EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet
Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet - Tableaux et dessins Style Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet - Galerie Gilles Linossier Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet - Antiquités - Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet
Réf : 74591
Prix sur demande
Époque :
XVIIIe siècle
Dimensions :
l. 80 cm X H. 90 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIIe siècle - Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet XVIIIe siècle - Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet  - Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet Antiquités - Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet
Galerie Gilles Linossier
Galerie Gilles Linossier

Mobilier & Objet d'art du XVIIIe siècle


+33 (0)1 53 29 00 18
Etienne Odot Garot Dubuisson (1652, 1732) - Portrait de Marie Anne Maudet

Etienne Odot Garot Dubuisson (Paris vers 1652, Rochefort 1732)
Portrait de Marie Anne Maudet
Huile sur toile
Dimensions avec cadre:
90 cm H x 80 cm L

Inscriptions au dos de la toile : “G Dubuisson Pinxit 170* Damoiselle Marie Anne MAVDET”

Un acte de la paroisse de la Rochelle mentionne le marriage de Marie Anne Maudet, fille de Jean Maudet et de Marie Pasquet, avec le sieur Robert Blin (fils de Pierre et Jeanne Blin) le 29 mai 1708 à La Rochelle.

L’époux était originaire de Saint Vigor en Basse Normandie et avait demeurait à Lyon avant de s’installer à la Rochelle

« La biographie de Garot Dubuisson garde encore de larges zones d’ombres ou tout du moins d’incertitudes. Etienne est le fils du peintre François Garrot du Buisson « ancien » de l’Académie de Saint-Luc, artiste oublié aujourd’hui et qui pourtant signe comme témoin, aux côtés de Charles Le Brun, au contrat de mariage de Jean-Baptiste Monnoyer. Reçu maître peintre à l’Académie de Saint Luc en 1688, Etienne Garot Dubuisson quitte probablement Paris vers 1710 pour s’établir dans la région de Rochefort où il vient d’être nommé « peintre de la marine du roi », fonction qu’il occupera jusqu’à sa mort en 1732. L’artiste connaît alors une certaine faveur locale qui se manifeste par les commandes de portraits de personnalités importantes. Ses portraits les plus connus sont ceux qu’il réalise pour la Chambre de commerce et pour la Juridiction consulaire de La Rochelle, conservés aujourd’hui à l’hôtel de la Bourse de cette ville. Cet ensemble commence en 1712 avec le Portrait de Jean Seignette, suivi de celui de Jacques Bonneau des Gardes, tous deux ayant joué un rôle important au sein de la Chambre de commerce rochelaise. Garot Dubuisson réalise ensuite (probablement entre 1713 et 1719) quatre portraits assez monotones et austères des juges consulaires : Robert Butler, Jean Trahan, François Darango, Jean Bruslé. C’est sans doute dans les portraits du début que Garot Dubuisson affirme le plus un talent sûr et une manière raffinée. Le souvenir de la présence de l’artiste en Aunis est attesté également par quelques tableaux d’églises : Présentation de Jésus à Siméon, 1725 (église de Dompierre-sur -Mer) ; Présentation de Marie au temple, 1723 (La Rochelle, chapelle du lycée Eugène Fromentin) ; Crucifixion, 1726 (église de Moëse). »

Texte extrait du catalogue raisonné Peintures françaises du XVIIIe s. Musée des Beaux-Arts de Tours / Château d’Azay-le-Ferron, par Sophie Join-Lambert

Galerie Gilles Linossier

Tableaux XVIIIe siècle