EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait d'homme attribué à François André VINCENT
Portrait d'homme attribué à François André VINCENT - Tableaux et dessins Style
Réf : 60981
Prix sur demande
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 44 cm X H. 54 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIIe siècle - Portrait d'homme attribué à François André VINCENT
Galerie Gilles Linossier
Galerie Gilles Linossier

Mobilier & Objet d'art du XVIIIe siècle


+33 (0)1 53 29 00 18
Portrait d'homme attribué à François André VINCENT

Attribué à François André VINCENT (Paris, 1746 – Paris, 1816),
Portait d’homme en habit rouge à revers.
Huile sur toile ovale vers 1780.

Dimensions:54 cm H x 44 cm L

« François André VINCENT,peintre d’histoire et graveur à l’eau forte, né à Paris le 30 décembre 1746, mort dans la même ville le 3 août 1816.
Fils du miniaturiste François Elie V., dont il fut l’élève ainsi que de Roslin et de Vien. Son père le destinant à la finance le fît entrer chez un banquier. Cédant aux instances de Vien, le miniaturiste consentit que son fils suivit sa vocation. Il entra à l’Ecole de l’Académie Royale dans l’atelier de Vien, y remporta le deuxième prix de peinture en 1766 et le premier en 1767. Il passa trois années à l’Académie de Rome, sous la direction de Natoire. De retour à Paris, il fut agréé à l’Académie Royale en 1777 et académicien le 27 avril 1782; adjoint à un professeur le 24 septembre 1785; professeur le 31 mars 1792. Vincent avait eu de grands succès. Il était rival de David. Le roi lui commanda Molé saisi par les factieux de la France, tableau destiné à être reproduit par les Gobelins. Il exposa au Salon de 1777 à 1801. Il prit part aussi au Salon de la Correspondance en 1782. Lors de la réorganisation de l’Institut, il fut un des premiers membres nommés. Il fut professeur de dessin à l’école Polytechnique et décoré de la Légion d’honneur. Le succès de David éclipsa le rôle qu’il joua dans le mouvement néo-classique. il forma de nombreux élèves parmi lesquels il convient de citer: Thévenin, Meyniers, Mérimée, Pajou, Ansiaux, Mlle Labille des Vertus, dont il peignit un beau portrait et qu’il épousa. Vincent fut de son vivant considéré comme un grand artiste. »
in E. Benezit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ

Galerie Gilles Linossier

Tableaux XVIIIe siècle