EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pan et Syrinx – Atelier de Jan Brueghel le Jeune
Pan et Syrinx – Atelier de Jan Brueghel le Jeune - Tableaux et dessins Style Pan et Syrinx – Atelier de Jan Brueghel le Jeune - Art & Antiquities Investment Pan et Syrinx – Atelier de Jan Brueghel le Jeune -
Réf : 97002
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Flandres
Materiaux :
Huile sur cuivre
Dimensions :
l. 50.5 cm X H. 46.5 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Pan et Syrinx – Atelier de Jan Brueghel le Jeune XVIIe siècle - Pan et Syrinx – Atelier de Jan Brueghel le Jeune  - Pan et Syrinx – Atelier de Jan Brueghel le Jeune
Art & Antiquities Investment
Art & Antiquities Investment

Tableaux anciens, dessins, sculptures, objets religieux


+33 (0)6 77 09 89 51
Pan et Syrinx – Atelier de Jan Brueghel le Jeune

Huile sur cuivre. Flandres, milieu du XVIIe siècle, atelier de Jan Brueghel le Jeune.
Dans un paysage lacustre luxuriant aux reflets bleutés, un faune poursuit une jeune demoiselle les vêtements défaits. Cette créature lubrique, tout droit sortie des Métamorphoses d’Ovide, n’est autre que le dieu grec Pan, fils d’Hermès et d’une nymphe. Cet être mi-homme mi-bouc frétille à l’idée de capturer la nymphe Syrinx. En tentant de lui échapper, cette dernière se trouve arrêtée par le fleuve Ladon. Alors que la bête gagne du terrain, le sort de la nymphe semble scellé. Elle prie alors ses sœurs de la transformer en roseau – ce qu’elles font. Ainsi l’artiste représente-il Pan en train d’enlacer des roseaux, matérialisant la soustraction de sa proie, à l’instar de ce gibier d’eau que nous voyons s’envoler vers les bords extérieurs de la composition. L’instant d’après, en soupirant de douleur auprès des roseaux, le faune produira une douce ...

Lire la suite

... mélodie qui lui donnera l’idée de les assembler pour en faire une flute lui permettant de converser avec Syrinx. De cette double métamorphose de la nymphe en roseau, puis des roseaux en flute, l’artiste représente la première partie. Ce faisant, il compose une brillante allégorie de l’envie et de la frustration que Pan réussira ensuite à transcender en musique.
Conçus comme une compilation des légendes narrant les métamorphoses des dieux et des mortels, les poèmes d’Ovide ravissent l’élite du Grande Siècle qui s’en inspire pour ses œuvres lyriques. Dès lors, de nombreux artistes s’emparent de la figure du satyre qui leur offre une licence pour représenter des situations érotiques et subversives. Ainsi, Pierre Paul Rubens, en collaboration avec Jan Brueghel le père puis son fils, représenta plusieurs fois la légende de Pan et Syrinx ; le premier étant chargé des figures alors que les seconds traitaient le paysage. Notre tableau est une réplique d’atelier d’une version que Rubens exécuta avec Jan Brueghel II vers 1626-28 conservée au musée de Schwerin. Le style plus régulier du dessin de notre composition et la touche des figures indique un travail de l’atelier de Brueghel plutôt qu’une œuvre à laquelle Rubens aurait directement collaborée. Elle constitue un exemple typique de la production de cet atelier qui s’est spécialisé dans les répliques et variantes d’un même sujet. Il n’est guère étonnant de voir l’atelier des Brueghel répéter ce sujet dont la popularité est attestée dans Cabinet de collectionneur avec une allégorie de la peinture dans lequel Cornelis de Baellieur représente le Pan et Syrinx de Jan Brueghel II accroché au mur. Néanmoins, notre tableau diffère de cette version de 1626-28 en déployant un surcroît de nuances bleutées dans les verts du paysage, renforçant ainsi l’aspect marécageux du décor et conférant une atmosphère onirique à l’ensemble.

Nous avons choisi de vous présenter cette précieuse peinture de cabinet dans un cadre hollandais en bois noirci à profil renversé.
Dimensions: 19,5 x 28,5 cm - 46,5 x 50,5 cm avec le cadre

Jan Brueghel II ou le Jeune (Anvers 13 sept. 1601 – id. 01 sept. 1678) est un peintre flamand qui débute son apprentissage chez son père, Jan Brueghel l’Ancien (dit Brueghel de Velours), avant de faire le voyage en Italie accompagné de son ami d’enfance, Anthony van Dyck. Confronté au décès brutal de son père en 1624, il rentre à Anvers où il prend les rênes de l’atelier familial et est nommé maître de la guilde de saint Luc. Achevant les commandes en cours de son père, il se spécialise comme lui dans la peinture de paysage, ce qui lui offre l’opportunité de collaborer avec Pierre Paul Rubens. Non moins apprécié que son père, Jan Brueghel II peint pour les cours d’Autriche et de France dans les années 1650.

Bibliographie :
- BONNEFOY, Yves, Dictionnaire des mythologies et religions des sociétés traditionnelles et du monde antique, Paris, Flammarion, 1981.
- LAVOCAT, Françoise, La Syrinx au bûcher?: Pan et les satyres à la Renaissance et à l’âge baroque, Genève, Droz, 2005.
- MULDERS van, Christine, Corpus Rubenanium Ludwig Burchard Part XXVII : Works Collaboration with Jan Brueghel I & II, Brepols, 2016.
- THIERY, Yvonne, Les peintres flamands de paysage au XVIIe siècle?: des précurseurs à Rubens, Bruxelles, Lefèbvre et Gillet, 1988.

Art & Antiquities Investment

Tableaux XVIIe siècle