EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle
La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle - Tableaux et dessins Style La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle - Antiquités Promenade La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle - Antiquités - La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle
Réf : 61087
VENDU
Époque :
<= XVIe siècle
Materiaux :
Huile sur panneau
Dimensions :
l. 33 cm X H. 48.5 cm
Tableaux et dessins  - La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle XVIe siècle et avant - La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle  - La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle Antiquités - La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle
Antiquités Promenade
Antiquités Promenade

Mobilier et Objets d'Art de la Haute Epoque au XVIIIe


+33 (0)1 39 78 73 92
+33 (0)6 64 42 84 66
La nativité, Entourage de Pieter Coecke van Aelst, école flamande du XVIe siècle

La scène représentée est l'adoration de l'enfant Jésus par Vierge Marie et Saint Joseph dans les vestiges d'un palais.
Marie les bras croisés sur sa poitrine, regarde avec dévotion son fils couché sur un podium en marbre. Saint Joseph les mains jointes en prière, contemple l'enfant Jésus. La sainte famille se détache sur l'arrière plan composé d’éléments d'architecture: le pilier et les arches en marbre bleu et jeune sculptés à décor de grotesques et arabesques, les murets en pierre. Derrière les ruines on aperçoit les champs et un ange dans le ciel avec un phylactère, derrière une arche un berger arrive pour adorer Jesus.
Ce tableau par sa mise en scène théâtrale et ses éléments d'architecture se rapproche des œuvres de Pieter Coecke Van Aelst, peintre et architecte-scénographe flamand, ayant étudié l'architecture classique à Rome.
A comparer avec les deux triptyques d'Adoration des mages de Pieter Coecke van Aelst, conservés au Musée du Prado, Madrid.
Notre tableau est peint par un des collaborateurs de Van Aelst, probablement dans son atelier.

Première moitié du XVIe siècle, huile sur panneau de chêne parqueté.
Dimensions: h. 48,5 cm, l. 33 cm

Pieter Coecke van Aelst, ou Pieter Coeck d'Alost, né le 14 août 1502 à Alost et mort le 6 décembre 1550 à Bruxelles, est un peintre et architecte-scénographe flamand. Il fait son apprentissage à Bruxelles sous la direction de Bernard van Orley. Il accomplit un séjour en Italie entre 1521 et 1525, où il découvre les chefs-d'œuvre de l'Antiquité. À son retour d'Italie en 1527, il s'installe à Anvers, où il travaille chez Jan Van Dornicke, puis épouse sa fille, héritant de l'atelier de son beau-père à la mort de celui-ci. Ses ateliers jouiront d'une grande renommée : gravure, sculpture, scénographie pour le théâtre, peinture sur vitrail, dessins pour la tapisserie et la joaillerie, tous les arts plastiques y seront mis en œuvre. Hans Vredeman de Vries et bien d'autres collaboraient à la production. Coecke van Aelst forme également Pieter Brueghel l'Ancien, qui épousera sa fille.
En 1539, il entreprend d'éditer une traduction en langue néerlandaise de l'Architettura de Sebastiano Serlio. Charles Quint le nomme peintre de la cour peu avant sa mort..
Pieter Coecke se rattache à la guilde des romanistes et à l'école d'Anvers, qui associe au réalisme et à la précision des artistes des Flandres, le sens de la mise en scène d'un Léonard de Vinci, par exemple dans La Cène de 1531. Sa conception méthodique de l'art italien de la Renaissance en facilite la diffusion dans les Pays-Bas méridionaux. Quoiqu'il dirigeât un atelier très actif et rentable, il ne reste que très peu d'œuvres de sa main, car une partie d'entre elles disparaît sous les coups des iconoclastes calvinistes.

Antiquités Promenade

Tableaux et dessins