EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730
Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730 - Tableaux et dessins Style Régence Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730 - Galerie Nicolas Lenté Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730 - Régence Antiquités - Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730
Réf : 99596
23 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 124 cm X H. 156 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIIe siècle - Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730 XVIIIe siècle - Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730 Régence - Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730 Antiquités - Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730
Galerie Nicolas Lenté
Galerie Nicolas Lenté

Mobilier et Objets d'Art de la Haute Epoque au XVIIIe


+33 (0)6 64 42 84 66
Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730

Portrait présumé d’Élisabeth Thérèse Alexandrine de Bourbon-Condé, Mademoiselle de Sens, représentée en déesse Hébé enlevée par Zeus, transformé en aigle.

Ecole Française du XVIIIème siècle, autour de 1730
Pierre Gobert (1662-1744) et atelier
Huile sur toile
Dimensions : toile : h. 129 cm, l. 95 cm
Dimensions : encadré : h. 156 cm, l. 124 cm
Cadre de style Louis XIV en bois doré et sculpté

Grand et imposant portrait de la jeune princesse portraiturée assise sur un aigle dans les cieux.
Vue de face, la princesse est vêtue d’une robe de mousseline blanche décolletée, exposant sa gorge.
Visage ovale délicatement fardé, dominé par des grands yeux bleu-gris est entouré de cheveux poudrés, relevés, dégageant le front et les oreilles, et dont quelques mèches retombent sur son épaule.
Une grande écharpe bleue passée au-dessus de l’épaule couvre ses genoux et s’envole au vent. Une guirlande de fleurs venant de l’arrière passe sur les ...

Lire la suite

... genoux et redescend sur l’aigle.
Dans sa main droite elle tient un gobelet d’or et dans sa main gauche une aiguière.
L’aigle supportant la jeune femme saisit dans ses griffes le foudre (le faisceau d’éclairs enflammés), l’attribut de Zeus.
La figure de la jeune femme est animée par la fluidité des drapés à l’antique, tandis que l’éclat lumineux des chairs et du blanc de mousseline contraste avec l’arrière-plan singulièrement crépusculaire.
Les étoffes moulantes accentuent la sensualité naturelle de la jeune femme tandis que le choix de de la déesse Hébé est traditionnellement privilégié pour valoriser la jeunesse du modèle.

Pierre Gobert travaille principalement pour les cours de Versailles, de Lorraine ainsi que de Monaco.
Il a peint majoritairement les femmes et les enfants (ce qui constitue une rareté pour l’époque).
En travestissant des dames en Hébé, Venus, Iris et autres divinités antiques, il suit la tendance instaurée par Louis XIV pour le portrait dit historique. Loin des étoffes lourdes des portraits d’apparats conventionnels, il habille ses héroïnes des étoffes légères antiquisantes et les présente souvent au naturel sans bijoux avec pour seul ornement des fleurs.

Œuvres en rapport par Pierre Gobert de femmes en Hébé:
• Portrait en Hébé de Charlotte-Aglaé d'Orléans, duchesse de Modène, en Hébé, vers 1720, château de Versailles
• Portrait en Hébé de Madame Savari ?, Nymphnebourg Palace, Munich, Allemagne
• Portrait en Hébé de la Princesse de Craon, ventes Sotheby’s Paris, 15/09/2017, la Collection du Prince Marc de Beauvau-Craon

Dans la mythologie grecque, Hébé, fille de Zeus et d'Héra, est une déesse personnifiant la jeunesse, la vitalité et la vigueur des jeunes. Elle sert d'échansonne aux dieux en leur servant du nectar.

Pierre Gobert (1662-1744)
Fils de Jean Gobert, sculpteur du Roi, petit-fils de Jean Gobert l’ainé, menuisier sculpteur, frère de Jean Gobert dit « peintre ordinaire du Roi » Pierre Gobert serait né à Paris ou à Fontainebleau en 1662. Formé peut-être au contact de Claude Lefèvre, il aurait travaillé dès 1679 pour la cour de Bavière, en réalisant le portrait de Marie-Anne, future dauphine de France. Renouvelant sa confiance à l’artiste, celle-ci commande à Versailles le portrait de son fils le duc de Bourgogne en 1682. Reçu à l’académie de peinture le 24 septembre 1701, avec les portraits de Corneille van Clève et de Bon Boullogne, Pierre Gobert expose quinze portraits au salon de 1704, et démontre son accès privilégié à la cour : parmi ces portraits figurent celui de la duchesse du Maine et du petit duc de Bretagne, futur Louis XV. Grâce à cette réputation, et sans doute grâce à l’entremise d’Elisabeth-Charlotte, Gobert fut approché par la cour de Lorraine en 1707, afin de réaliser le portrait des ducs de Lorraine, d’Elisabeth – Charlotte d’Orléans et des quatre princesses. Il est probable que Gobert développa un atelier à cette période, puisqu’il semble avoir opéré des allers et retours entre Paris et la Lorraine, et même fait envoyer des portraits depuis Paris. Gobert obtint ainsi le titre de peintre ordinaire du duc de Lorraine, et continua de livrer des portraits à la cour, notamment en 1719 et en 1721. Il participa ainsi au rayonnement artistique de la cour de Lunéville, qui cherchait à s’inscrire dans le sillage de Versailles.
De retour à Paris, fort de cette prestigieuse introduction dont il se prévaudra en arborant le titre de «peintre ordinaire du duc de Lorraine », Gobert travailla ensuite pour les Condé et les Conti, et pour le prince-Électeur Max Emmanuel de Bavière. En 1737,le peintre brillait une ultime fois en présentant au Salon l'un de ses portraits les plus ambitieux, celui de la famille du duc de Valentinois (Monaco, palais princier). Par le choix de ses attitudes un peu figées, par la disposition affectée et gracieuse des doigts de ses modèles féminins, par l'emploi de travestissements historiés, par le type dépersonnalisé et flatteur de ses visages résolument placides, Gobert était parvenu à créer grâce à son travail acharné et reconnu, un style qui tranchait avec les œuvres de Largillierre et de Rigaud, ses contemporains.

Élisabeth Thérèse Alexandrine de Bourbon-Condé, née à Paris le 16 septembre 1705 et morte à Paris le 15 avril 1765, est une princesse du sang et la fille du prince Louis III de Bourbon-Condé. Son père était le petit-fils du Grand Condé et sa mère, Louise-Françoise de Bourbon, mademoiselle de Nantes, était une des filles légitimées que Louis XIV avait eu de sa favorite, Madame de Montespan.

Galerie Nicolas Lenté

Tableaux XVIIIe siècle Régence

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Portrait de la princesse de Bourbon en Hébé, Pierre Gobert, vers 1730 » présenté par Galerie Nicolas Lenté, antiquaire à Paris dans la catégorie Tableaux XVIIIe siècle Régence, Tableaux et dessins.