EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Simon De Vos (anvers 1603 – 1676)  - L'arrestation de Samson
Simon De Vos (anvers 1603 – 1676)  - L'arrestation de Samson - Tableaux et dessins Style Simon De Vos (anvers 1603 – 1676)  - L'arrestation de Samson - Galerie PhC Simon De Vos (anvers 1603 – 1676)  - L'arrestation de Samson - Antiquités - Simon De Vos (anvers 1603 – 1676)  - L'arrestation de Samson
Réf : 64737
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Collection particulière
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
L. 180 cm X l. 116 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Simon De Vos (anvers 1603 – 1676)  - L'arrestation de Samson XVIIe siècle - Simon De Vos (anvers 1603 – 1676)  - L'arrestation de Samson  - Simon De Vos (anvers 1603 – 1676)  - L'arrestation de Samson Antiquités - Simon De Vos (anvers 1603 – 1676)  - L'arrestation de Samson
Galerie PhC
Galerie PhC

Tableaux anciens des 17e, 18e et 19e siècles


+33 (0)6 62 09 89 00
+33 (0)6 62 09 89 00
Simon De Vos (anvers 1603 – 1676) - L'arrestation de Samson

Expert: René Millet.
Nous remercions les Professeurs Jan de Maere et ?Joost van der Auwera d’avoir confirmé l’attribution d’après des photographies.

Notre tableau décrit un épisode de l’ancien testament au cours duquel Dalila trahit Sanson.
Elle lui a rasé ses sept tresses. Se faisant, elle lui a privé de sa force herculéenne et ainsi le livre au Philistins pour qu’ils lui crèvent les yeux.
Symbole de la femme tentatrice Dalila est représentée nue et semble a priori très satisfaite de son triomphe.
Il existait, jusqu’à présent, deux toiles très connues de cette scène dans cette configuration : celle de Rubens et celle de van Dick. Notre tableau est la troisième.
Tout est puissance dans cette oeuvre. L’impact visuel est saisissant quant au rendu des expressions il est étonnant. Les mouvements, l’opposition entre forces voulues ou subies et la volupté douçâtre d’une Dalila satisfaite, presqu’étonnée de sa réussite le tout dans une sobriété calculée qui renforce encore l’effet.

Simon De Vos (anvers 1603 – 1676).

Artiste au style sensible entre un maniérisme tardif et le baroque sensuel de Rubens, Simon de Vos s’illustra par une manière originale, nourrie de ces deux importants courants picturaux. D’abord élève à Anvers du peintre de portraits Cornelis de Vos (avec qui il n’avait pourtant aucun lien de parenté), il se détacha progressivement du genre pour se livrer à la peinture d’histoire. L’Ermitage conserve ainsi quatre de ses cuivres tirés de l’Ancien Testament, similaires à notre toile dans cette palette dorée rubénienne, mais aussi dans des formats plus modestes que notre spectaculaire composition.

Rapport d’état

Rentoilage datant d’une cinquantaine d’années ayant légèrement aplati la couche picturale.
Très bel état général.
Petites restaurations visibles sur l’ensemble du tableau et dans les détails de visages de quelques personnages du fond.

Galerie PhC

Tableaux XVIIe siècle