EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait de Charlotte-Marguerite de Montmorency vers 1610
Portrait de Charlotte-Marguerite de Montmorency vers 1610 - Tableaux et dessins Style Renaissance Portrait de Charlotte-Marguerite de Montmorency vers 1610 - Galerie FC Paris
Réf : 56405
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Collection particulière, Genève
Materiaux :
Huile sur bois
Dimensions :
l. 44 cm X H. 51 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Portrait de Charlotte-Marguerite de Montmorency vers 1610 XVIIe siècle - Portrait de Charlotte-Marguerite de Montmorency vers 1610
Galerie FC Paris
Galerie FC Paris

Tableaux anciens et sculptures des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles


+33 (0)6 26 62 14 87
Portrait de Charlotte-Marguerite de Montmorency vers 1610

Attribué à Claude Deruet (1588-1660), Ecole Française du XVIIe siècle

Beau cadre ancien en placage d’écaille soulignée de baguettes guillochées en bois noirci.
Dimensions totales avec le cadre : 51 x 44 cm

Huile sur bois (chêne)
A noter une courbure concave du panneau et fines fentes, dues à l’âge.

L’affaire Charlotte de Montmorency

À bientôt 57 ans, Henri IV est de nouveau amoureux. La nouvelle élue de son cœur est Charlotte-Marguerite de Montmorency, fille du connétable Henri de Montmorency, de plus de quarante ans sa cadette… En janvier 1609, il l’a aperçue lors des répétitions pour la représentation du Ballet de la reine et s’en est, dit-on, immédiatement épris.

Promise par son père à Bassompierre, le roi préfère lui voir épouser Henri de Condé, prince du sang, qu’il espère plus complaisant et moins jaloux. Mauvais calcul. Aussitôt les noces célébrées à Chantilly le 17 mai 1609, Condé empêche sa jeune épouse de répondre aux sollicitations pressantes du vieux roi. Celles-ci ont pris la forme d’une correspondance romanesque dans laquelle le souverain appelle Charlotte son « bel ange » et se livre avec une rare impudeur. Cherchant à soustraire Charlotte aux avances du roi, Condé décide de faire enlever sa femme, de quitter la cour et de s’enfuir à l’étranger, non sans avoir au préalable traité le roi de « tyran » en public. Ici, l’histoire d’amour un brin vaudevillesque devient politique, car c’est à Bruxelles, auprès des archiducs que l’on dit si proches de Madrid, que le prince du sang et Charlotte se sont réfugiés. Henri IV est furieux car il se sent ridiculisé aux yeux des souverains européens. Il peste, tonne, demande même à Sully de couper les cordons de la bourse du prince de Condé, parce qu’il « fait le diable ».
Charlotte-Marguerite de Montmorency reste dans les mémoires comme "l'impossible favorite" d'Henri IV.


Claude Deruet (vers 1588-1660) peintre lorrain baroque du XVIIème siècle, originaire de Nancy. Nous savons qu'il a peint entre autres des portraits de femmes avec des costumes généralement très riches et parées de beaux bijoux. Ses œuvres sont toutes plus ou moins de même format. Le panneau que nous présentons aujourd'hui semble très proche de la production que l'on donne à l'artiste mais de qualité particulièrement soignée. Les empâtements que l'on retrouve sur tout le costume, le modelé réaliste du visage dont on aperçoit quelques veines et son format légèrement plus grand que les autres, en font un tableau « spécial »

Œuvres en rapport :
1/Vente Doyle (New-york) lot : 21- 15/10/14
2/Collection Allemande : http://www.museum-digital.de/san/index.php?t=objekt&oges=5331
3/ Vente Million (Drouot) 23/04/2007 Lot : 11. Ecole française du début du XVIIème siècle. Portrait d'Elisabeth de Montmorency

Conditions générales de livraison :

Nous organisons la livraison dans le monde entier. Un devis vous sera établi lors de votre achat. Veuillez nous consulter.

Galerie FC Paris

Tableaux XVIIe siècle Renaissance

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Portrait de Charlotte-Marguerite de Montmorency vers 1610 » présenté par Galerie FC Paris, antiquaire à Paris dans la catégorie Tableaux XVIIe siècle Renaissance, Tableaux et dessins.