EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Une collection de clés de montres de poche Géorgiennes
Une collection de clés de montres de poche Géorgiennes - Horlogerie Style
Réf : 109100
2 500 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
Angleterre
Horlogerie  - Une collection de clés de montres de poche Géorgiennes
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Une collection de clés de montres de poche Géorgiennes

Superbe collection de vingt-quatre clés de remontage de montres de poche de George IV, certaines renfermant des pierres semi-précieuses serties dans des cadres ovales, une autre paire de la même forme renfermant des portraits en mosaïque de pierres semi-précieuses d'un couple d'épagneuls, l'une avec un médaillon en argent portant les initiales L. D. C, d'autres en forme de canne ainsi qu'un homme habillé en costume oriental, en plus d'autres de formes et de motifs divers et complexes. Le tout est disposé sur du tissu noir et monté sur une paire de planches.
Anglais, date vers 1820
Cette belle collection de clés de remontage de montres de poche date d'environ 1820, l'année où le Prince Régent a été couronné George IV d'Angleterre. Ensemble, elles représentent la diversité des formes et des motifs ornés ainsi que la variété des matériaux utilisés pour créer ces petites clés. À l'époque, les montres de poche n'étaient pas seulement considérées comme ...

Lire la suite

... utiles, mais aussi comme un symbole de statut social à montrer au public. Elles avaient également une grande valeur, à tel point qu'en cas de perte ou de vol d'une telle montre, d'importantes récompenses étaient souvent offertes pour la retrouver.
Les premières montres de poche ont été inventées dans l'Europe du XVIe siècle. Issues des premières montres "de bord", elles étaient essentiellement des versions miniatures des horloges d'église ou de tourelle et étaient souvent de forme bulbeuse. Vers 1700, leur forme a évolué vers la forme typique de la montre de poche, arrondie et aplatie, sans arêtes vives, afin que les hommes puissent facilement les glisser dans leur poche au lieu de les porter en pendentif.
Jusqu'au milieu du XIXe siècle, toutes les montres de poche étaient remontées à l'aide d'une clé afin de maintenir l'énergie en marche et de régler l'heure correctement. Pour ce faire, on ouvrait généralement le fond du boîtier et on plaçait la clé sur l'anneau de remontage (qui était placé au-dessus du rouage de la montre pour remonter le ressort principal) ou sur l'anneau de réglage, qui était relié au rouage des minutes et faisait tourner les aiguilles. Certaines des premières montres étaient dotées d'un anneau de réglage situé à l'avant de la montre, de sorte qu'il était nécessaire d'enlever le couvercle vitré du cadran et la lunette pour mettre l'heure à l'heure. Les premières clés étaient de simples pièces de métal en forme de T, mais avec le temps, elles sont devenues plus ornées et décoratives. La taille des clés variait, car elles devaient s'adapter aux différentes tailles des barillets de la montre. Elles mesuraient généralement environ 3,5 cm de long et étaient attachées à la montre de poche à l'aide d'une chaîne ou d'une châtelaine, généralement en or.
Les montres de poche à remontoir à clé sont restées largement utilisées jusqu'au milieu du XIXe siècle, mais ont connu un déclin après 1842, lorsque Adrien Philippe a inventé la montre à remontoir à tige. Cette invention a été commercialisée par Patek Philippe & Co dans les années 1850. Ces montres nécessitaient que le propriétaire tourne une petite poignée sur une tige afin de remonter la montre. Une version ultérieure de la montre à remontoir à tige comportait un levier que l'on tirait et tournait pour régler l'heure et remonter la montre. Pendant la Première Guerre mondiale, les montres-bracelets sont devenues de plus en plus populaires et ont largement mis fin à la demande de montres de poche traditionnelles. Malgré cela, l'attrait pour la montre de poche et ses clés de remontage persiste encore aujourd'hui.

Richard Redding Antiques

XVIIIe siècle
Paire de chenets Louis XV
Paire de chenets Louis XV

15 000 €

Horlogerie