EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
La Renommée Monté sur Pégase d'après Antoine Coysevox
La Renommée Monté sur Pégase d'après Antoine Coysevox - Sculpture Style
Réf : 98671
9 500 €
Époque :
XIXe siècle
Dimensions :
L. 44 cm X H. 61 cm
Richard Redding Antiques
Richard Redding Antiques

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+41 79 333 40 19
+41 44 212 00 14
La Renommée Monté sur Pégase d'après Antoine Coysevox

Belle statue en bronze patiné de style Louis XIV de La Renommée Monté sur Pégase d'après Antoine Coysevox, portant la signature et la date de Coysevox 1709 sur la base, montrant la figure de Renommée ou Vérité portant une couronne de laurier sur la tête et soufflant dans une trompette tenue en l'air dans sa main droite, assise en selle sur le dos du cheval ailé Pégase qui bondit sur un bouclier et une peau de lion, sur une base rectangulaire.

Français, probablement Paris, date vers 1810-30
Hauteur 61 cm, longueur 44 cm.

Ce bronze français du début du XIXe siècle est une réplique réduite de la célèbre sculpture équestre en marbre d'Antoine Coysevox (1640-1720) représentant la Renommée ou Vérité assise sur le cheval ailé mythologique de Mercure, Pégase. Le marbre de Carrare original, ainsi que la statue complémentaire de Mercure chevauchant Pégase, ont été commandés par Louis XIV en 1699. Réalisés en 1701-2, les deux marbres furent placés de ...

Lire la suite

... part et d'autre de la partie supérieure de l'étang des chevaux à l'entrée du Parc de Marly. En 1719, ils ont été déplacés sur la terrasse occidentale du jardin des Tuileries mais ont été remplacés plus récemment par des répliques en 1986. Les originaux sont désormais exposés au Musée du Louvre.

Après la signature du traité de Ryswick en 1697 et le retour de la prospérité en France, Louis XIV confie à son surintendant des bâtiments, Jules Hardouin-Mansart, le soin de commander de splendides statues pour orner le parc du château de Marly. Coysevox est choisi pour créer deux groupes équestres. Les statues équestres de la Renommée et de Mercure étaient destinées à symboliser le prestige de Louis XIV en temps de paix et en temps de guerre. Les deux chevaux se cabrent au-dessus de trophées militaires représentant les victoires du roi.

La statue de Fame, portant une couronne de laurier et tenant un rameau d'olivier, sonne la trompette de la vérité pour proclamer la force guerrière du roi. Les trophées comprennent un bouclier orné d'une Victoire ailée tenant une palme et une couronne. La peau de lion évoque Hercule, le héros mythologique à la force légendaire, auquel le roi était souvent comparé. La statue complémentaire de Mercure, messager divin et dieu du commerce, symbolise les bienfaits du retour à la paix alors qu'il guide Pégase, symbole de la poésie. Les trophées placés sous son cheval cabré comprennent un bouclier évoquant la succession d'Espagne, Minerve, déesse de la guerre, présentant le portrait de Philippe V au peuple espagnol.

Antoine Coysevox, a connu un succès considérable en tant que sculpteur royal en chef. Formé à l'Académie, il fut nommé Sculpteur du Roi à partir de 1666 et travailla de 1667 à 1971 à Saverne, en Alsace, au service du Cardinal François-Egon de Furstemberg, qui le chargea de réaliser la décoration de son nouveau palais. Pendant cette période, Coysevox commence également à produire des sculptures sous son propre nom. Il revient à Paris en 1671, puis travaille à Lyon en 1675-6, où il est d'abord nommé professeur adjoint en 1676, puis professeur en 1677 de l'Académie de Lyon. En 1678, il s'installe à Paris et est nommé professeur de son Académie et travaille également à la manufacture de tapisserie des Gobelins.

Coysevox réalise de nombreuses commandes publiques de sculptures, notamment pour Marly, les Trianons, Versailles et Saint-Cloud. Si la majorité de son œuvre a été travaillée en marbre et en pierre, Coysevox a également créé des pièces en terre cuite et en bronze. Parmi ses bronzes figurent deux vases et neuf trophées de Versailles, le buste du Grand Condé et des allégories de la Dordogne et de la Garonne (Musée du Louvre) ainsi que plusieurs bustes de Louis XIV (dont un à la Wallace Collection, Londres). En outre, il a également sculpté des groupes allégoriques en plomb doré ainsi que des bas-reliefs en plomb et en étain pour Versailles. Au cours du XVIIIe et du début du XIXe siècle, nombre de ses grandes statues, comme cet exemple, ainsi que des groupes en marbre, ont ensuite été publiés sous forme de petits bronzes.

Richard Redding Antiques

XIXe siècle
Pendule Empire de Claude Galle
Pendule Empire de Claude Galle

11 000 €

Sculpture en Bronze