EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Bourse à jetons aux armes de Marie-Josèphe de Saxe, dauphine de France
Bourse à jetons aux armes de Marie-Josèphe de Saxe, dauphine de France - Objets de Vitrine Style Transition
Réf : 85506
15 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Soie, fils métalliques, velours de soie vert, peau
Dimensions :
H. 6 cm | Ø 15 cm
Poids :
0.80 Kg
Objets de Vitrine Boite & Nécessaire - Bourse à jetons aux armes de Marie-Josèphe de Saxe, dauphine de France
Galerie François Léage
Galerie François Léage

Mobilier et objets d'art du XVIIIe siècle


+33 (0)1 45 63 43 46
Bourse à jetons aux armes de Marie-Josèphe de Saxe, dauphine de France

France, vers 1750
Soie, fils métalliques, velours de soie vert, peau
Broderie en couchure simple et au point lancé

Provenance
Cette bourse porte les armes de la Dauphine de France, Marie-Josèphe de Saxe (1731-1767) :
Écu de gauche (écartelé au un et dernier de France au deux et trois d’or, au dauphin d’azur crêté et oreillé de gueules écu de droite),
Écu de droite (de Pologne sur le tout fascé d’or et de sable de huit pièces au crancelin de sinople brochant sur le tut qui est de Saxe).

Exemple comparable

Bourse de jeu aux armes de Madame Henriette, 1ère moitié du XVIIIè siècle, velours rouge rebrodé d’argent, (H. 8,5 cm/D. 9,5 cm), Versailles, Musée national du château, (Inv. V 48 10)

Les côtés de la bourse reçoivent une alternance de vingt motifs à balustres aux dessins différents. Chacun d’eux reprend un motif à balustre composé d’une succession d’éléments floraux et végétaux avec un motif circulaire intégrant le ...

Lire la suite

... balustre en partie haute ou basse selon le modèle. Chaque balustre est souligné par un retors de fils de soie jaune.
Un galon chevauche le pourtour de la bourse en débordant à la fois sur le vélin et sur le velours. Le décor central du fond de la bourse se reçoit en décor : la couronne de dauphin, un double écu du Dauphiné et de Saxe reposant sur un cartouche. 

Matériau et techniques

Écus : broderie d’application fils de soie bleu, rouge et noir au point lancé à réseau oblique pour le fond d’azur. Meubles et pièces, couchure de fils d’argent maintenus deux à deux par des fils de soie formant un pont.
Couronne : broderie en couchure au filé d’argent. Fleurons et pierreries, fils de soies de vert et orange aux points lancés.
Cartouche : broderie en relief de fils d’argent, cannetille et paillette, couchure de fils d’argent.
Côtés : en couchure de filé d’argent, paillettes et cannetille.

Les cordonnets sont constitués de plusieurs retors de fils de soie jaune et d’un filé d’argent. À la différence des autres modèles, on remarquera le cordonnet qui scande le décor.
La qualité portée à la fabrication de ces bourses royales en est plus marquante.

Marie-Josèphe de Saxe, Dauphine de France (1731-1767)

Fille d’Auguste III, Électeur de Saxe et Roi de Pologne, elle épousa en 1747, le Dauphin Louis De France (1729-1765, fils de Louis XV et de Marie Leczynska) dont elle fut la seconde épouse. Elle est la mère des trois derniers rois de France de la Maison de Bourbon ayant effectivement régné : Louis XVI, Louis XVIII et Charles X. Réputée pour son intelligence, sa douceur et sa droiture, elle forma avec son mari un couple harmonieux. Le dauphin étant mort prématurément, Marie-Josèphe de Saxe ne devint pas reine de France et suivit de peu son mari dans la tombe.

Le jeu à Versailles

Alors que les jeux de hasard étaient interdits partout ailleurs dans le royaume, ils sont omniprésents à Versailles. Jeux de cartes comme le lansquenet ou l’hombre, jeu de hasard comme le portique, jeu d’adresse comme le billard, le jeu s’immisce partout : dans le petit appartement du roi, dans les grands cabinets des appartements princiers, dans les logements des courtisans ; jeux d’argent où certains construisent des fortunes et d’autres se ruinent. Il s’agit surtout de parties de cartes, mais on joue également au loto, aux échecs, aux dames … et à la bouillote.
Le jeu est une passion et un passe-temps très prisé où tricher est très mal vu : il est arrivé que Louis XIV exile de la cour des mauvais joueurs. On joue alors des sommes folles, parfois des fortunes entières. Le roi prend en charge les pertes de la famille royale et certaines reines, comme Marie Leszczynska et Marie-Antoinette, engloutissent des sommes énormes…
Ce type de bourse, d’un usage courant au XVIIIe siècle, permettait au joueur de recueillir ses jetons d’or, d’argent, de nacre ou d’écaille employés dans les jeux de hasard. Il était d’usage que le roi en offre à ses amis à certaines occasions comme le 1er janvier. Particulièrement travaillés et somptueux, ils étaient en outre pourvu des armes de leurs propriétaires.

Bibliographie

Béatrix Saule, Elisabeth Caude, Jérôme de la Gorce, Fêtes & divertissements à la cour, Paris, 2016

Bon état général, deux légers accrocs sur les flancs n’empêchant pas l’usage, quelques effilements n’altérant pas les armoiries

Galerie François Léage

XVIIIe siècle
Cartel orné de bronze ciselé et doré
Cartel orné de bronze ciselé et doré

12 000 €

Boite & Nécessaire Transition

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Bourse à jetons aux armes de Marie-Josèphe de Saxe, dauphine de France » présenté par Galerie François Léage, antiquaire à Paris dans la catégorie Boite & Nécessaire Transition, Objets de Vitrine.