une pendule Empire ‘à l’Égyptienne’ par Mesnil à Paris » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Pendule Empire, Horlogerie.