EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Saint Georges terrassant le Dragon – France 16e siècle
Saint Georges terrassant le Dragon – France 16e siècle - Sculpture Style Saint Georges terrassant le Dragon – France 16e siècle - Art & Antiquities Investment Saint Georges terrassant le Dragon – France 16e siècle -
Réf : 75919
7 000 €
Époque :
<= XVIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Bois
Dimensions :
l. 65 cm X H. 73 cm X P. 30 cm
Sculpture Sculpture en Bois - Saint Georges terrassant le Dragon – France 16e siècle XVIe siècle et avant - Saint Georges terrassant le Dragon – France 16e siècle  - Saint Georges terrassant le Dragon – France 16e siècle
Art & Antiquities Investment
Art & Antiquities Investment

Tableaux anciens, dessins, sculptures, objets religieux


+33 (0)6 77 09 89 51
Saint Georges terrassant le Dragon – France 16e siècle

Groupe en noyer sculpté anciennement polychrome (traces importantes) du XVIe siècle représentant le Saint selon la légende rapportée et popularisée par Jacques de Voragine. Nombreuses sont les représentations du courageux chevalier affrontant le dragon, mais il est moins courant, en sculpture, que la princesse qu’il sauve soit aussi figurée.
Tandis que la jeune princesse prie au second plan, le saint chevalier lance son destrier à l’assaut du dragon pour le transpercer de sa lance. La princesse et le royaume de son père sont ainsi sauvés. Le Bien l’emporte sur le Mal.

Dimensions : H 73 x L 65 x P 30 cm

La légende de Georges de Lydda, un officier romain, est contée vers 1266 par l’archevêque de Gênes Jacques de Voragine dans la célèbre « Légende dorée ». L’écrit hagiographique de Saint Georges, véritable outil de promotion de la foi catholique, est un motif repris par de nombreux artistes dès le Moyen-Age.
Né en Orient au IIIe siècle, importé par les croisades et vénéré en Occident, le saint aurait délivré la ville de Silène (province romaine de Lybie) d’un dragon qui, après avoir dévoré quotidiennement son tribut d’animaux et d’enfants, exigea la propre fille du roi.
Les représentations combinent toujours les mêmes éléments: le cheval, son cavalier, le dragon et la princesse. Le combat de Georges contre le dragon a donné lieu à une iconographie importante surtout à partir du XIIIe siècle, il incarne l’idéal chevaleresque et symbolise la victoire du Bien sur le Mal.

Art & Antiquities Investment

Sculpture en Bois