EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pendule de la fin de l'Empire en bronze doré et patiné et en marbre rouge, attribuée à Gérard-Jean Galle
Pendule de la fin de l'Empire en bronze doré et patiné et en marbre rouge, attribuée à Gérard-Jean Galle - Horlogerie Style Empire
Réf : 85687
Prix sur demande
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Attribué à Gérard-Jean Galle
Provenance :
France, Paris
Materiaux :
Bronze doré et patiné et en marbre rouge
Dimensions :
H. 87 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Pendule de la fin de l'Empire en bronze doré et patiné et en marbre rouge, attribuée à Gérard-Jean Galle

Très belle pendule de la fin de l'Empire en bronze doré et patiné et en marbre rouge avec un boîtier attribué à Gérard-Jean Galle. Le cadran rond en forme de bouclier en bronze doré, coulé avec des chiffres romains dans des cartouches circulaires, est centré par un soleil éclatant et entouré de quatre demoiselles classiques ; les aiguilles Breguet sont en acier bleui. Le mouvement, d'une durée de deux semaines, avec échappement à ancre et suspension à fil de soie, frappe les quarts sur une seule cloche, avec roue de compte extérieure.

L'étui représente la figure debout de Pallas Athena portant un casque à plumes et une couronne de laurier, ainsi qu'une courte tunique sous un long manteau froncé à l'épaule. Elle tient une lance avec un caducée dans sa main droite ; sa main gauche brandit le cadran en forme de bouclier. Le socle rectangulaire en marbre rouge repose sur une base en bronze doré.

Paris, fin de la période Empire, vers 1820
Hauteur de la ...

Lire la suite

... figure : 66 cm ; hauteur totale 87 cm

La présente affaire concerne Pallas Athena, également connue sous le nom de Minerva, qui était l'une des douze divinités olympiques. Elle était vénérée à la fois comme déesse de la sagesse et comme déesse de la guerre et protégeait de nombreuses villes grecques, notamment Athènes, qui porte son nom. Selon la mythologie, elle était la fille de Jupiter et sortit de sa tête toute armée. Déesse vierge qui refusa de se marier, elle était aussi une déesse guerrière et participait à la bataille du dieu contre les géants. En raison de ses conquêtes, elle est souvent associée à la Victoire et est presque toujours représentée portant un casque et une lance à la main.

Le très beau cas peut être attribué à Gérard-Jean Galle (1788-1846) qui a exécuté un certain nombre de modèles identiques ou presque identiques. L'un d'eux a été livré au château de Stockholm le 12 juin 1823, tandis que d'autres exemples de cette pièce imposante se trouvent au Schloss Ehrenburg à Cobourg, dans la Collection royale espagnole et au ministère des Affaires étrangères à Paris.

Gérard-Jean Galle (1788-1846), qui était le fils aîné du célèbre bronzier Claude Galle (1759-1815), a repris l'entreprise familiale de la rue Vivienne à la mort de son père et a rapidement prouvé qu'il pouvait maintenir son excellente réputation. Considéré comme l'un des meilleurs de Paris, il est patronné par une clientèle d'élite dont le duc de Richelieu, le marquis de Martel et le vicomte de la Rochefoucauld. Nés rue du Four à Paris, Gérard-Jean et son frère cadet, Jean-Auguste (né en 1790) s'entraînent sous la direction de leur père mais s'engagent ensuite dans l'armée après avoir terminé leur apprentissage. Gérard s'avère un brillant soldat et est fait chevalier en 1815. En 1810, Claude Galle demande à l'empereur de laisser ses fils à l'armée pour qu'ils puissent diriger l'entreprise familiale. En 1815, Napoléon est renversé et Claude Galle meurt, laissant la belle-mère de Gérard à la tête de l'entreprise familiale jusqu'à ce que Gérard-Jean revienne chez lui et reprenne l'affaire familiale. En 1819, Gérard remporte une médaille d'argent à l'Exposition de 1'Industrie pour une remarquable collection de bronzes composée principalement de luminaires et de boîtes d'horloges. Ces derniers ont été fournis à certains des meilleurs horlogers parisiens, dont Bourdier ; Gérard-Jean Galle s'est également spécialisé dans la fabrication d'horloges avec candélabres correspondants, dont deux au moins se trouvent au château de Stockholm.

Etat nettoyé et restauré.

Richard Redding Antiques

XIXe siècle
Un guéridon Empire attribué à Molitor
Un guéridon Empire attribué à Molitor

Prix : Sur demande

Pendule Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Pendule de la fin de l'Empire en bronze doré et patiné et en marbre rouge, attribuée à Gérard-Jean Galle » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Pendule Empire, Horlogerie.