EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Abraham Janssens Le Jeune Allégorie du toucher
Abraham Janssens Le Jeune Allégorie du toucher - Tableaux et dessins Style
Réf : 109459
25 000 €
Époque :
XVIIe siècle
Dimensions :
l. 80 cm X H. 91 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Abraham Janssens Le Jeune Allégorie du toucher
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Abraham Janssens Le Jeune Allégorie du toucher

Le tableau : 80 x 91 cm, dans un cadre en bois sculpté et doré de 96 x 107 cm.

Ce tableau très sensuel du maître flamand Abraham Janssens le Jeune (né en 1616 et mort après 1649) illustre parfaitement une allégorie picturale du toucher. Au centre de la scène se trouve une jeune femme voluptueuse, à la fleur de l'âge, richement vêtue d'une somptueuse robe rouge longue et fluide dont le corsage en soie diaphane semble cacher sa pudeur. Juste au-dessous de ses seins se trouve une boucle ornée de bijoux au-dessus d'une ceinture en or, incrustée de rubis et d'autres pierres précieuses. Elle porte également une somptueuse coiffe ornée de bijoux, complétée par des bracelets et des colliers étincelants. L'impression d'opulence est également exprimée par son étole doublée d'hermine et de soie brodée. Si la belle jeune femme est au centre de l'attention, le sujet principal du tableau est une allégorie du toucher, symbolisée par le perroquet à plumes vertes vers ...

Lire la suite

... lequel la jeune femme se tourne au moment où il donne un coup de bec à son index tendu. Son bec parvient à aspirer une goutte de sang, dont la couleur se retrouve dans le rouge de sa robe, sur ses lèvres roses pincées et sur les pointes rouges des ailes du perroquet. Allégorie du toucher, l'un des cinq sens, représenté ici par un oiseau exotique picorant le doigt d'une belle jeune femme, ce sujet était très prisé des peintres flamands de la Renaissance, comme l'ont fait Otto van Veen (1556-1626), Jacob de Backer (1560-90/91) et d'autres.
Abraham Janssens II est né à Anvers et a été baptisé cette année-là dans la cathédrale de la ville. Il est issu d'une grande dynastie de peintres. Sa mère, Sara Goetkint (c1573-c.1644), était la fille de l'artiste et marchand d'art Peter Goetkint l'Ancien (c1540-83), qui a enseigné à Jan Brueghel l'Ancien (1568-1625). Le père d'Abraham Janssens II était Abraham van Nuyssen Janssens (1575-1632), un peintre renommé, surtout connu pour ses sujets historiques, religieux et mythologiques. Janssens l'Ancien était également un contemporain et un rival redoutable de Pierre Paul Rubens (1577-1640), dont l'influence est perceptible dans cette œuvre ainsi que dans de nombreuses autres œuvres d'Abraham Janssens le Jeune. Ce dernier avait environ sept frères et sœurs, dont Maria Anna (1609-68), qui devint également peintre, spécialisée dans les natures mortes, et épousa l'artiste Jan Brueghel le Jeune (1601-78).
Formé par son père, Janssens II reprend l'atelier de son aîné à la mort de celui-ci en 1632 et, tout en continuant à peindre, exerce la profession de marchand d'art. En 1636, il suit les traces de son père en devenant maître de la célèbre guilde anversoise de Saint-Luc. La même année, sa fille Marie Janssens naît. Trois ans plus tard, comme beaucoup d'autres artistes flamands, il part pour Rome, où il étudie les antiquités classiques et les œuvres des grands maîtres de la Renaissance, en particulier Michel-Ange. Pendant son séjour à Rome, il partagea pendant un certain temps le logement de son ami, le peintre paysagiste néerlandais Johannes Lingelbach (1622-74). Bien que l'on ne connaisse pas la date exacte de la mort de Janssens le Jeune, nous savons qu'il était encore à Rome en 1649 et qu'il y est probablement resté jusqu'à la fin de sa vie.
La présente œuvre date des années 1630, avant que Janssens ne s'installe à Rome, et se compare à un certain nombre d'autres œuvres très évocatrices de cette période, au cours de laquelle il a exécuté un certain nombre d'œuvres allégoriques, dont d'autres qui représentaient les sens, tandis que d'autres représentaient les Quatre Saisons. Comme ici, la monumentalité de la figure, la riche palette de couleurs et l'élégance de la touche reflètent sa compréhension du style de Rubens et sont caractéristiques de la peinture flamande la plus somptueuse du XVIIe siècle. Outre sa virtuosité, ce tableau se trouve dans un excellent état de conservation. Il est également accompagné d'un certificat d'authenticité de la Galleria Romano Ischia, Riva del Garda, Italie.

Richard Redding Antiques

XVIIIe siècle
Paire de chenets Louis XV
Paire de chenets Louis XV

15 000 €

Tableaux XVIIe siècle