EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Commode Empire en acajou montée sur bronze doré, attribuée à Jacob-Desmalter
Commode Empire en acajou montée sur bronze doré, attribuée à Jacob-Desmalter - Mobilier Style Empire Commode Empire en acajou montée sur bronze doré, attribuée à Jacob-Desmalter - Richard Redding Antiques Commode Empire en acajou montée sur bronze doré, attribuée à Jacob-Desmalter - Empire
Réf : 88216
Prix sur demande
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Acajou montée sur bronze doré
Dimensions :
l. 90 cm X H. 90 cm X P. 55 cm
Mobilier Commode - Commode Empire en acajou montée sur bronze doré, attribuée à Jacob-Desmalter XIXe siècle - Commode Empire en acajou montée sur bronze doré, attribuée à Jacob-Desmalter
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Commode Empire en acajou montée sur bronze doré, attribuée à Jacob-Desmalter

Une rare et très importante commode Empire en acajou montée sur bronze doré attribuée à Jacob-Desmalter et Cie, le plateau rectangulaire en marbre noir au-dessus d'un tiroir en frise orné au centre par une monture en bronze doré très élaborée, flanqué de chaque côté par les pointes d'une paire de cornes d'abondance en acajou montées en bronze doré qui s'étendent autour et à travers les trois tiroirs principaux et sont reliées au tiroir inférieur par un motif de ruban, chaque tiroir avec des poignées serpentines et centré par un écusson élaboré qui inclut une paire de cornes d'abondance, le tout sur une base rectangulaire sur des pieds carrés.

Paris, date vers 1805
Hauteur 90 cm, largeur 90 cm, largeur 55 cm.

Provenance : Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838), Château de Valençay.

Cette magnifique commode est non seulement une pièce exceptionnelle en soi, mais elle peut également être appréciée en raison de sa provenance et de ...

Lire la suite

... son fabricant. Elle a été réalisée pour Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, qui était l'un des plus importants hommes d'État français. Né à Paris, il fut nommé évêque d'Autun en 1788, puis élu aux États généraux et devint président de l'Assemblée en 1790. Il a été ministre des affaires étrangères de 1797 à 1807 et a aidé Napoléon à devenir consul en 1802 et empereur en 1804. Napoléon pensait qu'il était vital que son ministre des affaires étrangères et intendant des banquets impériaux dispose d'une belle propriété où il pourrait recevoir les dignitaires étrangers. En 1803, il a donc aidé Talleyrand à acheter le château de Valençay, qui était alors meublé des œuvres les plus somptueuses et les plus fines de l'art contemporain de l'Empire. Cependant, Tallyrand, préoccupé par les ambitions militaires croissantes de Napoléon, démissionne de son poste en 1807. Il s'oppose alors à son ancien ami pour prendre la tête d'une forte faction anti-napoléonienne, agissant une fois de plus comme ministre des affaires étrangères sous Louis XVIII. Talleyrand a continué à vivre à Valençay parmi sa belle collection d'art jusqu'à sa mort en 1838.
Outre son importante provenance, cette console exceptionnelle, de par sa qualité et son style, a très certainement été fabriquée par la célèbre firme d'ébénistes parisiens Jacob Desmalter et Cie, l'une des meilleures dans l'histoire du mobilier français. De 1803 à 1813, la société a été dirigée par Georges Jacob (1739-1814) et son fils François-Honoré-Georges Jacob (1770-1841), mais son histoire, sous différents noms, s'est étendue sur plus de quatre-vingts ans, au cours desquels ils ont fabriqué des pièces de superbe qualité. Georges Jacob, qui fournissait des meubles au Garde-Meuble de la Couronne à la fin du XVIIIe siècle, comptait parmi ses clients le comte de Provence et le comte d'Artois, tandis que ses commandes pour la reine Marie-Antoinette comprenaient des meubles pour le Petit Trianon et les châteaux de Fontainebleau, Versailles, St-Cloud et Rambouillet. L'amitié de Georges Jacob avec le peintre républicain Jacques-Louis David lui permet de résister à la Révolution française. En 1796, il transmet l'entreprise à ses deux fils Georges II (1768-1803) et François-Honoré-Georges Jacob, qui travaillent sous le nom de Jacob Frères. Après le décès prématuré de Georges II, son frère cadet reprend l'affaire de son père en ajoutant Desmalter à son nom de famille et en rebaptisant l'entreprise Jacob-Desmalter et Cie.

Après le couronnement de Napoléon en tant qu'empereur, Jacob-Desmalter reste le principal fournisseur de mobilier du Garde-Meuble impérial. Ils réalisent de superbes pièces pour Fontainebleau, le Grand Trianon, Saint Cloud, Rambouillet et les Tuileries. En 1810, Jacob-Desmalter a rénové de nombreux appartements impériaux pour l'impératrice Marie-Louise lors de son mariage avec Napoléon cette année-là. Selon Denise Ledoux-Lebard, dans "Le Mobilier Français du XIXe Siècle", durant les années 1803-1813, le coût du mobilier fourni par l'entreprise pour le seul palais des Tuileries s'élève à 541 765 francs.

Richard Redding Antiques

XIXe siècle
Un guéridon Empire attribué à Molitor
Un guéridon Empire attribué à Molitor

Prix : Sur demande

Commode Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Commode Empire en acajou montée sur bronze doré, attribuée à Jacob-Desmalter » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Commode Empire, Mobilier.