EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695)
Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695) - Tableaux et dessins Style Louis XIV Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695) - Galerie William Diximus Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695) - Louis XIV Antiquités - Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695)
Réf : 74217
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Signature :
Attribué à Pierre Mignard 1612/1695
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
L. 76 cm X l. 87 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695) XVIIe siècle - Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695) Louis XIV - Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695) Antiquités - Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695)
Galerie William Diximus
Galerie William Diximus

Mobilier et objets d'art des XVIIIe et XIXe siècles


+33 (0)6 26 70 73 13
Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695)

Françoise Charlotte de Montalais (1633-1718)

Comtesse de Marans-Dame de Vernée

Fille de Pierre de Montalais, seigneur de Chambellay, et de Renée Le Clerc de Sautré, petite fille de Mathurin de Montalais et d’Anne Le Voyer.

Elle était la petite-nièce de Marie de Hautefort , leurs grand-mères Catherine et Anne Le Voyer étant sœurs.

Après le décès, en 1665, de son époux Jean VIII du Beuil , comte de Marans, elle devint la maîtresse d’Henri-Jules de Bourbon-Condé, prince de Condé, dont elle eut Julie de Bourbon, femme d’Armand de Madaillan, Marquis de Lassay, puis devint la maîtresse du fils du duc de Longueville , le comte de Saint-Pol. Cette intrigante fut mêlée à l’Affaire des poisons. Elle vivait encore en 1686, mais ses biens étaient saisis.

C’est elle que Madame de Sévigné, dont elle fut un temps l’amie, appelle la méchante fée Mélusine, ou « la Marans ».

Chambellay est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire. Chambellay se situe à 10 km du Lion-d’Angers, à 15 km de Segré, à 16 km de Château-Gontier et à 30 km d’Angers. Au Moyen Âge, la châtellenie de Chambellay relevait, pour une partie, de la baronnie de Candé et pour partie du château d’Angers. La seigneurie de Chambellay appartenait à la famille de Montalais du 14ème à la fin du 17ème siècle, avant d’être cédée en 1696 à la famille de Racapé, puis de passer, jusqu’à la Révolution, par succession en 1734 aux d’Héliand d’Ampoigné et enfin par alliance en 1770 aux Juigné du Parvis.

Cf en pièce jointe la photo de château de Chambellay, car le tableau devait s'y trouver. Il est fort peu probable qu'il est été dans le château de Marans (plutôt un château fort) qui a été détruit sous les ordres du Cardinal de Richelieu.

"En 1589, Henri IV prend la place après un siège de quatre jours. Marans devient une des places de sûreté protestantes. De 1627 à 1628, lors du siège de La Rochelle, Louis XIII séjourne à Marans. Richelieu (1585 - 1642) fait raser le château par crainte d’une occupation par les troupes réformées après le départ des troupes royales. Les dernières tours sont démolies au 18ème siècle. En 1659, le sire de Bueil, comte de Marans fait don d’une partie de son château aux capucins pour l’édification d’un couvent. Le port demeure longtemps spécialisé dans le commerce des céréales, la Sèvre niortaise étant alors navigable jusqu’à Niort."

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article « Françoise Charlotte de Montalais », dans Alphonse-Victor Angot, Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Goupil, 1900-1910

Concernant l'attribution, nous avons retrouvé 3 tableaux de Pierre Mignard 1612-1695, ils sont tout les 3 dans le musée Grobet Labadié à Marseille.

Nous retrouvons la même technique, que ce soit au niveau de la posture, du regard, mais surtout du traitement de la lumière.
Les cadres à quelque détails sont sensiblement les mêmes que le notre.

Ce type de cadre de forme ovale avec les attributs des feuilles de chêne et de gland sont d’époque Louis XIV.
Le cadre de notre tableau est surement celui d'origine car il est lui aussi d’époque Louis XIV.

Les 3 portraits de Mignard :

https://www.photo.rmn.fr/archive/15-629127-2C6NU0AMDSXM1.html
https://www.photo.rmn.fr/archive/15-629191-2C6NU0AMD46FB.html
https://www.photo.rmn.fr/archive/15-628426-2C6NU0AMDIHJR.html

Ils proviennent directement de la collection de Mr et Mme Grobet.
Au décès de Louis Grobet, survenu en 1917, Marie Grobet légua en 1919 (date de rentrée des tableaux) l'hôtel particulier et l'ensemble des collections qu'il abritait à la Ville de Marseille.

Reflets des goûts d'une société bourgeoise raffinée, fascinée et séduite par toutes les formes d'art, les collections françaises réunies dans la deuxième moitié du XIXe siècle, illustrent admirablement l'éclectisme artistique des amateurs "éclairés" de cette époque.

Si le XVIIIe siècle occupe une place privilégiée au sein des collections, le haut Moyen-Âge, la Renaissance et le XIXe siècle n'en demeurent pas moins représentés avec des ensembles formés d’œuvres de première importance. ­­­

La provenance:

Famille de Montalais - Chateau de Chambellay
Famille Schulte Malbun - 45rue Emile Meunier 75016 Paris

Dimensions hors cadre : 60cmX72cm
Dimensions avec Cadre: 76cmX87cm

Galerie William Diximus

Tableaux XVIIe siècle Louis XIV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Portrait de Mme de Montalais attribué à Pierre Mignard (1612-1695) » présenté par Galerie William Diximus, antiquaire à Saint-Ouen dans la catégorie Tableaux XVIIe siècle Louis XIV, Tableaux et dessins.