EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Table console Empire attribuée à Jacob-Desmalter Et Cie
Table console Empire attribuée à Jacob-Desmalter Et Cie - Mobilier Style Empire
Réf : 109454
85 000 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Dimensions :
l. 143.5 cm X H. 92.5 cm X P. 46 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Table console Empire attribuée à Jacob-Desmalter Et Cie

Importante et très rare console Empire en acajou doublé de bronze doré et patiné, attribuée aux célèbres ébénistes Jacob-Desmalter et Cie, avec des montures en bronze attribuées au célèbre bronzier Pierre-Philippe Thomire, d'après les dessins des architectes et designers Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine, et très probablement fournies par le marchand-mercier Martin-Eloi Lignereux, le plateau rectangulaire d'origine en marbre Portoro extra surmontant une frise ornée d'une monture centrale en bronze comprenant une paire de lionnes sortant des rinceaux feuillagés et s'abreuvant à une fontaine, avec d'autres montures palmées à chaque extrémité de la frise au-dessus de chapiteaux circulaires à feuilles rigides sur de magnifiques supports monopodes en bronze patiné et doré représentant des femmes égyptiennes ailées, chacune avec de beaux visages sous des coiffes et des cheveux en boucles avec des draperies à houppes sous leurs poitrines sur un ...

Lire la suite

... pied en patte de lion, avec un dos en miroir sur un socle en forme.

Paris, date vers 1805-10
Hauteur 92,5 cm, largeur 143,5 cm, profondeur 46 cm.

L'importance de cette étonnante console n'est pas seulement due à sa beauté, à sa qualité et à sa rareté, mais aussi au fait que les supports féminins ailés sont entièrement en bronze plutôt qu'en bois sculpté, ce qui suggère fortement que l'œuvre a été réalisée dans le cadre d'une commande spéciale. Comme un certain nombre de pièces comparables, cette magnifique console n'est pas estampillée, mais elle a sans aucun doute été créée par quelques-uns des principaux fabricants de l'époque. D'après la qualité des bronzes et la comparaison avec d'autres supports de monopodes féminins similaires, il est presque certain que cette console a été réalisée par le bronzier prééminent de l'Empire, Pierre-Philippe Thomire (1751-1843). Lorsqu'il créait des pièces plus importantes, Thomire travaillait très souvent en association avec la principale firme d'ébénistes parisiens, à savoir Jacob-Desmalter et Cie, dirigée par François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter (1770-1841) et son père Georges Jacob (1739-1814), qui a produit un certain nombre de consoles similaires. En outre, il est presque certain que la conception d'ensemble est due aux architectes et designers Charles Percier (1764-1838) et Pierre-François-Léonard Fontaine (1762-1853). Enfin, il est très probable que la commande d'une pièce aussi importante soit due au marchand-mercier Martin-Eloi Lignereux (c. 17501809) qui est connu pour avoir fourni un certain nombre de consoles similaires aux résidences impériales ainsi qu'à une clientèle tout aussi influente. Bien que la provenance exacte de cette magnifique pièce soit inconnue, on peut supposer qu'elle a été réalisée pour un membre de la famille impériale ou un client tout aussi important.
Parmi les exemples comparables, on peut comparer les magnifiques supports ailés à ceux d'une console en bois d'if du Grand Trianon, à Versailles, conçue par Charles Percier et fabriquée par Jacob-Desmalter pour Joachim Murat au Palais d'Elysée en 1806. Une autre table console en acajou, également réalisée par Jacob-Desmalter d'après des dessins de Percier, a été livrée en 1809 au Grand Trianon pour le Palais de l'Élysée. Dans ce dernier exemple, les belles figures féminines tiennent également leurs ailes à la verticale mais plus près de leur corps et ont des drapés plus doux sous leurs seins, mais comme la plupart des exemples discutés ici, elles se terminent par des pieds monopodes en pattes de lion. Le Grand Trianon abrite également deux consoles en bois peint de Jacob-Desmalter, l'une destinée au Salon des Grands Officiers, l'autre au Salon des Princes sous Napoléon Ier. Ces deux consoles ont des plateaux semi-circulaires soutenus par trois termes ailés, qui sont également comparables à ceux de cette console, bien que l'ornementation autour de leurs seins prononcés diffère légèrement et que leurs ailes soient plus étirées.

Contrairement à la plupart des exemples où les supports mythologiques sont sculptés en bois, les exemples ici sont en bronze et sont donc particulièrement spéciaux. La qualité de la finition, des détails et de la conception générale présente de grandes similitudes avec les termes en bronze tout aussi somptueux réalisés par Pierre-Philippe Thomire pour soutenir un bureau-plat d'Adam Weisweiler (1744-1820), réalisé avant 1812 et aujourd'hui conservé au Palazzo Reale, à Naples. Comme ici, les traits du visage et l'ornementation dorée de la poitrine sont très détaillés et de la plus haute qualité, bien qu'il y ait de petites différences telles que la forme des ailes et les détails spécifiques de la draperie. On peut également comparer les magnifiques supports féminins actuels avec ceux de Thomire, mais avec des draperies autour de la taille et des pieds en volute, qui ornent une console aujourd'hui conservée au musée du Louvre. En outre, une console légèrement antérieure, également de Thomire, a été acquise par le tsar russe en 1799 et se trouve aujourd'hui au musée de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg.

Comme les exemples comparables déjà cités ainsi que d'autres répertoriés dans la littérature, la conception des supports est largement due à l'inspiration de Charles Percier et de son partenaire Pierre Fontaine, qui ont adapté l'art grec, romain et égyptien ancien pour créer un style qui augmentait et promouvait le rôle de Napoléon en tant qu'empereur. À leur tour, Percier et Fontaine ont eu un impact profond sur d'autres artistes et artisans contemporains, surtout après la publication de leur Recueil de Décorations Intérieures, Paris, 1801-1812, qui comprenait un certain nombre de dessins présentant des supports similaires, notamment pour une cassolette, une table, une commode et un trépied. En outre, Percier et Fontaine sont responsables de la conception des consoles exécutées par Jacob-Desmalter pour Joachim Murat au Palais d'Elysée en 1806, ainsi que de la paire de consoles de Jacob-Desmalter anciennement dans la collection du marquis d'Ailesbury (vendue par Sir Charles Clore), à Chr Percier et Fontaine ont également conçu un guéridon reposant sur des supports apparentés, qui fut exécuté par Weisweiler et le ciseleur-fondeur Feuchère pour le Garde-Meuble en septembre 1811 (Ledoux-Lebard, op. cit, pp.86-7). On peut également citer un dessin à la plume de Charles Percier (aujourd'hui au Musée des Arts Décoratifs) pour une coiffeuse (Istie's Monaco, 6 décembre 1985, lot 52).

Richard Redding Antiques

XVIIIe siècle
Paire de chenets Louis XV
Paire de chenets Louis XV

15 000 €

Console Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Table console Empire attribuée à Jacob-Desmalter Et Cie » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Console Empire, Mobilier.