FR   EN   中文

CONNEXION
RESSOURCES ET BASES DOCUMENTAIRES
Les ébénistes du XVIIIe siècle

Canot François

François Canot (Mort le 29 octobre 1786), sculpteur lyonnais, né à Paris, est le beau-frère de Pierre Nogaret. Il exerça à Lyon, place Louis-le-Grand, au milieu du XVIIIe siècle. On ne trouve pas trace de son accession à la maîtrise.
Estampille de François Canot
François Canot
Fauteuil à la reine (d'une paire), Bois laqué gris, sculpté, à moulure dorées et rechampies sur fond gris perle. Garniture de soie originale en tapisserie au petit point. Estampille : F. CANOT. H. : 108 cm ; L. : 78 cm ; P. : 59 cm. Lyon, vers 1775-1781. MAD 3130. Acquis de Descours, 1989. © Lyon, MTMAD – Pierre Verrier

Grâce à des recherches approfondies dans les archives, la vie et les différents problèmes rencontrés par François Canot mettent en lumière le mécanisme des corporations d’artisans lyonnais au XVIIIe siècle. François Canot, né à Paris vers 1721, vient s’installer à Lyon vers 1746. En 1748, il épouse Marie Muguet, belle sœur de Pierre Nogaret. Ce n’est qu’en 1758 qu’il obtient sa maîtrise de menuisier à Lyon. Commence alors un long procès: certains lui reprochent d’avoir usurpé cette nomination grâce à la complaisance de maîtres gardes, d’autres contestent, en affirmant qu’il n’en avait aucun droit, n’ayant jamais fait d’apprentissage et n’ayant donc jamais travaillé chez l’un des leurs. Toute cette affaire fait l’objet d’une terrible querelle au sein de la corporation des menuisiers et a lieu alors un procès en annulation devant le Consulat. Le notaire Michel condamne Canot par 98 voix contre 6. Le jour même, les partisans de Canot mandate un autre notaire, Cabaret, pour des vérifications. C’est au milieu d’agitations et de cacophonie épouvantables que le 20 avril 1758 le verdict est prononcé : Canot est déchu de la maîtrise des menuisiers.

Canot eut donc une carrière mouvementée et les sièges portant son estampille sont d’une grande rareté surtout si l’ on compare sa production à celle de son beau-frère Pierre Nogaret. Ses ouvrages, généralement à dossiers plats et foncés de canne, sont toutefois sculptés avec soin et originalité et toujours dans l’esprit lyonnais.

L'estampille de Canot se situe généralement sur la travers arrière du plateau de cannage ou sur la face externe de la travers arrière de la ceinture. Elle comporte une fleurette surmontant le nom de Canot et un S renvoyant à sa profession de sculpteur.

Canot - menuisier lyonnais
Très rare fauteuil en noyer d'époque Louis XVI portant l'estampille de Canot (Galerie, P. Bourgeois ; coll. part.)

MUSÉES

  • Fauteuil à dossier plat à la reine, accotoirs contournés, vers 1750. Il repose sur de petits pieds, bas et cambrés, dont les moulurations se prolongent sur la ceinture en arbalète ornée d'un bouquet de fleurettes au centre. H. 0.70 ; l. 0.69 ; P. 0.54 - N°MAD1127 - Musée des Arts Décoratifs de Lyon
  • Deux fauteuils à la Reine, vers 1775-1781. Décoration de noeuds au sommet et au milieu de la ceinture, et des faisceaux enrubanés appartenant au style Louis XVI. Les noeuds du sommet des sièges sont un peu différents : l'un est plus haut et plus raide que l'autre, les boucles du noeud ne sont pas très naturelles et paraissent maintenues par une armature. H. : 108 cm ; L. : 78 cm ; P. : 59 cm. - N°MAD3130 - Musée des Arts Décoratifs de Lyon

BIBLIOGRAPHIE

  • Nogaret et le siège lyonnais - Bernard Deloche, Jean-Yves Mornand - Jacques André éditeur - 2009
  • Le Mobilier Français du XVIIIème Siècle - Pierre Kjellberg - Les Editions de l'Amateur - 2008
  • Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934

Enregistrer

Enregistrer

Œuvre(s) de François Canot sur Anticstore

Réf : 53430

Paire de petits Canapés "en Ottomane" attribués à François Canot

Paire de petits Canapés dits "en Ottomane", en bois mouluré, sculpté et peint. Ils présentent des dossiers, de forme corbeille, se prolongeant par des accotoirs en coup de fouet et reposent sur cinq pieds cambrés. François Canot (1721 - 1786) Note François Canot (1721 - 1786) fut, avec son beau-frère Pierre Nogaret, un des grands menuisiers en sièges de l’École ...

Époque : XVIIIe siècle

Proposé par :