EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob
Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob - Sièges Style Louis XVI Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob - GSLR Antiques Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob - Louis XVI Antiquités - Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob
Réf : 91266
VENDU
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Georges Jacob
Provenance :
France
Materiaux :
Acajou, couverture en crin de cheval tissé
Dimensions :
l. 42.5 cm X H. 90.5 cm X P. 37.5 cm
Sièges Chaise - Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob XVIIIe siècle - Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob Louis XVI - Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob Antiquités - Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob
GSLR Antiques
GSLR Antiques

Antiquaire généraliste


+33 (0)6 58 91 09 24
Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob

Paire de chaises lyre en acajou massif très finement mouluré et sculpté, garnies au centre du dossier d'une lyre en ajouré. Pieds cannelés, dés de raccordement ornés de rosaces lisses. Estampille de Georges Jacob sur l'une des deux chaises.

Travail d'époque Louis XVI des années 1785-90. Les chaises lyre et autres sièges en acajou à dossier ajouré sont une mode inspirée de l'anglicisme qui est arrivée en France à la toute fin de l'époque Louis XVI, juste avant la révolution.
Nos chaises sont typiques de la production de Georges Jacob, par l'élégance des proportions, la perfection des finitions et cet usage qui lui est propre et que l'on retrouve sur de nombreux sièges de Jacob : cette excellente idée d'arrondir les angles des montants arrières, ce qui adoucit les courbes et n'ayant aucune ligne coupée. Le cadre ainsi arrondi à l'arrière du dossier est d'une grande élégance mais procure aussi un grand confort d'utilisation : une ergonomie naturelle qui ...

Lire la suite

... rend la chaise plus agréable à manipuler que un cadre à angles droits classique.

[Georges Jacob] : ce nom exprime l’excellence de la fabrication du siège à Paris à l’époque de Louis XVI et, par l’activité de ses fils et petit-fils, le plus grand renom du mobilier français, du Directoire à la Monarchie de Juillet. C’est par son travail et son audace que Georges Jacob est arrivé au sommet de sa profession. Né dans un petit village de Bourgogne, hors du milieu des menuisiers ébénistes de Paris (son père était vigneron), il bénéficia de la présence dans la capitale d’une tante paternelle, pour entrer en apprentissage, à l’âge de 17 ans, chez le gendre de cette dernière, le menuisier Jean-Baptiste Lerouge. Lerouge mourut dès l’année suivante, mais sa veuve continua à faire marcher l’atelier où Jacob put poursuivre sa formation. On pense qu’il a rejoint ensuite, comme compagnon, l’atelier de Louis Delanois qu’il avait connu chez Lerouge et avec lequel il entretiendra des relations amicales. Quoi qu’il en soit, il obtint la maîtrise le 4 septembre 1765, fit enregistrer son estampille, se maria en 1767 avec une fille de brodeur, Jeanne-Germaine Loyer. Installé d’abord rue Beauregard, il habitait en 1770 rue de Cléry lors de la naissance de son second fils (le futur Jacob-Desmalter) puis transféra ses ateliers rue Meslay dans un bâtiment qu’il acheta 20?000 livres en 1775. La firme y demeurera jusqu’en 1825. L’achat de cet immeuble (suivi d’autres en 1776 et 1777) prouve qu’entre 1765 et 1775 Georges Jacob avait su développer son industrie. La présence de son estampille permet de constater qu’il réalisa au cours de cette décennie de nombreux sièges de style Louis XV ainsi que des sièges dits Transition. Sa renommée devait être bien établie lorsque la maison du comte d’Artois lui passa commande en 1777 d’un mobilier exceptionnel pour un boudoir turc à aménager au palais prieural du Temple à Paris. Dans l’état actuel des recherches, il s’agit de la première réalisation de Jacob, en collaboration avec le sculpteur sur bois Jean-Baptiste Rode et le doreur Ramier, qui soit documentée. Jusqu’à la Révolution, tout en poursuivant une production courante, il participa à la confection de nombreux ensembles mobiliers (sièges et consoles) en bois richement sculpté et doré, en association avec des sculpteurs dont le nom est, hélas, la plupart du temps inconnu. Il semble bien en effet, que dans la plupart des cas, il ait « centralisé » les commandes et qu’il ait été le principal interlocuteur de ses clients. Ceux-ci faisaient partie de la plus haute aristocratie française et européenne : la reine Marie-Antoinette, les frères du Roi, le comte de Provence et le comte d’Artois, déjà cité, le duc Charles-Auguste de Deux-Ponts, le prince de Galles, le duc de Penthièvre, le marquis de Vaudreuil, etc. (curieusement, il travailla très peu pour le Garde-Meuble de la Couronne qui lui préférait le menuisier Sené). Il ne traitait pas directement avec ses clients, mais avec leurs représentants, notamment des architectes, ornemanistes ou marchands-merciers qui lui confiaient des dessins.
Georges Jacob fait œuvre de pionnier dans la décennie 1780 en épousant les tendances de la mode, marquées par l’anglomanie et le goût antiquisant. Il est sans doute le premier à s’inspirer du mobilier anglais en travaillant l’acajou et en reprenant les styles d’outre-Manche (dossiers ajourés en lyre, formes dites anglo-chinoises). Il est aussi un des initiateurs du style « étrusque », sous l’influence non seulement de Dugourc, mais encore de deux autres artistes, les peintres Hubert Robert et Louis David. Sur les dessins du premier, il crée en 1787 un mobilier en acajou destiné à la laiterie de Marie-Antoinette à Rambouillet, annonçant le style du Consulat?; le second lui demande, pour son propre atelier, des prototypes de meubles « antiques » (fauteuil, table, lit de repos) afin de lui permettre de situer les personnages de ses tableaux dans un environnement véridique. Sa clientèle éprise de nouveautés comprend le duc d’Orléans, le banquier Laborde, la marquise de Marbeuf, des étrangers fixés à Paris comme le comte Kerry ou la princesse Kinsky, ou encore le roi de Naples.

Excellent état, acajou reverni au tampon à neuf. Couverture en crin de cheval tissé sur des métiers à bras à la main.

Excellent état, acajou reverni au tampon à neuf. Couverture en crin de cheval tissé sur des métiers à bras à la main.
NB : l'estampille présente sur une des deux chaises n'est pas exactement identique à celle d'autres sièges de Georges Jacob que nous avons présenté par le passé. Nous ne pouvons la garantir avec certitude. Cependant, nos sièges sont l'oeuvre de Georges Jacob et sortent de l'atelier de Georges Jacob sans aucun doute possible. La qualité du travail, l'élégance des lignes, ces montants arrondis à l'arrière, tous ces éléments tangibles ne laissent aucun doute possible. La différence d'estampille peut s'expliquer par le fait que la traverse arrière sur laquelle est appliquée l'estampille a un peu travaillé au niveau d'un noeud du bois, ce qui aurait pu déformer en surface à l'endroit où est appliqué l'estampille. Ou alors s'agit d'une estampille rajoutée par la suite pour attribuer avec certitude cet ensemble. (documentation à l'appui). De grands collectionneurs de renom l'ont fait au début du 20e siècle pour que leur propre descendance ne l'oublie pas lors des sucessions qui ont suivi... L'estampille est peut être apocryphe, il n'en demeure que les chaises sont de Georges Jacob sans aucun doute possible.

Beau sièges d'amateurs, avec une restauration de qualité (vernis au tampon et tissu de grand luxe qui n'est plus fabriqué aujourd'hui que par une seule entreprise en France et dans le monde :
https://www.leparisien.fr/week-end/visite-privee-du-crin-l-atelier-qui-tisse-du-poil-de-cheval-23-06-2017-7075938.php

Largeur 42,5cm
Profondeur 37,5
Hauteur dossier 90,5cm
Hauteur d'assise 46cm

GSLR Antiques

XIXe siècle
Miroir de cheminée en bois doré
Miroir de cheminée en bois doré

3 400 €

Chaise Louis XVI

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Paire de chaises Lyre en acajou par Georges Jacob » présenté par GSLR Antiques, antiquaire à Grenoble dans la catégorie Chaise Louis XVI, Sièges.