EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Le Christ et la Femme adultère - Alberto Carlieri (Rome 1672-1720)
Le Christ et la Femme adultère - Alberto Carlieri (Rome 1672-1720) - Tableaux et dessins Style Le Christ et la Femme adultère - Alberto Carlieri (Rome 1672-1720) - Brozzetti Antichità Le Christ et la Femme adultère - Alberto Carlieri (Rome 1672-1720) -
Réf : 87199
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Italie
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 151 cm X H. 115 cm X P. 6.5 cm
Tableaux et dessins  - Le Christ et la Femme adultère - Alberto Carlieri (Rome 1672-1720) XVIIe siècle - Le Christ et la Femme adultère - Alberto Carlieri (Rome 1672-1720)  - Le Christ et la Femme adultère - Alberto Carlieri (Rome 1672-1720)
Brozzetti Antichità
Brozzetti Antichità

Antiquités Européennes


+ 39 348 4935001
Le Christ et la Femme adultère - Alberto Carlieri (Rome 1672-1720)

Huile sur toile, avec cadre cm H 115 x L 151 x 6,5 - uniquement toile H 98,5 x L 135 cm

Le grand tableau, réalisé à l’huile sur toile, dépeint un caprice architectural avec au premier plan un puissant édifice à arcades, dont on ne voit deux. De grandes colonnes et des pilastres en style composite ionique et corinthien élancent et allègent l’architecture, caractérisée par une corniche sur laquelle reposent quelques sculptures en marbre. Au second plan, on aperçoit une colonnade structurellement plus gracieuse, avec balustrade et sculptures, ornées de végétaux élancées à leur sommet qui confèrent des caractéristiques pittoresques à la toile. En plus des arcades de la colonnade, nous voyons décrite au loin une grande ville du XVIIe siècle avec des maisons turquoise. Le paysage s’estompe à l’horizon vers un ciel bleu marqué par des nuages vaporeux.
L’architecture scénographique est animée, au premier plan, par quelques figures. Il s’agit d’une ...

Lire la suite

... scène de la Bible : la Péricope de l’adultère (populairement appelée épisode de Jésus et l’adultère), un passage de l’Évangile selon Jean (8, 1-11) dans lequel une femme trompée en adultère est portée devant Jésus par les scribes et les pharisiens pour connaître son opinion sur sa condamnation à la lapidation.
Jésus se pencha et se mit à écrire sur terre. Comme les pharisiens insistaient, il leva la tête et dit : "Que celui d’entre vous qui n’a point péché jette d’abord la pierre sur elle". Puis il s’est penché et a continué à écrire sur terre. Après avoir entendu ces paroles, ils s’en allèrent tous, à l’exception de la femme qui resta en attente; et Jésus, se levant, lui demanda : "Femme, où sont-ils? Personne ne t’a condamnée ?"

Elle répondit : "Personne, Seigneur". Jésus lui dit : "Moi non plus, je ne te condamne pas, va et ne pèche plus".
Le caprice architectural, genre artistique qui se fait jour dans la peinture italienne à partir du XVIIe siècle, est caractérisé par la représentation d’architectures fantastiques ou d’inventions de type prospectif, parfois combinées avec des éléments tirés librement de la réalité. La grande toile présente un intérêt artistique considérable. L’architecture de l’invention confère un classicisme solennel au lieu; crée des jeux de lumières et d’ombres et sert de cadre à la scène.
L’œuvre, peinte avec une grande finesse même dans les détails et dans les petites figurines, est certainement attribuable au célèbre peintre romain Alberto Carlieri (Rome, 1672 - 1720), l’auteur le plus apprécié et demandé à Rome entre la mort de Giovanni Ghisolfi (Milan 1623-1683) et l’affirmation de Giovanni Paolo Panini (Piacenza 1691 - Rome 1765). L’ouvrage qui fait l’objet de cette étude présente des motifs stylistiques communs à ses travaux. Les caractéristiques sont les dispositions suggestives de la composition et la remarquable maîtrise de la mise en scène des lumières, ainsi que la richesse de l’architecture et le raffiné ainsi que le descriptif minutieux des détails. L’attitude vivante des figures, résolues avec aisance dans l’usage de la couleur, et insérées harmonieusement dans les architectures, est également une caractéristique particulière de l’auteur.

Carlieri naît à Rome en 1672 et commence à étudier la peinture d’architecture sous la direction de Giuseppe de Marchis. Il devient élève puis collaborateur d’Andrea Pozzo. Présent dans les plus illustres tableaux romains, de la collection de Filippo II Colonna, des Rospigliosi et du cardinal Valenti Gonzaga, Carlieri élabore des modèles de compositions bien reconnaissables, influencés, en plus de la peinture du maître, celle de Viviano et Nicolò Codazzi. Son activité picturale est suivie par les œuvres signées, autour desquelles il a été possible de construire un catalogue non petit de toiles. Les nouvelles sur le Carlieri et ses œuvres signées ou datées grimpent entre 1690 et 1720 environ. Rien de précis n’est connu de la vie du peintre, qui devrait être mort à Rome peu après 1720.
Parmi les caractéristiques typiques du style de Carlieri nous signalons la façon dont la perspective se développe dans la distance : avec des couleurs claires, des tons froids et des teintes pastel. Les œuvres tardives de l’artiste présentent des tonalités nettement claires et se différencient ainsi des tons plus sombres utilisés par lui auparavant.

L’auteur dépeint plusieurs fois le sujet décrit ici. En outre dans la toile on trouve des éléments à la fois architecturaux et figuratifs que souvent Carlieri introduit dans ses œuvres.
La configuration même de l’architecture majestueuse restaure dans plusieurs de ses travaux. On peut dire la même chose pour le pavage, joué sur l’effet en damier d’un pavé de marbre qui, à travers la perspective, contribue à conférer une grande tridimensionnalité et un effet scénique à la composition d’ensemble.

Il faut également souligner quelques figures que Carlieri aime introduire dans les compositions. Parmi celles-ci, il y a sans aucun doute les chiens qui jouent et courent vifs, ainsi que la figure d’un homme assis, avec une jambe fléchie et l’autre demi-étendue qui se soutient avec un bras à terre. Ce particulier, très fréquent et représenté même de manière spéculaire, peut presque être considéré comme une signature du Carlieri.
Même le couple d’hommes, généralement chauve et à longue barbe, qui se promènent et parfois indiquent, sont récurrents dans les toiles de ce peintre.

Sur la base des considérations critiques exposées, la toile doit être datée à un stade mûr de l’activité du Carlieri, vraisemblablement vers 1700.

Nous nous excusons pour d’éventuelles erreurs de traduction de l’italien.
Contactez-nous pour obtenir l’expertise en italien.

Conditions générales de livraison :

Chaque livraison est évaluée avec le client.
Nous pouvons livrer chaque semaine à Paris.
Pour les autres destinations, il sera évalué pour chaque article vendu.

Brozzetti Antichità

Tableaux et dessins