FR   EN

CONNEXION

Du 22 février au 22 mai 2017  |  MUSÉE GUIMET

L’exposition « Kimono – Au bonheur des dames » proposée par le musée Guimet rassemble les œuvres de la collection de la célèbre maison Matsuzakaya.

L’exposition traitera de l’évolution du kimono et de ses accessoires pour mieux évoquer leurs réinterprétations dans la mode japonaise et française contemporaine.

Pour la première fois hors du Japon, seront présentées des piéces de la collection de la célèbre maison Matsuzakaya, fondée en 1611, qui joua un rôle fondamental dans la production et la diffusion du kimono, plus particulièrement auprés de la noblesse militaire, l’aristocratie impériale ou encore la bourgeoisie marchande.

Quelque 150 piéces des plus prestigieuses retraceront le fil de l’évolution de ce vêtement essentiel de la garde-robe au Japon, depuis l’époque d’Edo (1603-1868) jusqu’à l’époque contemporaine. 

Les couturiers japonais, tels Issey Miyake, Kenzo (Kenzo Takada) et Junko Koshino n’ont de cesse de puiser leur inspiration dans ce vêtement emblématique et universel, qui sublime aujourd’hui la haute couture occidentale.

Nommé à l’origine « kosode », il est le vêtement par excellence des Japonais.

Porté à l’origine comme un vêtement de dessous par l’aristocratie, avant d’être adopté par la classe des samouraïs comme vêtement extérieur, le kimono est vite devenu un vêtement usuel pour toutes les classes de la population. Porteur de force visuelle et de sens – l’apogée décorative se situe avant le milieu du 18e siècle. Le kimono a stimulé une industrie textile très créative dont les techniques meêlent complexité et patience : étoffes nouées et teintes minutieusement à la réserve, précieux tissus aux armures complexes et fils d’or ; kimonos de mariage, kimonos de jeunes filles, etc...

Il faut attendre le milieu du 19e siècle pour le voir porter en France par les élégantes en tant que vêtement d’intérieur à une époque où le goût pour le « Japonisme » donne naissance à cette mouvance artistique impressionniste qui se référe au pays du Soleil-Levant.

Au tournant du 20e siècle, la haute couture française se saisit du kimono et l’on retrouve les mêmes inspirations chez les créateurs de mode comme Paul Poiret (1879-1944) ou Madeleine Vionnet (1876-1975), dont les créations vaporeuses aux manches fluides reprennent les conceptions amples des kimonos.

Aujourd’hui, de nombreux créateurs de mode japonais comme Yohji Yamamoto revendiquent son influence, de même qu’Yves Saint Laurent, Jean Paul Gaultier, John Galliano ou Franck Sorbier, qui s’inspirent du Japon en réinterprétant les codes structurels du kimono, lui conférant une place de premier plan sur la scéne artistique...

 

Commissaires : Iwao Nagasaki, conservateur, professeur en arts du textile, Université pour femmes de Kyoritsu et Aurélie Samuel, conservatrice du Patrimoine

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Musée national des arts asiatiques – Guimet
6, place d’Iéna - 75116 Paris
T. +33 (0)1 56 52 53 44

Dates : Du 22 février au 22 mai 2017

 

Kimono Au bonheur des dames
Tous les articles

ARTICLES

Arts Décoratifs   | 17 AVR - 2016
Exceptionnelle aiguière par Gustave OdiotEmmanuel Redon présente une exceptionnelle aiguière
en argent massif par Gustave Odiot
Par Emmanuel Redon - Expert CNE Emmanuel Redon, membre du CNE est spécialisé dans l’orfèvrerie française des XIXe et XXe siècles. Il est l’auteur du livre « Ornements : Orfèvres …
Lire la suite
Arts Décoratifs   | 5 NOV - 2015
Somno EmpireLe somno Empire
Après les styles très prononcés de Louis XV ou Louis XVI, Napoléon Ier tente de rompre avec eux et n’en conserve que le goût pour l’égyptomanie. Il empreinte également à la monumentalité …
Lire la suite
Exposition   | 12 SEP - 2016
L’Enfer selon RodinExposition « L’Enfer selon Rodin »
Du 18 octobre 2016 au 22 janvier 2017  |  MUSÉE RODIN Proposée par le musée Rodin « L’Enfer selon Rodin » invite le public à revivre la création d’une icône de l’art : La Porte de …
Lire la suite