EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV
Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV - Mobilier Style Louis XIV Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV - Franck Baptiste Paris Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV - Louis XIV Antiquités - Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV
Réf : 96337
38 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France-Paris
Materiaux :
Bois de chêne doré à la feuille
Dimensions :
l. 112.5 cm X H. 85 cm X P. 59 cm
Mobilier Console - Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV XVIIIe siècle - Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV Louis XIV - Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV Antiquités - Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV
Franck Baptiste Paris
Franck Baptiste Paris

Mobilier et objets d'art du 16e au 19e siècle


+33 (0)6 45 88 53 58
Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV

Rare table en console en bois de chêne finement sculpté et doré à la feuille.
Les traverses chantournées sont agrémentées de rinceaux d’acanthes ajourés sur un fond de treillis délicatement gravé dans les apprêts.
Elles sont centrées de coquilles sur les cotés et d’un mascaron de faune grimaçant en façade.
Les pieds en double consoles accolées sont ornés de têtes d’indiens barbus et d’acanthes enroulées en partie basse.
Ils sont terminés par des pieds toupies et sont reliés entre eux par une entretoise en « X » à double évolutions, présentant une acanthe stylisée en son centre.

Dessus de marbre « Campan grand mélange » d’origine à double moulurations. (restaurations)


Trés bel état de conservation, dorure d’origine. (petites retouches)

Travail parisien de la fin de l’époque louis XIV vers 1710.

Dimensions :

Largeur : 112,5 cm ; Hauteur : 85 cm ; Profondeur : 59 cm

Notre avis :

L’exeptionnelle console que ...

Lire la suite

... nous présentons arbore une sculpture trés riche, de grande qualité, tout en conservant une ligne pure et aérienne.
Si le répertoire décoratif est encore de style Louis XIV et d’inspiration « Boullesque » avec ses pieds toupies à enroulements et ses masques de faunes et d’indiens grimaçants, la délicatesse du treillis gravé et le chantournement des traverses annoncent la fin du règne du grand roi et l’avènement de la Régence.
Une telle console est le fruit d’un travail de concert entre plusieurs grands artisans, dont un dessinateur, un ornemaniste, un sculpteur et un doreur.
Le bois de chêne utilisé, qui nous permet de la présenter en parfait état de conservation et dans sa vieille dorure, permet de la situer à Paris dans l’atelier d’un des grands créateurs de l’époque: Desgoullons, Legoupil, Taupin, Bellan, Roumier...
Les dessins de «consoles et mascarons pour bordures de cadres, consoles d'applique et pieds de table» de Mathieu Legoupil, conservés à la bibliothèque de Berlin de 1725/1735 (folio 28-29-30) proposent d’ailleurs une quinzaine de mascarons d'homme avec des expressions variées et des têtes de Mercure, Bacchus, Chronos, Saturne... destinés à orner frontons d'immeuble, boiseries et consoles.
Legoupil travaille aux Petits Cabinets du Roi à Versailles en 1692, puis au Château de Meudon en 1695 avec Jules Desgoullons, Marin Bellan, Pierre Taupin. Le 21 janvier 1699, ils constituent pour neuf ans une société pour les bâtiments du Roi et des princes de sang, et se virent confier les sculptures des pierres extérieures, les corniches, les lambris des Petits cabinets, de la Ménagerie, de Trianon et du Cabinet du Grand Dauphin à Meudon.
En 1700, Legoupil et Desgoullons fondent une société pour les travaux destinés aux particuliers, société étendue à Bellan et Taupin en 1702, qu'ils reconduisent ensuite régulièrement jusqu'en 1739, date de la mort du dernier d'entre eux.
Ils ornent alors un certain nombre d'édifices religieux, le Palais Bourbon, le château de Sceaux, du Marquis de Lavallière, du duc et de la duchesse d'Orléans, du maréchal d'Estrées, un certain nombre d'hôtels particuliers de la place Vendôme en création, réalisant leurs lambris, leurs boiseries et un certain nombre de consoles: Marly «huit pieds de table», Meudon «deux pieds de table», un pied de table pour la marquise de Beaumanoir, onze pieds de table pour le duc d'Antin, deux pieds de table pour la duchesse d'Orléans ….

Bibliographie :
Bruno Pons, De Paris à Versailles, 1699-1736: Les sculpteurs ornemanistes parisiens et l'art décoratifs des Bâtiments du Roi, Strasbourg, 1986.

Franck Baptiste Paris

Console Louis XIV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Table en console aux faunes, Paris époque Louis XIV » présenté par Franck Baptiste Paris, antiquaire à Paris dans la catégorie Console Louis XIV, Mobilier.