EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Paire de vases à deux anses en porcelaine de Paris
Paire de vases à deux anses en porcelaine de Paris - Céramiques, Porcelaines Style Restauration - Charles X Paire de vases à deux anses en porcelaine de Paris - Richard Redding Antiques
Réf : 88285
Prix sur demande
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Porcelaine de Paris dorée et peinte en polychromie
Dimensions :
H. 55 cm
Céramiques, Porcelaines  - Paire de vases à deux anses en porcelaine de Paris XIXe siècle - Paire de vases à deux anses en porcelaine de Paris
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
Paire de vases à deux anses en porcelaine de Paris

Paire de vases à deux anses en porcelaine de Paris dorée et peinte en polychromie, de très belle qualité, probablement de la manufacture Nast Frères, chacun de forme balustre avec un bord doré au-dessus d'anses à enroulement en acanthe, chacun renfermant au sommet un putto ailé tenant un carquois de flèches et terminé par une tête de masque, les corps sont décorés à l'avant de vues continentales encadrées, chacune avec des arbres au premier plan, l'une montrant des personnages rustiques et des chevaux devant une rivière sur laquelle flotte une barge s'approchant d'un pont en bois et, sur la rive opposée, des bâtiments en contrebas d'une ville fortifiée à l'italienne, l'autre scène montre trois personnages au premier plan sur une colline boisée avec une ville riveraine et des montagnes au-delà, le revers de chaque vase avec des décorations élaborées d'arabesques dorées sur un fond bleu foncé comprenant une paire de cygnes au-dessus d'une tête de masque ...

Lire la suite

... barbu flanquée d'une abondante corne d'abondance, de traînées de vignes fruitières et de volutes feuillagées, chacun des corps inférieurs du vase étant peint avec des feuilles de grisaille dorées sur un pied circulaire étalé et une base carrée cannelée.

Paris, date vers 1820
Hauteur 55 cm. chacun.

Bien que cette paire de vases puisse être comparée à des exemples fabriqués par la manufacture de porcelaine de Sèvres, l'absence de la marque de Sèvres ne permet pas de les attribuer à cette dernière. Ils doivent plutôt être décrits sous le terme collectif de "Porcelaine de Paris" qui inclut environ 37 usines apparaissant dans et autour de la capitale à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. En raison du nombre de fabriques différentes et de l'absence de marquage, il est généralement impossible de distinguer les noms des différents fabricants. Toutefois, compte tenu de leur qualité exceptionnelle et de leur style individuel, il est très probable qu'elles aient été fabriquées par Nast Frères. Ils se comparent en particulier à une paire de vases datant d'environ 1820, de la même firme, conservés au Musée du Louvre, à Paris, qui ont la même forme d'amphore qu'ici ; de même, ils sont décorés sur les façades d'un paysage continental similaire, peint de manière complexe, au-dessus de bandes feuillues identiques, mais ont des poignées figuratives ailées et un fond rouge foncé plutôt que bleu. Le modèle de la paire de vases du Louvre a été présenté par Nast à l'Exposition des Produits des Manufactures de 1819 et illustré dans les "Annales de l'Industrie", date à laquelle les vases étaient blancs avec un décor peint en relief. Lorsque la Manufacture Nast exposa à nouveau le même type de vase à l'exposition de 1823, le roi Louis XVIII en acheta une paire décorée de vues italiennes, dont l'une montrait le lac Trasimène. Comme cette dernière paire, les vues de paysages actuelles ont presque certainement été inspirées par les peintures italiennes de Jean-Victor Bertin (1767-1842) et gravées par Charles Ransonnette vers 1800-2.

La manufacture Nast a été fondée par Jean Népomucène Hermann Nast (1754-1817) qui, né en Autriche, a travaillé comme fabricant de porcelaine à Versailles avant d'acquérir sa propre usine à Paris en 1783. Suite à ses succès grâce à ses ventes au Directoire français et à la cour de Napoléon Ier, Nast ouvre une usine parisienne beaucoup plus grande en 1806. Là, Nast, aidé de ses deux fils Henri et François, introduit de nouvelles techniques pour l'application de la porcelaine dorée en haut bas-relief qu'il fait breveter en 1810. La manufacture était également à l'avant-garde du développement de nouvelles glaçures aux couleurs vives, par exemple en travaillant avec le chimiste français Louis Vauquelin, Nast a créé une glaçure vert malachite intense appelée viridian, capable de rester stable à des températures très élevées.
Les produits de l'entreprise étaient vendus à la crème de la société française, à la royauté européenne ainsi qu'au président américain James Madison. Après la mort de Nast en 1817, l'usine a été poursuivie avec succès par ses fils qui ont gagné de nombreux clients et ont obtenu une approbation importante, notamment du roi Louis XVIII, qui, lors de la visite d'une exposition des produits de la société au Louvre pendant l'exposition de Paris de 1819, a fait l'éloge d'Henri et de François Nast, notant "J'observe avec grand plaisir le talent transmis de père en fils, je vous exhorte à le cultiver".
La présente paire de vases, comme ceux de Nast Frères conservés au Louvre, représente une prouesse technique puisqu'elle est réalisée exclusivement en porcelaine - même les anses, qui semblent être en bronze. Le fait que Nast Frères ait refusé d'utiliser le bronze doré a beaucoup inquiété Alexandre Brongniart, le directeur de Sèvres, car ses ateliers étaient toujours incapables de produire des vases de cette taille sans l'ajout de montures en bronze doré. D'ailleurs, Brongniart est piqué de voir le roi Louis XVIII acheter ce type de vases à Nast Frères, car il considère que le roi doit uniquement soutenir les établissements dont il est le protecteur. Néanmoins, Louis XVIII continue à être "déloyal" envers la Manufacture royale.

Richard Redding Antiques

Céramiques, Porcelaines