EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Plaque pectorale représentant un seigneur - Maya
Plaque pectorale représentant un seigneur - Maya - Archéologie Style
Réf : 97837
25 000 €
Époque :
Avant JC au Xe siècle
Provenance :
MAYA - Mexique 600 – 800 AP. J.-C
Materiaux :
Jadéite verte
Dimensions :
l. 8.1 cm X H. 11.1 cm X P. 1.2 cm
Galerie Mermoz
Galerie Mermoz

Art Précolombien


+33 (0)1 42 25 84 80
Plaque pectorale représentant un seigneur - Maya

Ce pectoral est une splendeur de l’art maya, un bijou porté par un homme de lignée royale, à des fins esthétiques, sociales et religieuses. Il est réalisé dans une magnifique jadéite, une variété de jade considérée comme sacrée en Mésoamérique, où les hommes associaient sa couleur bleu-vert à l’eau et voyaient en elle une pierre de vie et de fertilité, voire une pierre d’éternité capable d’assurer la survie de l’âme dans l’au-delà.

Le travail sculptural est remarquable. L’artiste a volontairement composé avec la forme naturelle de la plaque de jade brute, l’intégrant pleinement dans sa création, peut-être pour préserver la beauté et l’intégrité de ce précieux matériau et par là-même l’efficacité des pouvoirs qui lui étaient conférés.

La finesse de l’ouvrage atteste de l’intensité du labeur. Sculpter une roche aussi dense que le jade est une ascèse, souvent comparé au lent processus de perfection et d’élévation ...

Lire la suite

... de l’esprit. Le rendu doux et brillant, obtenu après un polissage et un lustrage intensif, est l’aboutissement éclatant d’une dévotion sans borne, qui confirme la très grande valeur de cet ouvrage.

L’homme représenté est un souverain, portant les regalia liés à son rang, à savoir un collier à grosses perles, des tambours d’oreilles imposants percés en leur centre et une coiffe élaborée.
Le visage est concentré, les yeux en forme de grain de café sont clos, le nez est épaté, les joues sont pleines et la bouche, menue, présente des lèvres épaisses, une physionomie que l’on retrouve souvent sur les portraits de seigneurs mayas et qui suggère leur participation à un important rituel, un état de transe ou bien leur condition de défunt prêt à être enseveli pour l’éternité mais appelé à renaître dans l’au-delà.

Le sommet du crâne est incurvé et supporte un grain positionné verticalement qui évoque la germination, sans doute celle du maïs, plante sacrée intimement lié au jade par association chromatique, et à son pouvoir de fertilité.

Des volutes encadrent le visage du seigneur. Au-dessus, à droite et à gauche, on distingue des têtes de serpents, vues de profil avec la gueule grande ouverte. Dans les mythes et croyances mayas, ces reptiles, aux allures d’être originel, ont un lien symbolique très fort avec, à la fois, le ciel, la terre et le monde inférieure et leurs attributs se retrouvent dans les représentations de nombreuses divinités et créatures surnaturelles. Leur présence ici témoigne de la dimension cosmique du seigneur.

Galerie Mermoz

Archéologie