EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pendule de cheminée Charles X en bronze doré par Joseph Guillet
Pendule de cheminée Charles X en bronze doré par Joseph Guillet - Horlogerie Style Restauration - Charles X
Réf : 98667
8 500 €
Époque :
XIXe siècle
Dimensions :
l. 32 cm X H. 39 cm X P. 9.5 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Pendule de cheminée Charles X en bronze doré par Joseph Guillet

Une rare pendule de cheminée Charles X en bronze doré d'une durée de huit jours, signée sur le cadran en émail blanc Joseph Guillet à Grenoble. Le cadran est orné de chiffres romains et arabes et d'une belle paire d'aiguilles en laiton doré pour les heures et les minutes. Le mouvement avec suspension à fil de soie, échappement à ancre, sonnerie à l'heure et à la demi-heure sur une seule cloche, avec roue de compte extérieure. Le boîtier montrant le cadran est placé dans un fauteuil en gondole avec des pieds en forme de sabre, des bras en forme de cygne et un dos en forme de gondole, moulé avec une coquille Saint-Jacques, des volutes et des serpents. Le fauteuil est occupé par un jeune Cupidon ailé, habillé en prêtre avec un habit de moine capucin et une capuche, et tenant un cœur enflammé dans sa main droite. Il regarde une jeune femme portant une longue robe et un voile sur la tête, agenouillée devant un support ecclésiastique, monté avec une torche ...

Lire la suite

... enflammée, sur lequel se trouve un livre ouvert et, à côté, un haut support auquel est suspendue une lampe. Les figures et le mobilier reposent sur une base rectangulaire de forme octogonale moulée au centre avec un chérubin ailé volant tenant devant lui dans sa main droite une rose sur laquelle se trouve un papillon et tenant également des chaînes dans l'autre main. Le personnage dans un cadre octogonal flanqué de rinceaux feuillagés, avec des vases stylisés à poignées sortant de montures à rinceaux feuillagés sur les angles et une couronne à chaque extrémité, le tout reposant sur des pieds toupies.

Paris, date vers 1825
Hauteur 39 cm, largeur 32 cm, profondeur 9,5 cm

À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, les concepteurs de boîtiers d'horloge n'ont cessé d'inventer de nouveaux concepts et de nouvelles formes, dont ce boîtier est une idée nouvelle. Si le sujet sous-jacent concerne l'amour, il met également en évidence le contraste entre l'amour profane et l'amour ecclésiastique. Debout dans le fauteuil, qui pourrait aussi être pris pour un char, se trouve la figure de Cupidon ailé qui, vêtu d'un habit et d'un capuchon, prend le rôle d'un frère ou d'un prêtre. Il est en train de prononcer un sermon à une femme au regard pénitent, agenouillée à gauche, mais il brandit un cœur enflammé tandis qu'elle semble regarder un livre de prières, mais il s'agit en fait de l'Ars Amatoria (L'art de l'amour) d'Ovide. Le livre, qui a été écrit par le poète antique Ovide (43 av. J.-C. - 17/18 ap. J.-C.), offre des conseils sur la façon de mener l'art de l'amour. Divisé en trois volumes, le premier livre de l'Ars Amatoria montre comment un homme peut trouver une femme. Dans le deuxième livre, Ovide décrit comment la garder, tandis que le troisième volume donne aux femmes des conseils sur la manière de gagner et de conserver l'amour d'un homme. Le double aspect de l'amour, qu'il s'agisse de l'amour spirituel ou de l'amour physique, est évoqué sur le socle de l'horloge où, dans une main, Cupidon tient une rose, symbole de l'amour, sur laquelle se perche un papillon - le papillon est le symbole de Psyché, qui symbolise l'âme mais qui est aussi tombée amoureuse de Cupidon. En revanche, Cupidon tient également dans son autre main une chaîne, parfois utilisée dans l'art pour symboliser l'homme asservi par ses désirs terrestres les plus bas.

Un autre aspect intéressant de la mallette est le fauteuil en gondole dans lequel se tient Cupidon. Avec ses accoudoirs en forme de cygne apparemment sculptés, ses pieds en sabre et son dossier en forme de gondole, il se compare à un certain nombre de fauteuils Empire de forme similaire. En particulier un ensemble de quatre chaises fourni par Jacob-Desmalter pour le boudoir de Joséphine Bonaparte à Malmaison, réalisé d'après un projet de l'architecte et ornemaniste Charles Percier (illustré dans Denise Ledoux-Lebard, "Le Mobilier Français du XIXe Siècle", 2000, p. 335).

Il est surprenant de constater que l'horloger grenoblois Joseph Guillet (d. 1840) est peu connu et ne figure ni dans le dictionnaire des horlogers français de Tardy ni dans celui de G. H. Baillie. Joseph Guillet est cependant mentionné dans l'"Annuaire Statistique de la Cour Royale de Grenoble et du Département de l'Isère" de 1839 comme horloger établi dans la Grand rue n° 8 de Grenoble. 8. D'autres recherches récentes révèlent également qu'il a épousé Marie Eymard et qu'ils ont eu au moins un fils nommé Jean-Joseph Guillet (1804-45), qui est également devenu horloger.

Richard Redding Antiques

XIXe siècle
Pendule Empire de Claude Galle
Pendule Empire de Claude Galle

11 000 €

Pendule Restauration - Charles X

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Pendule de cheminée Charles X en bronze doré par Joseph Guillet » présenté par Richard Redding Antiques, antiquaire à Gündisau dans la catégorie Pendule Restauration - Charles X, Horlogerie.