EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
A Directoire Pendule 'Au Chasseur Améridien', by Gautier
Réf : 98698
35 000 €
Époque :
XIXe siècle
Dimensions :
l. 38 cm X H. 52 cm X P. 14 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
A Directoire Pendule 'Au Chasseur Améridien', by Gautier

Une très belle pendule Directoire "Au Chasseur Améridien" en bronze doré et patiné, d'une durée de huit jours par Gautier, signée sur le cadran en émail blanc Gautier à Paris. Le cadran est orné de chiffres romains et arabes et d'une belle paire d'aiguilles en laiton doré pour les heures et les minutes. Le mouvement avec échappement à ancre, suspension à fil de soie, sonnerie à l'heure et à la demi-heure sur une seule cloche, avec roue de compte extérieure.

Le superbe boîtier avec cadran et lunette feuillagée fraisée est placé dans un socle rectangulaire en bronze doré à côtés supérieurs concaves, surmonté d'un char, ses roues avec rayons découpés montés en rosace à l'intérieur, placés de chaque côté du tambour du cadran, le char supportant la figure d'un chasseur amérindien aux yeux émaillés blancs, portant une coiffe à plumes et une jupe à plumes assortie, des boucles d'oreilles à anneaux, des brassards dorés et tenant dans sa main gauche ...

Lire la suite

... un arc et une flèche dans sa main tendue, Il tient dans sa main gauche un arc, et une flèche dans sa main droite tendue, avec un carquois de flèches en bandoulière dans son dos. Le chasseur aux jambes écartées est assis sur un socle surmonté d'un masque à tête de lion, il regarde à gauche et a un aigle mort à son pied gauche et à son pied droit une bête ailée mythique avec la tête et les pattes griffues d'un lion et une queue serpentine fourchue, tout en tenant les rênes du char dans sa bouche. Le socle en bronze patiné sous le cadran est richement orné de montures en bronze doré symbolisant le commerce avec trois putti à la peau noire au milieu de rochers, d'une cascade, de palmiers et d'une hutte, un putto avec un arc et des flèches, un autre assis avec un chien et un autre venant d'attraper un poisson, le socle sur une base rectangulaire reposant sur quatre pieds tournés.

Paris, date vers 1800
Hauteur 52 cm, largeur 38 cm, profondeur 14 cm

Bien que rares, des modèles identiques de cette imposante pendule symbolisant la découverte de l'Amérique ou du Nouveau Monde, se trouvent au Musée du Nouveau-Monde à La Rochelle ainsi qu'au Musée du François Duesberg à Mons, en Belgique. Cette dernière collection abrite également une variante qui, au lieu d'un char, présente un ancien type de bateau avec une tête de loup à l'arrière.

Le boîtier de l'horloge reflète une période fascinante de l'histoire, lorsque, à l'époque des Lumières, la société européenne du XVIIIe siècle a commencé à s'interroger sur la moralité et les normes de sa propre civilisation par rapport à l'innocence apparente et à la nature intacte de ceux qui vivaient dans des pays exotiques lointains. C'est ainsi qu'est née la notion de "bon sauvage" ou de "noble sauvage" exprimée par Jean-Jacques Rousseau, dont le "Discours sur l'origine de l'inégalité" de 1754 proposait que la beauté et l'innocence de la nature provenaient des plantes et des arbres. En 1767, l'explorateur français Bougainville arrive à Tahiti, suivi du capitaine Cook en 1769. Ils reviennent avec deux des habitants de l'île, Aotourous et Omai. Ce dernier fut emmené à Londres où il fut reçu par le roi George III et fut peint par le célèbre portraitiste Sir Joshua Reynolds. Après avoir entendu parler de la vie heureuse et harmonieuse des habitants des îles des mers du Sud, les esprits les plus brillants de Paris et de Londres ont commencé à s'interroger sur leur propre société européenne corrompue par rapport à l'innocence des insulaires indigènes. La notion de bon sauvage a également inspiré de belles œuvres littéraires telles que Paul et Virginie (1787) de Bernardin de Saint-Pierre et Atala (1801) du Vicomte de Chateaubriand, qui ont fait l'objet de superbes coffrets d'horlogerie et qui, comme Robinson Crusoé (1719) de Daniel Defoe ou les Voyages de Gulliver (1724) de Jonathan Swift, résument la fascination de l'Europe pour l'exotisme.

Si le thème du noble sauvage a pris de l'ampleur à la fin du XVIIIe siècle et au début du XXIe, les Européens avaient déjà commencé à représenter les indigènes d'Amérique au XVIe siècle, même si certaines de ces représentations n'étaient pas tout à fait exactes. L'un des premiers exemples figure sur un écran de chœur sculpté datant d'environ 1510, réalisé pour la chapelle du château de Gaillon, en Normandie, qui comprend deux personnages masculins portant des jupes et des coiffes à plumes. De même, une gravure allemande légèrement antérieure, connue sous le nom de "Première représentation des peuples du Nouveau Monde", réalisée par Amerigo Vespucci et publiée en 1505, représente le peuple Tupinamba du Brésil vêtu de coiffes et de jupes à plumes. Des hommes barbus portent des arcs et une lance, tandis qu'un groupe de femmes et d'enfants se régale des morceaux d'un malheureux voyageur portugais rôti sur un feu ouvert.

Tous ceux qui ont rencontré les Tupinambas n'ont pas connu le même sort. Par exemple, l'explorateur allemand Hans Staden, qui a été capturé par eux en 1557, a réussi à survivre et, de retour en Europe, il a publié un récit illustré de ses aventures, qui a fourni à la société européenne une mine d'informations sur ce peuple. À peu près à la même époque que la capture de Staden, deux Français, André Thevet et Jean de Léry, qui avaient participé à la brève colonie française près de l'actuel Rio de Janeiro, ont également relaté leurs expériences du Nouveau Monde dans des publications distinctes.

De même, au cours de ses voyages en Amérique dans les années 1580, l'artiste anglais John White a enregistré les Algonquins qui vivaient sur la côte de la Caroline du Nord et sur l'île de Roanoke. À partir des années 1590 et sur la base des aquarelles de White, Théodore de Bry, de Francfort, publie une série de gravures qui, comme les publications écrites qui se multiplient, contribuent à informer la société européenne sur cette civilisation lointaine. Parallèlement, les Européens commencent également à représenter les personnifications des quatre continents, à savoir l'Amérique, l'Afrique, l'Asie et l'Europe (l'Australie n'ayant pas encore été découverte). Les représentations visuelles des quatre continents apparaissent d'abord sous forme de gravures ou de peintures, mais elles inspirent avec le temps d'autres arts, de la porcelaine à l'argenterie en passant par les boîtiers d'horloge. L'Amérique était présentée dans les arts graphiques comme une princesse indienne, portant parfois une couronne ou une coiffe, des bracelets de cheville ornés de bijoux et des jupes à plumes, et parfois un arc et des flèches. Parfois accompagnée d'un alligator, elle a finalement et plus généralement été représentée comme une belle figure à la peau sombre, avec des traits du visage qui semblent plus africains qu'amérindiens. En revanche, l'Amérique est ici personnifiée par un beau chasseur autochtone qui, après avoir abattu un aigle, est également représenté comme maître de la bête mythique qui tire son char. Sous lui, sur le socle, se trouve une scène représentant le commerce sous la

Richard Redding Antiques

XIXe siècle
Pendule Empire de Claude Galle
Pendule Empire de Claude Galle

11 000 €

Pendule Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « A Directoire Pendule 'Au Chasseur Améridien', by Gautier » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Pendule Empire, Horlogerie.