EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Okimono aux Singes de la Sagesse par Koizumi Seiya
Okimono aux Singes de la Sagesse par Koizumi Seiya - Arts d Okimono aux Singes de la Sagesse par Koizumi Seiya - Galerie Lamy Chabolle Okimono aux Singes de la Sagesse par Koizumi Seiya - Antiquités - Okimono aux Singes de la Sagesse par Koizumi Seiya
Réf : 112201
VENDU
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Koizumi Seiya
Provenance :
Japon
Materiaux :
Bronze
Dimensions :
l. 25 cm X H. 20 cm
Arts d XIXe siècle - Okimono aux Singes de la Sagesse par Koizumi Seiya  - Okimono aux Singes de la Sagesse par Koizumi Seiya Antiquités - Okimono aux Singes de la Sagesse par Koizumi Seiya
Galerie Lamy Chabolle
Galerie Lamy Chabolle

Mobilier et objet d'art des XVIIIe, XIXe et XXe siècle


+33 (0)1 42 60 66 71
+33 (0)6 11 68 53 90
Okimono aux Singes de la Sagesse par Koizumi Seiya

Okimono aux Trois singes par Koizumi Seiya.
Bronze.
Japon.
Ère Meiji.
h. 20 cm ; l. 25 cm.

Statuette okimono en bronze signé par Koizumi Seiya, sculpteur japonais de l’ère Meiji, actif à Tokyo à la fin du XIX? siècle.

Le 1er janvier 1873, un nouveau calendrier est adopté au Japon : le calendrier grégorien remplace le calendrier traditionnel lunaire. Cette révolution est peut-être la réforme la plus représentative de l’ère de l’empereur Meiji, ère pendant laquelle la modernisation du Japon passe pour un synonyme d’occidentalisation : l’infanterie est repensée sur le modèle prusse ; la marine sur le modèle anglais, l’instruction sur le modèle français et l’art sur le modèle italien.

Le sculpteur italien Vicenzo Ragusa enseigne la sculpture à la K?bu bijutsu-gakk?, école des Beaux-Arts fondée en 1876 à Tokyo, où sont enseignées les techniques de l’art occidental.

Les productions en bronze de cette période sont un mélange ...

Lire la suite

... raisonné entre inspiration occidentale et tradition nippone. Ici, c’est l’art traditionnel de l’okimono qui rencontre celui de la sculpture naturaliste occidentale. Il est signé par Koizumi Seiya, ou Genryusai, grand sculpteur de bronzes animaliers de l’ère Meiji, qui réinterprète ici un thème traditionnel taoïste, celui des trois singes de la sagesse : Mi-zaru l'aveugle (en japonais ?? : ne pas voir), Kika-zaru le sourd (?? : ne pas entendre) et Iwa-zaru le muet (??? : ne pas parler). C’est un jeu de mot avec le terme saru (?), qui signifie singe. Au Japon, des statues de Mi-zaru, Kika-zaru et Iwa-zaru ornent les carrefours en l’honneur de Koshin, le dieu des routes, depuis au moins le XVIe siècle, pour inciter les voyageurs à la prudence et la pureté.

Sources

William Gerard Beasley, The Modern History of Japan, New York, 1963.

Iwao Seiichi, Iyanaga Teizo, et al., Dictionnaire historique du Japon, Tokyo, 1987.

Wolfgang Mieder, « The Proverbial Three Wise Monkeys » in Tradition and Innovation in Folk Literature, Lebanon, 1987.

Felice Fischer, The Art of Japanese Craft. 1875 to the Present, Philadelphie, 2008.

Gérard Siary, Histoire du Japon. Des origines à nos jours, Paris, 2020.

Galerie Lamy Chabolle

XIXe siècle
Flambeaux aux feuilles de lotus
Flambeaux aux feuilles de lotus

4 200 €

Arts d'Asie