EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
XVIIe siècle
Cabinet Louis XIII

13 000 €

Jean-Yves Buhard

  1. 1

Les cabinets sous Louis XIII

La Renaissance italienne, avait été la première à composer les meubles appelés cabinets, dont le caractère essentiel était leur division intérieure en tiroirs multiples et en petits guichets encadrés de colonnettes. Sous Louis XIII, le cabinet devient le meuble à la mode. Il comporte un corps supérieur supporté par une série de colonnettes ou de cariatides, reposant elles-mêmes sur une tablette. Les cabinets plaqués d'ébène présentent une mouluration de faible saillie et une ornementation sculptée de très bas relief. Le décor imitant les façades architecturales qu'on avait adopté dans la seconde moitié du XVIe siècle, domine sous Louis XIII. Ce ne sont que pilastres, colonnes et niches peuplées de figurines en haut-relief.

Les cabinets flamands de la première moitié du XVIIe siècle ont pour caractéristiques leur incrustation d'ivoire ou d'écaille, l'encadrement ondé qui généralement accuse le dessin des tiroirs et des panneaux, eux-mêmes ornés de fleurs, notamment de tulipes gravées ou peintes.

Les cabinets allemands présentent eux, les mêmes caractéres que les meubles de même nature que fabriquait l'Italie à la fin du XVIe siècle. Contrairement à la formule flamande, ils ne comportent par un corps supérieur monté sur des colonnettes, mais deux corps de mêmes dimensions, exactement superposés, comme ceux des armoirs à deux corps . Il s ouvrent ordinairement à quatre vantaux respectivement décorés d'un motif architectural figurant un portail couronné d'un fronton: de là par analogie, leur nom de « cabinets à tabernacles ». Les matériaux caractéristiques de leur décoration consistent en plaques d'ambre et d'ébénie ondulées. Ces meubles sont d'une exécution très soignée.

Les cabinets italiens, sont, à cette époque, les moins nombreux. Florence était le centre de leur fabrication, On les ornait d'agate et de fils d'argent.

L'Espagne enfin, produisait des cabinets, décorés d'une marqueterie géométrique découpée, qui portent le nom de varguenos, par allusion à la ville de Vergas, près de Tolède, où s'en trouvait la fabrique.